Daily Movies - Septembre 2014
 
Peter Quill est un aventurier traqué par tous les chasseurs de primes pour avoir volé un mystérieux globe convoité par le puissant Ronan, dont les agissements menacent l’univers tout entier.
On ne peut voir ce remake sans avoir à l’esprit le film original de De Palma !
Attention, vous êtes en train de vous lancer dans la lecture d’une chronique tout à fait exceptionnelle, sachez-le ! Non pour ses qualités stylistiques certes éclatantes mais parce que l’œuvre dont il est question ici… n’est pas un film.
Claude Lelouch revient avec une de ces histoires de famille dont il a le secret : un photographe de guerre et père absent, qui s'est plus occupé de son appareil photo que de ses 4 filles, coule des jours heureux dans les Alpes avec sa nouvelle compagne.
Retrouvez-nous sur



Robin Williams, Goodbye l’artiste (1951-2014)

La nouvelle est tombée comme un roc, Mrs. Doubtfire, Peter Pan, ou encore Popeye, n’est plus. On vient d’apprendre le décès du brillant acteur Robin William, le cinéma perdant là une de ses plus belles étoiles.
L’acteur américain nous a quitté prématurément le 11 aout 2014 à l’âge de 63 ans.

Né en 1951, à Chicago, le comédien se passionne très vite pour le métier d’humoriste. Durant quatre décennies, il va prouver l’étendu de son talent en démontrant qu’il peut interpréter aussi bien des rôles dramatiques que comiques. Il commence par se faire connaître à travers le petit écran dans la série télévisée mythique « Happy Days » puis dans « Mork and Mindy » pour lequel il reçut un Golden Globe.

Dans les années 80, il passe du petit au grand écran et se lance dans le 7ème art pour de bon. C’est à ce moment là qu’il va pouvoir crever l’écran et démontrer tout l’étendu de son talent, entre le rigolo « Popeye » de Robert Altman, l’incontournable « Good Morning Vietnam » de Barry Levinston, le génialissime « Les Aventures du baron de Münchhausen » de Terry Gilliam, le magnifique « Le Cercle des poètes disparus » de Peter Weir, le sympathique « Cadillac Man » de Roger Donaldson, les bouleversants « L’éveil » de Penny Marshall et « Le Roi Pêcheur » de Terry Gilliam, l’inattendu Peter Pan du « Hook ou la Revanche du capitaine Crochet » de Steven Spielberg, l’original « Toys » de Barry Levinston, le cultissime « Madame Doubtfire » de Chris Columbus, l’enfantin « Jumanji », le poignant « Will Hunting » de Gus Van Sant, les perturbants « Photo Obsession » de Mark Romanek, et « Insomnia » de Christopher Nolan, le touchants et hilarants « The Big White » de Mark Myold et « Man Of The Year » de Barry Levinson » ou encore les trois épisodes bon enfant de « La Nuit au Musée ». Après tout ces films incroyables, on peut dire que Robin Williams est une figure incontournable du cinéma : il a joué pour les plus grands réalisateurs, ses interprétations spontanées et justes ont fait de lui un acteur primé par de nombreuses récompenses dont l’oscar du meilleur acteur pour « Will Hunting » en 1998. Aimé de tous, il a su marquer toutes les générations et ne s’est jamais arrêté de jouer, passant sa vie à faire l’acteur entre le petit et grand écran (encore l’année passée, il avait un rôle principal aux côtés de Sarah Michelle Gellar dans la série TV « The Crazy Ones » malheureusement déprogrammée, puis les fans de la saga la « Nuit au Musée » pourront retrouver l’acteur dans le troisième opus prévu pour la fin de l’année.)

Le clown du 7ème art aux multiples facettes qui luttait depuis plusieurs années contre ses propres démons, laisse derrière lui des générations d’admirateurs en deuil, lui qui a su nous faire rire et passer des moments inoubliables, après sa mort, il nous rappelle que les plus belles étoiles se font rare et sont filantes.

[Maxine Bucher]
12 août 2014
[aller à la chronique]
 

News
Reportages
En Salle
DVD
Festivals
Cinéma suisse
Soundtracks
Interviews
Dossiers
Livres
Archives
Publicité
Presse
Contact
S'abonner
Où trouver Daily Movies
Concours

Daily Movies #54