Alerte Rouge : Domee Shi & Lindsey Collins en interview

A lire aussi

Pauline Brandt
Pauline Brandt
Avec un master de français moderne avec spécialisation en études théâtrales, un bachelor en français moderne et histoire et esthétique du cinéma, Pauline Brandt met en œuvre tout son savoir-faire pour promouvoir le cinéma.

Alerte Rouge ! À l’occasion de la sortie du nouveau film des studios Disney Pixar, rencontre croisée avec la réalisatrice (Domee Shi) et la productrice (Lindsey Collins). Alerte Rouge – une histoire d’adolescence, d’amitié et de panda roux – est une réussite drôle et tendre qui s’inscrit dans la lignée directe de Bao, court-métrage réalisé par Domee Shi pour les studios Pixar en 2017.


Dans cette interview à trois voix, on embarque pour une discussion sur les années 2000, où l’on parle indifféremment de serviettes hygiéniques, de bracelets d’amitié et de Hayao Miyazaki. De quoi patienter avant la sortie de ce joli film, disponible partir du 11 mars en exclusivité sur Disney+.

Pour commencer, parlons de la période dans laquelle le film se situe. L’intrigue du film ne se déroule pas de nos jours, mais en 2003 ! On sent une agréable nostalgie grâce à la présence de petits symboles du passé – la popularité des boys bands, les bracelets d’amitié, les Tamagotchi… Autant de petits clins d’œil à une génération passée qui font sourire et rendent l’univers du film familier. Pensez-vous que ce choix de situer l’intrigue en 2003 a été une manière pour vous de revisiter votre adolescence ?
Domee Shi : Absolument. Tout cela est très inspiré de ma propre vie, du fait de grandir au début des années 2000. Je crois que j’étais aussi plus à l’aise à l’idée de raconter l’histoire d’une adolescente à une époque sans réseaux sociaux… parce qu’ils ont complètement changé ce que ça signifie d’être adolescent. Je crois que j’avais envie de rester dans cette période, qui est, d’une certaine manière, plus innocente, avec, comme vous l’avez dit, toutes ces petites choses comme les Tamagotchi et les bracelets d’amitié… Une époque lors de laquelle les seules choses dont on se préoccupait étaient les histoires entre copine, et les disputes avec les parents.

Diriez-vous que vous ressembliez à Mei, à 13 ans ?
Domee Shi : Oh, c’est certain. Je crois qu’elle est plus sûre d’elle que je ne l’étais, d’une certaine façon elle est un peu celle que j’avais envie d’être. Mais j’étais tout aussi obsessionnelle et passionnée qu’elle, ça c’est sûr. J’étais aussi ringarde comme elle. J’étais un peu la petite fille à sa maman, jusqu’à la puberté, où j’ai commencé à avoir des intérêts différents : les garçons, les boys bands, la musique, les animes… C’est un moment où ma mère et moi avons commencé à s’éloigner.

Quelles ont été les premières étapes de création du film ?
Domee Shi : Alors, la première étape a été de présenter le projet. C’était en 2017, après mon premier court-métrage Bao, Pixar m’a proposé de présenter un projet de long-métrage. J’avais trois idées, et elles parlaient toutes du passage à l’âge adulte et de jeunes filles. Parce que j’avais vraiment envie de raconter ce type d’histoire… Alerte Rouge était le plus personnel des trois, parce qu’il a cet aspect autobiographique – bon, à part pour le fait que moi, je ne me transformais pas en panda roux géant ! Et, vous savez, j’avais dans ma tête cette image : celle d’une jeune fille qui se transformait, inexplicablement, en immense panda roux à chaque fois qu’elle ressentait une émotion forte. Je me disais que c’était une super métaphore pour le fait de grandir et de s’approcher de l’âge adulte… Et j’ai proposé cette idée-là. Je l’ai proposée à Lindsey, à vrai dire (elle fait un geste de la main vers Lindsey Collins, assise à côté d’elle) ! À elle et à une équipe de direction de Pixar. Et… ils l’ont bien aimée, finalement !

Lindsey Collins : c’est vrai. On l’a adorée, même !

Il y a beaucoup de super personnages féminins dans le film. (Domee et Lindsey acquiescent). Je crois aussi que c’est la toute première fois que je vois une scène dans un film pour enfants montrer des serviettes hygiéniques et parler de l’arrivée des règles !
Lindsey Collins : Oui, c’est tout à fait vrai ! Je crois qu’on peut aisément dire que c’est probablement la première fois que cela se fait. Je crois que pour nous, la question ne s’est jamais posée. Il était évident que, d’après la vision et le ton donnés par Domee, nous allions proposer un véritable aperçu – sincère, et sans chercher à s’excuser pour cela – de ce que cela signifie de passer par là, en tant que jeune fille de 13 ans. La bonne nouvelle est que tout le monde, toute l’équipe était d’accord là-dessus. Pas de mystère là-dessus : on n’allait jamais faire un film qui tournerait autour du pot ou choisirait la subtilité. Je crois que depuis le départ, on se dirigeait vers quelque chose d’un peu rigolo, d’un peu loufoque, d’un peu cocasse aussi. C’est ça qui est agréable et drôle, quand on raconte une histoire comme celle-là. On a la possibilité d’avoir une vraie réaction émotionnelle de la part du public, qui parfois va se dire « oh non !! » en se cachant le visage d’embarras pour Mei. Je crois qu’à partir de la première fois où nous avons eu ce type de réaction du public, c’est quelque chose que nous avons véritablement cherché à recréer. Nous ne voulions pas simplifier les scènes au point de perdre cela.

J’ai eu le sentiment, en regardant le film, qu’un des éléments centraux… c’est aussi l’amour. C’est un film qui parle d’amour – l’amour de soi, l’amour entre une mère et sa fille… Je trouve que cela est très joliment représenté.
Domee & Lindsey : Oh, merci beaucoup.
Domee : Oui, c’est un film qui parle d’amour. Et de l’amour envers ses amis, aussi.
Lindsey : Et le fait qu’il y ait cet amour inconditionnel… c’est une force tellement puissante. C’est quelque chose qui aide à s’ancrer pendant les tempêtes de la vie. Trouver cet amour inconditionnel… C’est vraiment quelque chose qui permet de se centrer. Bien vu, c’est vrai que c’est aussi un film qui parle d’amour.

Quelles ont été vos inspirations pour ce film ?
Domee Shi : Le fait de grandir au Canada a fait que mes inspirations ont toujours été un peu un mélange d’Est et d’Ouest. J’adore les dessins animés classiques et les Warner Bros, et j’aime tout autant Hayao Miyazaki et les animes japonais. Je crois qu’on peut voir ça dans le film : c’est un peu un mélange d’Orient et d’Occident. Je suis aussi inspirée par les réalisateurs de live-action, comme Edgar Wright ou Wes Anderson, et leur manière de styliser les ressentis des personnages à l’écran, de jouer sur les couleurs et les plans de caméra.

Cela se ressent dans le film. On pourrait dire qu’il s’agit de Freaky Friday qui rencontrerait un film de Hayao Miyazaki…
Domee Shi : Absolument ! (rires) Oh mon Dieu, c’est une combinaison parfaite.
Lindsey Collins : Bien vu ! C’est tout à fait ça.

Alerte rouge
USA – 2022
Durée: 1h40 min
Animation, Famille, Comédie
Réalisatrice: Domee Shi
Avec les voix de: Rosalie Chiang, Sandra Oh, Orion Lee, Anne-Marie, James Hong, Ava Morse
Disney / Pixar
Dès le 11.03.2022 uniquement sur Disney +

- Publicité -

Jumeaux mais pas trop

Sages-femmes – Voir le jour

Smile

Maria rêve

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -