11.4 C
Munich
vendredi, mai 24, 2024
- Publicité -

Annecy 2023, voyages, découvertes de soi et dégustations au programme

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

En ce jeudi 15 juin 2023, mon 1er jour pour cette nouvelle édition du « Festival international du film d’animation d’Annecy » et déjà bientôt la fin de ce dernier, j’en découvris 3 intenses, émouvantes, authentiques, efficaces et maîtrisées.


« The Tunnel To Summer, the Exit of Goodbyes » : Urashima, de nos jours. Kaoru et Anzu, 2 jeunes étudiant-e-s, vont non seulement faire connaissance d’une manière étrange et originale sur un quai de gare, mais en plus, ils seront les seuls à découvrir un mystérieux tunnel accordant les vœux les plus chers. Cependant, l’explorer à un prix et ils le comprendront rapidement… Opposés au niveau caractère, ils accepteront cependant très vite, de travailler communément afin d’en savoir plus quant à cet endroit mystique, enchanteur et… maléfique ?

Basé sur les mangas traduits en anglais en 2021, soit quelques temps après l’œuvre de base, Natsu e no Tonneru, Sayonara no Deguchi en japonais, eut rapidement son succès auprès des lecteurs-trices qui lurent au fur et à mesure, les 4 tomes de la franchise.

Fort de cette reconnaissance, l’idée d’un long-métrage animé fut très vite envisagée, puis concrétisée. Ainsi, le fantastique côtoie sans cesse le romantique, mais sans s’empiéter. Il en va de même par rapport aux paysages, à la fois champêtre et urbain.

L’intrigue s’avère mystérieuse jusqu’à la fin et relativement captivante. Au niveau de la distribution, les 2 rôles principaux, soit Marie Litoyo (« Color of Songs ») qui joue « Anzu » et Oji Suzuka (« The Violent Action ») incarnant « Kaoru », interprètent et dégagent très bien les différentes émotions des protagonistes. Une œuvre animée intimiste, réussie et magique.

« Le Royaume de Kensuke » : Michael, sa famille et leur chienne Stella, naviguent depuis un certain temps déjà afin de faire leur tour du monde. Mais suite à une violente tempête et avant tout pour sauver leur Border Collie, Michael agira spontanément et stupidement. Entraînés par une vague, le jeune garçon et sa meilleure amie se retrouveront finalement échoués sur une île étrange et inhospitalière. Apeurés, affamés et assoiffés, ils croient mourir jusqu’à l’arrivée d’un mystérieux vieil homme, nommé Kensuke. Si leur relation fut d’abord très houleuse, Michael finira par comprendre les raisons de la discrétion du vieillard, notamment par rapport aux secrets de l’île.

Basé sur le livre pour enfant de Michael Morpurgo publié en 1999, « Le Royaume de Kensuke » s’avère être une intense, dramatique et touchante adaptation. Si son côté tragique est quelque peu accentué par rapport au roman, le fil rouge reste assez identique et plutôt respectueux.

Au sein de cette histoire, le comportement des humains étonnera plusieurs fois les spectateurs-trices. Néanmoins et heureusement, les animaux demeurent au cœur de la trame et apportent également, d’incroyables émotions.

À la fois captivant, dramatique et efficace, « Le Royaume de Kensuke » amène aussi de nombreuses et magnifiques surprises. Le public se sentira vite attaché aux 2 héros, « Michael » et « Stella », notamment grâce aux voix originales et aux bruitages animaliers très réalistes. Un chef d’œuvre animé qui mérite un grand intérêt à sa sortie, à priori en automne 2023, en tout cas en France.

« Komada – A Whisky Family » : Kôtarô est un jeune journaliste méticuleux et ambitieux. Néanmoins, en recevant sa nouvelle mission, soit aller faire des interviews au sein de la célèbre distillerie de whisky Komada, son monde s’écroule et il a l’impression d’être puni. Il ne connaît rien en la matière et même après sa rencontre avec la jeune Directrice Rui Komada, il pense ne pas avoir suffisamment de savoir. Entre les revers que traverse cette société, les aspirations personnelles de Mme Komada ou les imprévus plutôt graves, le jeune homme au crayon aiguisé, finira par… beaucoup se plaire et souhaitera aider de son mieux, Komaka & Cie, à se relever définitivement.

Si cette magnifique animation ne se base pas sur un fait divers réel connu, un manga ou un autre support préexistant, la venue de son metteur en scène Yoshihara Masayuki et d’une grande partie de son équipe au « Festival international d’animation d’Annecy » demeura un véritable honneur.

L’idée de base de « Komada Jôryûsho e Yôkoso », ou « Komada – A Whisky Family » en anglais, naquit grâce à la distillerie de whisky à proximité des bureaux de l’équipe dudit animé. D’ailleurs, de nombreux graphismes reprirent cet endroit et permirent de créer de notoires atmosphères.

Même si cette animation s’avère un peu trop complexe quant aux noms et traditions liés au breuvage, son intrigue reste efficace. Elle démontre certains dysfonctionnements au Japon et surtout, qu’avoir foi en soi permet avec le temps, d’obtenir de belles et notables situations comme une renaissance.

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -