0 C
Suisse
1 mars 2021

S'abonner au magazine

Black Movie : Bilan de la 22ème édition

-

C’est un exploit ! La 22ème édition – virtuelle – du Festival International de Films Indépendants de Genève Black Movie a connu une affluence globale réjouissante de plus de 60’000 festivalier·ère·s, dont 34’500 ont suivi avec assiduité les films, entretiens et débats, et 25’500 les live streams des Nuits Blanches. Une édition pleine de surprises, qui a vu le succès indéniable des aménagements virtuels destinés à amener l’esprit de la manifestation au domicile du public, notamment avec les Kits festival, et un élargissement de la visibilité du festival à la Suisse allemande et à la Suisse italienne. Le Prix de la Critique revient au film Entre perro y lobo (Espagne/Cuba) de la réalisatrice espagnole Irene Gutiérrez. Les co-directrices Kate Reidy et Maria Watzlawick sont très satisfaites d’avoir pu maintenir une édition riche et vivante en dépit de toutes les contraintes du moment. 

Du 22 au 31 janvier, le public suisse a pu apprécier 84 films en provenance de 48 pays. Les séances de films programmées sur la plateforme Shift72 à horaires fixes ont été largement plébiscitées et ont donné lieu à de nombreuses projections à domicile organisées spontanément par les festivalier·ère·s. En l’absence d’invité·e·s, les cinéphiles pouvaient profiter en bonus de 26 entretiens réalisés dans l’optique de collecter malgré tout, la parole des cinéastes. Les 3 tables rondes, les émissions de la Black FM et les live streams diffusés depuis 7 lieux nocturnes à l’arrêt ont également été très suivis sur les réseaux sociaux. La « star » incontestable de la manifestation aura été le « Kit festival » vendu en série limitée, comprenant accès aux films et goodies de nos partenaires, ainsi qu’un ticket d’or donnant accès à une véritable séance de cinéma limitée à 5 personnes.

Parmi les films les plus remarqués, le festival souligne l’attachement renouvelé du public au cinéma asiatique, à commencer par le polar Lucky Strike de Kim Yong-Hoon, la comédie dramatique La Femme qui s’est enfuie de Hong Sangsoo, le sensuel Days de Tsai Ming-Liang et le roboratif Red Post on Escher Street de Sion Sono, ce dernier présenté en première européenne. L’émotion était au rendez-vous avec les documentaires sensibles de Joël Akafou (Traverser), Radu Ciorniciuc (Acasă, My Home), Francisco Bermejo (El otro), Irina Tsylik (The Earth Is Blue As An Orange) Le choc des genres était également de la partie avec les propositions décalées de Adilkhan Yerzhanov (Ulbolsyn), Leonardo Medel (La Verónica), Yerlan Nurmukhambetov et Lisa Takeba (Les Voleurs de chevaux), Felipe Bragança (Um animal amarelo) et Ryan Kruger (Fried Barry).

Le festival relève une tendance commune à certains films qui jouaient particulièrement sur la ligne floue entre réalité et fiction: The Death of Cinema and my Father too de Dani Rosenberg, Tipografic majuscul de Radu Jude, 50 o dos ballenas se encuentran en la playa de Jorge Cuchí, Conference de Ivan I. Tverdovskiy, et dans le même genre un marathon narratif avec le film DAU. Degeneration des Russes Ilya Khrzhanovskiy et Ilya Permyakov, d’une durée excédant 6 heures. Preuve que Black Movie n’est jamais à court d’idées lorsqu’il s’agit d’embarquer le public dans des formats différents.

La programmation de la section Petit Black Movie a encore une fois ravi les plus jeunes cinéphiles. Cette section du festival a été la seule à bénéficier d’un public en chair et en os, avec les projections dans les crèches et dans les maisons de quartiers, les séances des Automnales et la tenue de 2 ateliers.

Les lauréats 2021
Le Prix de la Critique, doté de CHF 5’000.- francs par le Département de la culture et de la transition numérique de la Ville de Genève, a été unanimement attribué au film Entre perro y lobo, de la cinéaste espagnole Irene Gutiérrez, qui suit trois vétérans cubains de la guerre d’indépendance d’Angola, contraints de ressasser leur passé militant en l’absence de perspective révolutionnaire.

Le jury souligne « un film qui questionne l’engagement révolutionnaire dans une perspective non anthropocentrique ». Il dit avoir été séduit par « l’épaisseur sensorielle avec laquelle le film restitue l’expérience de lutte post-révolutionnaire, en particulier par l’accent qu’il met sur la solitude de ses protagonistes, emportés par le cours d’une Histoire qui leur échappe ». Le jury dit avoir apprécié particulièrement « le décentrement du regard offert par l’œuvre, qui conjoint points de vue humains et non humains sur la signification de l’engagement au service de la révolution ».

Le jury intercantonal était composé de Emilien Gür (Genève/Soleure), Clara Kiskanc Fischer (Tessin), Michael Kuratli (Zurich), Sabrina Schwob (Vaud) et Katja Zellweger (Berne).

Entre perro y lobo

Le Prix des Jeunes, d’une valeur de CHF 1’000.- doté par le Département de la cohésion sociale et de la solidarité de la Ville de Genève, décerné par un jury dont les membres sont élèves du secondaire II, est attribué à Acasă, My Home du Roumain Radu Ciorniciuc. Le jury a apprécié « son approche originale qui consistait à suivre durant 4 ans cette famille ainsi que ses excellentes prises de vue spontanées ». Il a été touché par « la construction de son histoire en forme de montagnes russes émotionnelles, son engagement social et la sincérité de ses personnages ».

Le Prix Payot Petit Black Movie, d’une valeur de CHF 1’000.-, revient au film Meow or Never de l’Indienne Neeraja Raj. Le jury composé de Catherine Fattebert, Elorri Charriton et Henri Marbacher salue « un film à différents niveaux de lecture qui peut être autant apprécié par les adultes que par les enfants, invités à se laisser emporter dans un univers musical foisonnant et coloré, proche de David Bowie, des Beatles et de l’humour typiquement britannique des Monty Python ». Une mention spéciale est attribuée au film Alebrijes du Colombien Luis Salas.

Pour la première fois, un jury composé de bénévoles fidèles du festival remettait un prix honorifique. Il est attribué au film El otro du Chilien Francisco Bermejo. Le jury distingue « un grand film, d’autant plus pertinent en ces temps de pandémie mondiale durant lesquels chacun a dû expérimenter de nouvelles formes d’isolation. Une œuvre poignante, donc, et éminemment contemporaine ».

Enfin le Prix des Enfants, remis par un jury d’enfants âgés de 7 à 9 ans, a été attribué au court métrage d’animation Eaten de l’Iranien Mohsen Rezapour.

Le Festival Black Movie reviendra pour une 23ème édition du 21 au 30 janvier 2022.

www.blackmovie.ch

Daily Movieshttp://www.daily-movies.ch
Daily Movies est à ce jour le magazine le plus complet en information cinéma, ciblant un large public de tous âges. Avec son format original et accessible gratuitement ou en abonnement grâce à ses différents partenaires, Daily Movies est l’un des moyens privilégiés permettant à de nombreuses personnes d’être informées de l’actualité cinématographique en Suisse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -

BON à SAVOIR

SUIVEZ-NOUS

4,150FansLike
10,000FollowersFollow
750FollowersFollow
645SubscribersSubscribe