Le fantôme de l'opéra

Une prometteuse soprano très courtisée se retrouve partagée entre plusieurs prétendants. Un inspecteur de police, un chanteur lyrique et un homme masqué… celui-ci hante les catacombes de l’opéra de Paris.


Le fantôme de l'opéra

Le fantôme de l’opéra 1943

C’est sous une forme lyrique que commence cette version du célèbre « Fantôme de l’opéra » de 1943. Raoul et Christine, échangent quelques mots à la fin du spectacle. Ils sont amoureux l’un de l’autre et se retrouvent après une longue absence. La cantatrice, Christine Dubois fait partie de la troupe qui se produit plusieurs fois par semaine à l’Opéra de Paris. Très courtisée, elle compte de nombreux admirateurs, dont fait partie Erik Claudin, un violoniste talentueux.

Celui-ci s’est malheureusement fait licencier le soir-même. Sans emploi, il essaie de trouver une combine pour continuer à payer en secret les cours particuliers de sa bien-aimée. Lors d’une visite chez son éditeur, il se dispute violemment avec lui et l’assassine.

Gravement brûlé au visage par un liquide acide, il s’enfuit dans les catacombes et trouve refuge sous l’Opéra… c’est ainsi qu’il deviendra le fameux fantôme masqué ! Constamment accompagné par de la musique classique ou des vers chantés, cette histoire romancée est un peu lourde. Les dialogues sont étouffés par ces mélodies puissantes qui empêchent la bonne compréhension de l’histoire. Les acteurs principaux de ce drame sont très théâtraux et pas toujours crédibles.

Les décors de ce long-métrage sont assez riches et les scènes en extérieur sont très bonnes qualité pour les années quarante, même si elles manquent un peu de réalisme. « Le fantôme de l’opéra » créé en 1925 par Rupert Julian a été reproduit en couleur dans cette deuxième version. D’autres essais verront le jour en 1962 (par Terence Fisher), 1989 (par Dwight H. Little) et 1998 (par Dario Argento). Brian De Palma s’inspirera aussi de l’ouvre pour son « Phantom of Paradise » sorti en 1974. Il existe également plusieurs téléfilms tirés du roman de Gaston Leroux et une comédie musicale qui est restée longtemps à l’affiche dans de nombreuses capitales.

« Le Fantôme de l’Opéra » est le troisième film violent d’Arthur Lubin après l’angoissant « Vendredi 13 » réalisé en 1940 et la comédie horrifique « Fantômes en vadrouille » de 1941. Il en réalisera aussi « The Spider Woman strikes back » en 1946 et tournera également en 1964, l’épisode 16 de la série « Famille Addams, L’Espion ». Cette production considérée comme un bijou à l’époque a assez mal vieilli, elle manque particulièrement de rebondissements et de suspense. Il s’agit franchement plus d’une comédie musicale que d’un film de monstres.

À noter que cette version du célèbre conte à quand même remporté 2 oscars, celui de la meilleure photographie, et celui du meilleur décor.

Ce Blu-Ray collector contient de nombreux bonus inédits tels que les photos de la production, les commentaires du film par Scott Mac Queen (historien du cinéma), un reportage de 51 minutes intitulé « Le  fantôme de l’opéra démasqué » et une rétrospective sur les 100 ans des studios Universal (personnages inoubliables).

Le fantôme de l'opéra

Le fantôme de l’opéra (1943)
Réalisateur: Arthur Lubin
Producteur:George Waggner
Scénaristes: Samuel Hoffenstein, Eric Taylor & John Jacoby
D’après l’oeuvre de Gaston Leroux.
Avec: Claude Rains (Erik Claudin, le fantôme), Susanna Foster (Christine Dubois), Nelson Eddy (Anatole Garron), Edgar Barrier (inspecteur Raoul D‘Aubert), Leo Carillo (Signor Ferretti), Jane Farrar (Biancarolli), J. Edward Bromberg (Amiot), Fritz Feld (Lecours) & Hume Cronyn (Gerard).
Musical Score & Direction: Edward Ward
Durée: 70 minutes
Universal Pictures.

Le fantôme de l'opéra : Une ombre sur les murs...
3.0Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.