Full Strike de Derek Kwok

On continue ce NIFFF 2015 sous une chaleur assommante qui tente tant bien que mal de nous achever. Mais on survit !


Cette troisième journée commence par le très sympathique western « Slow West » de John Maclean. Mêlant classicisme du genre et humour noir et absurde, le film réussit à être hypnotique de bout en bout, en partie grâce aux prestations de Michael Fassbender et de Kodi Smit-McPhee, décidément abonné au genre après « The Young Ones » l’an passé. En amoureux transi prêt à traverser les Etats-Unis pour retrouver sa bien-aimée, il trouve là son meilleur rôle. À noter que la musique de Jed Kurtzell et la photo de Robbie Ryan sont absolument sublimes.

Slow West  de John Maclean

Slow West de John Maclean

Nous avons ensuite eu la chance de redécouvrir « Strange Circus » de Sono Sion en copie 35mm. Même s’il ne s’agit pas de son film le plus abouti, il tisse là un long-métrage étourdissant sur le vertige identitaire. Rares sont les réalisateurs à plonger à ce point dans l’esprit de leurs personnages. En résulte un film inégal (qui souffre de quelques longueurs sur sa deuxième partie) mais absolument grisant.

Strange Circus  de Sono Sion

Strange Circus de Sono Sion

La suite de la journée était moins glorieuse puisque nous avons subi l’abominable « I Am Here » de Anders Morgenthaler. Réalisateur du très sympathique « Princesse », film d’animation sorti en 2006, il ne renouvelle pas l’exploit, mais nous propose là ce qui sera sûrement le pire film du festival. Véhicule pensé pour le comeback de son actrice principale Kim Basinger, « I Am Here » ennuie profondément pendant plus d’une heure avant de virer dans une absurde variation de torture-porn qui n’a rien à faire ici. On subit des incohérences hallucinantes, des fautes de goût et le jeu outré des acteurs pour en arriver à un final puant voyant son personnage principal se réjouir d’avoir été abusé. Bref, fuyez ce film comme la peste et espérons que Basinger cesse un jour de massacrer son visage à coups de bistouri.

I Am Here de Anders Morgenthaler

I Am Here de Anders Morgenthaler

On enchaîne avec « Full Strike » de Derek Kwok et Henri Wong. Le premier était déjà venu au NIFFF en 2010 avec le réjouissant « Gallants ». On sent que les deux réalisateurs cherchent à retrouver l’humour pêchu et le rythme enflammé de l’excellent « Shaolin Soccer » de Stephen Chow. Ils y parviennent partiellement, le film souffrant d’un rythme inégal, mais d’un humour réjouissant. On s’ennuie souvent, mais on rit beaucoup, ce qui fait passer la pilule au final.

 Full Strike de Derek Kwok

Full Strike de Derek Kwok

On termine cette journée par le très mauvais « Contracted : Phase II » de Josh Forbes. Pour ceux qui étaient au NIFFF en 2013, le premier opus y était en compétition internationale. Cette suite tente maladroitement de construire une sorte de mythologie via des personnages qui infectent leur prochain, ce qui laisse présager un troisième opus ces prochaines années. Il faut dire qu’on s’en passerait bien tant cette séquelle étire péniblement la même intrigue que celle du premier film, tout en édulcorant ses aspects les plus intéressants. On assiste impuissants à un bête film d’infection, bourré d’incohérences (mais pourquoi le personnage principal met-il autant de temps à se transformer ?), peu rythmé, mais un peu gore. C’était bien le minimum syndical.

Contracted : Phase II de Josh Forbes

Contracted : Phase II de Josh Forbes

Retrouvez-ici la team Daily Movies en direct du NIFFF 2015 pour vous faire vivre le festival en images!

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.