Fidèle à lui-même tout comme à sa collaboration avec les frères Coen, Carter Burwell démontre une nouvelle foi tout le talent qui le caractérise. Possédant un style instantanément reconnaissable, le compositeur utilise toujours percussions, cordes et piano avec une virtuosité réjouissante pour un résultat diablement efficace. Comme les cinéastes pour le film, Carter Burwell a choisi d’opter pour une direction musicale lorgnant par moment vers le burlesque, sans pour autant oublier que le récit s’approprie le film d’espionnage paranoïaque en le distordant afin de le plier à l’imagination débordante des frères Coen. Illustrant le suspense par des plages aux ambiances lourdes (Night Running, I killed a spook, Who are you ?), la musique manipule constamment le spectateur par rapport aux images qu’il voit à l’écran. ‘Burn after reading’ est le parfait exemple du film où la musique devient un élément primordial de l’histoire. Certainement rendu possible grâce à la longue et fructueuse collaboration de ce trio d’artistes en total adéquation.

Burn after reading
Carter Burwell
Focus Features

Burn after reading
3.0Note Finale