The Duke of Burgundy

The Duke of Burgundy –

Pour son nouveau film, Peter Strickland (« Berberian Sound Studio ») a fait appel à Cat’s Eyes, une formation constituée de Faris Badwan – chanteur du groupe The Horrors – et de la soprano Rachel Zeffira. Les musiciens parviennent avec brio à dépeindre l’univers si particulier du film qui se situe quelque part entre les années 1960 et 1970. Ethérée, la musique emploie de nombreuses sonorités particulières qui provoquent une étrange fascination. « Door No. 2 » illustre les qualités de cette composition, puisqu’en couplant le clavecin glaçant à des choeurs intermittents et à des notes jouées aux cordes, le morceau dénote les plaisirs saphiques et sadomasochistes des protagonistes. Cependant, une sensation indéfinissable apparaît progressivement, comme si une ombre menaçante planait sur l’onirisme de la composition. Le psychédélisme latent se mélange aux sonorités plus pop de la musique et oriente celle-ci vers quelque chose d’insaisissable mais d’assurément hypnotique. À l’image du film donc, qui ne cesse de fasciner.

The Duke of Burgundy
Cat’s Eyes
Caroline Records