Cette année encore le Festival du Film Vert aura pour but de présenter des films peu connus sur des sujets écologiques actuels. Après une édition 2017 remarquable qui a vu sa fréquentation en hausse de plus de 60%, le Festival du Film Vert nous revient cette année, du 01 mars au 15 avril 2018, avec sa 13e édition.

Comme chaque année depuis 2006, les festivaliers pourront découvrir des films documentaires sur la nature, l’environnement et les enjeux écologiques de ces prochaines années. Le changement climatique et la préservation des ressources naturelles auront une fois encore une grand-place durant le festival. Cette nouvelle édition du Festival du Film Vert se déroulera dans 60 villes de Suisse et de France. Et comme chaque année, l’ouverture aura lieu à Monthey, au cinéma Le Kremlin, le samedi 03 mars 2018. Une programmation de documentaires sera proposée toute la journée en présence des réalisateurs et, en fin de journée, la soirée d’ouverture à proprement parler verra notamment la remise des prix du Festival.

La remise des Prix

Quatre Prix seront remis lors de cette soirée d’ouverture : Le Prix Tournesol sera remis par un jury international composé de professionnels du cinéma et de personnalités venues de France et de Suisse, le Prix Greenpeace Suisse qui sera décerné par la porte-parole de cette ONG, le Prix FEDEVACO remit pour la troisième année par les représentants de la Fédération vaudoise de coopération et pour la première fois le Prix Green Shorts, un concours de courts-métrages ouvert au public. La nouvelle compétition Green Shorts veut saisir le pouvoir du smartphone et la popularité des vidéos en ligne pour accélérer le mouvement environnemental. Toutes personnes pouvant se servir d’un smartphone ont pu y prendre part sous l’une des catégories suivantes : GreenTalents : moins de 21 ans / GreenActifs : 21-65 ans /GreenParents : + 65 ans.

Comme chaque année, le comité de sélection du Festival a retenu un film principal, qui sera projeté pratiquement partout : il s’agit de « L’intelligence des arbres ». Ce film de Julia Dordel et Guido Tökle (Allemagne, 2017) va changer le regard que l’on peut porter sur le vivant, les arbres et les forêts. En s’appuyant sur de solides bases scientifiques, le spectateur est amené à comprendre à quel point une forêt est un éco-système complexe, vivant et formant un tout. Certaines expériences démontrent même que les arbres peuvent « communiquer » entre eux.

Une quarantaine d’autres films traitant de sujets variés autour du développement durable au sens le plus large du terme seront présentés. Le comité de sélection privilégie les films qui sont constructifs, c’est-à-dire, qui ne l’accablent pas et lui présentent des solutions. Vous pouvez découvrir la sélection complète sur le site du festival. En vrac, les festivaliers pourront découvrir, dans les différentes compétitions, les films « A Seed for Change », « Auto Reverse », « Capitaine de l’utopie », « Change », « Demain Genève », « FUKUSHIMA : Les voix silencieuses », « Héros Ordinaires », « My Stuff », « The last pig », « Un monde sans travail ? », « Une passion d’or et de feu » ou encore « Vigia ».

www.festivaldufilmvert.ch