Le FIFDH, le plus important festival dédié au cinéma et aux droits humains à travers le monde célébrera cette année, son 15e anniversaire. Cette nouvelle édition, qui se tiendra dans le Grand Genève, à Lausanne, Orbe, Bienne et dans la Vallée de Joux, réunira 300 invité(e)s de 62 pays et proposera aux festivaliers pas moins de 134 évènements, surtout au cœur de Genève, la capitale internationale des droits humains et siège européen de l’ONU. Certes axé sur le cinéma, avec de nombreuses projections de longs-métrages et de films documentaires venus du monde entier, souvent en présence de l’équipe du film, le FIFDH proposera aussi des débats, des conférences, des lectures, du théâtre, de la musique, des arts plastiques et de la photographie. Tous les arts ont le pouvoir de réveiller les consciences et changer le monde !

Deux compétitions internationales, mais pas seulement…

Comme lors des précédentes années, le FIFDH proposera deux compétitions internationales : « Documentaire de création » et « Fictions et Droits Humains ». Compétition historique du festival, « Documentaire de création » récompensera le meilleur documentaire pour sa qualité de sa réalisation. Doté d’un prix de CHF 10’000.- offert par la Ville et le Canton de Genève , celui-ci sera remis par un jury composé de Deeyah Khan, cinéaste pakistanais et Présidente du jury, de Metin Arditi, écrivain et mécène turco-suisse, de Elena Fortes, productrice mexicaine et co-fondatrice d’Ambulante, de Laurent Gaude, écrivain et dramaturge français, de Farahnaz Sharifi, réalisatrice et monteuse iranienne, et finalement de Wu Wenguang, cinéaste indépendant chinois

Quant au prix «Fictions et Droits Humains », également doté d’un prix de CHF 10’000.- offert par la Fondation Hélène et Victor Barbour, il sera décerné par un jury composé de Mounir Fatmi, plasticien et vidéaste marocain et Président du jury, de Pinar Selek, écrivaine et sociologue turque, de Farzana Wahidy, photographe et vidéaste afghan et de Clarissa Colliard, conservatrice d’art suisse. Mais le FIFDH décernera aussi le « Prix Gilda Vieira de Mello », le « Prix du jury jeunes » pour les deux compétitions internationales, le « Prix de l’organisation mondiale contre la torture », mais aussi le « Prix du jury de la prison de Brenaz » qui récompensera une production suisse.

Cette 15e édition accueillera aussi plusieurs importantes personnalités comme l’ancienne présidente du Brésil, Dilma Rousseff ou encore le Prix Nobel de la Paix, Tawakkol Karman, pour ne citer qu’eux. Le FIFDH a construit une programmation qui dénoncera fermement les violations contre la dignité humaine et nommera ses auteurs pour qu’ils ne restent pas impunis, comme le souligne la directrice générale du festival, Madame Isabelle Gattiker.

Pour découvrir cette édition du FIFDH en détail, rendez-vous sur www.fifdh.org