56 films issus de 28 pays différents sont présentés dans les programmes en Compétition Suisse et Internationale au festival du court-métrage de Winterthur. Les thématiques principales, autour de l’idée européenne et du cinéma des peuples indigènes, donnent la couleur du plus important festival de courts métrages de Suisse.

« La compétition se caractérise par des récits passionnants, des formes de narration novatrices et des instants auditifs et visuels intenses », explique John Canciani, le Directeur artistique du festival, à propos de la compétition de cette année. Issus principalement d’Asie et d’Afrique mais également de toute l’Europe, les fictions et les documentaires qui traitent de la situation politique et de l’histoire de leur pays, nous invitent à un voyage autour du monde entre passé et présent. Ainsi, ils nous mènent à la rencontre des déchets électroniques du monde occidental échoués au Ghana (« All That Is Solid »), dans les rues de Bangkok lors de manifestations anti-gouvernementales (« Auntie Maam Has Never Had a Passport »), au Mozambique où l’histoire de prisonniers politiques sous le régime portugais est racontée à travers du found footage (« Kula: A Quiet Memory »), en Russie où des journalistes risquent leur vie à tout moment (« Obituary ») et en Uganda où un prêtre lutte contre son homosexualité dans un environnement homophobe (« Kuhani »). Mais il y a aussi une place pour les petits et grands malheurs et pour les joies de la vie ordinaire au sein de la compétition internationale : celui d’une fillette qui n’arrive pas à s’endormir parce qu’un homme est décédé dans l’appartement voisin (« Trece si prin perete »), d’un jeune homme qui cherche un nouveau chez-soi pour son frère (« Tant qu’il nous reste des fusils à pompe ») ou encore d’une jeune femme qui a perdu le sien pour toujours (« 3/105 »).

A relever une forte présence féminine en Compétition Suisse (sur 14 des 19 films en compétition, une femme est à la réalisation ou à la coréalisation). En outre, de plus en plus de cinéastes aguerris reviennent au format court après avoir produit des longs métrages (« Silence Mujo » d’Ursula Meier, « My Honeymoon » d’Eileen Hofer).

Il est important de noter également la forte présence de cinéastes romands et tessinois en Compétition Suisse (9 métrages sur 19).

18ème Internationale Kurzfilmtage
Winterthur
Du 04/11 au 09/11

www.kurzfilmtage.ch