18.7 C
Munich
jeudi, mai 30, 2024
- Publicité -

65 – La Terre d’ Avant – Course contre le Temps

Claire Blanchard-Buffon
Claire Blanchard-Buffon
Cinéphile passionnée, écrivaine et musicienne depuis son enfance, elle offre son âme d’écorchée vive au besoin de l’art et de la transmission de ses émotions. Voter folie est-elle la même ?

Terreur et survie sont les mots-clés de cette science-fiction interplanétaire entre Life et Jurassic Park. Notre humanité est soumise à rudes épreuves avant même d’avoir pointé le bout de son nez.


Suite au crash de leur vaisseau spatial Mills et une jeune fille du nom de Koa sont les uniques survivants. Leur seule chance de survie réside dans un astronef de sauvetage qui a échoué à 12 km de là au sommet d’une montagne. La planète sur laquelle ils se trouvent apparaît plus qu’hostile, peuplée d’étranges créatures agressives pour la plupart, de la plus petite à la plus gigantesque. Ils n’ont aucun moyen de savoir qu’ils sont en présence de dinosaures. Pour couronner le tout, Mills et Koa ne parlent pas la même langue. Une course-poursuite pour leurs vies s’engage.

Un film fantastiquement bien orchestré où l’action ne laisse que peu de repos aux personnages et aux spectateurs avec des dangers de toutes parts, aussi bien de la faune que de la flore. Aux allures de Planète des Singes mais avec plus de 65 millions d’années avant l’ère humaine, 65 développe une des théories qui se serait produite avant la disparition des dinosaures. Elle expose qu’un vaisseau non-humain d’une haute technologie se serait échoué sur Terre à cette époque. Poussé effectivement par une pluie d’astéroïdes et accidenté gravement, le véhicule et ses occupants n’auraient probablement pas pu s’en sortir. Peu importe si on adhère ou non à cette théorie, toujours est-il qu’elle offre un excellent champ d’action pour un film de science-fiction. Il aurait été dommage de s’en priver. 

Un film très intime malgré le style qui suggère habituellement une multitude d’intervenants, puisque seulement trois personnages s’animent tout au long de l’intrigue, dont un en tant qu’hologramme. Adam Driver est formidable dans ce rôle fragile de survivant qui oscille entre dépression et altruisme. On en attendait pas moins de son talent. Les effets spéciaux numériques sont époustouflants et intègrent des dinosaures fraîchement découverts. 

En-dehors du T-Rex que l’on ne présente plus, des raptors et des ankylosaures, par exemple, la réalisation a eu la bonne idée d’utiliser des dinos moins courants. Avis aux amateurs. Bien que les dangers soient effectivement nombreux dans une telle situation, en tout cas, on l’imagine facilement, une touche de réalisme est apportée aux déroulements des événements. Il est clair que les personnages ne vont pas être confrontés à tous les périls, où alors se sont de sacrés poissards. 

La durée de 1 heure trente est très courte pour un tel film. Pour ceux qui aiment le genre, cela est vraiment trop bref. Pourtant, chaque minute est utilisée habilement et l’impression d’avoir vu un contenu riche et ressentie. C’est un excellent moment de cinéma de science-fiction et d’action. Un film pour toute la famille à partir de 12 ans.

65 – La Terre d’avant
US – 2023 – 1h33 min
Action, Drame, Science-fiction
Réalisateurs: Scott Beck, Bryan Woods
Avec: Adam Driver, Ariana Greenblatt, Chloe Coleman, Nika King, Brian Dare
© Sony Pictures Switzerland
08.03.203 au cinéma

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -