Des Rencontres cinématographiques: Palestine Filmer C’est Exister donne, depuis sa création, la parole aux cinéastes palestinien.nes en proposant à son public de découvrir à travers des longs-métrages et des courts-métrages une Palestine qui a beaucoup à dire.

La Nakba et ses conséquences comme fil rouge !

On ne peut pas parler de la Palestine sans évoquer le conflit israélo-palestinien qui fait couler beaucoup d’encre et de sang, mais aussi les autres conflits israélo-arabe qui ont eu lieu depuis 1948 et la création de l’État d’Israël. Cette 7ème édition du festival sera donc évidemment politique et mettra en avant, avec le thème « La Nakba et ses conséquences », l’exode massif des Palestinien en 1948 et les conséquences jusqu’à ce jour. C’est cette « catastrophe » qui constituera cette année le fil rouge du festival.

 

27 films à découvrir à Genève et Lausanne.

Cette année, 27 films seront à découvrir lors des projections programmées au Spoutnik à Genève et à Oblò à Lausanne, certaines en présence de cinéastes palestinien.nes et en Première suisse. Cela sera notamment le cas du film « The truth : Lost at sea », « From beneath the earth », « Madame El », « Inner Mapping », « Al Obour » ou encore « Visitation » qui sera diffusé en Première européenne.

Ces cinéastes palaestien.nes, aujourd’hui encore, livrent une bataille mémorielle qui montre les répercussions de la Nakba, tant au sein de la population locale que dans la diaspora palestinienne à travers les monde.

Broken en film d’ouverture !

Et si le programme ne sera dévoilé que le 1er novembre (trop tard pour vous en parler ici), on peut déjà vous annoncer que le film « Broken » sera projeté en première suisse lors de la soirée d’ouverture, jeudi 29 novembre à Genève, en présence du réalisateur Mohamed Altatar et du producteur Stefan Ziegler. Le film, un voyage palestinien à travers le droit international, sera suivi d’un débat. Comme chaque année, le festival donnera l’occasion au public, à travers de nombreux débats et des rencontres, de se confronter aux cinéastes et mieux comprendre les souffrances, les injustices et les promesses non-tenues que subit le peuple Palestinien depuis maintenant 70 ans !

En attendant le 1er novembre, vous pouvez soutenir PFC’E en devenant membre de l’association ou/et en faisant un don directement sur le CCP.

Et pour suivre l’actualité du festival :

www.palestine-fce.ch

Facebook : https://www.facebook.com/PalestineFilmerCestExister

Twitter : (@FestivalPFCE)