Alex Ebert a fait une entrée remarquée dans le milieu des compositeurs de bande-originale en signant la musique du film de J.C. Chandor, « All is Lost », partition pour laquelle il reçut d’ailleurs un Golden Globe. Pas étonnant donc de voir les deux hommes collaborer une seconde fois pour « A Most Violent Year ». Autant vous dire d’emblée que le deuxième score d’Ebert confirme tout le bien que nous pensions de lui. Après un titre bluesy, nous voilà embarqués dans un voyage éclectique d’une noirceur extrême. « I Am and We Are » et ses nappes rappellent certaines de plus belles compositions de Philip Glass, en plus inquiétant. La minimaliste et très grave « Garden Shadows », interprétée au piano (le titre sera ensuite repris dans une puissante version orchestrale) montre l’étendue du talent de son compositeur. Mais c’est à partir d’« Abel’s Theme » qu’on se dit que nous sommes face à une B.O. d’exception. D’une intensité rare, ce titre au thème morriconnien qui survient au milieu d’une lente transe est une merveille. À l’image du film de J.C. Chandor en somme.

A Most Violent Year
Alex Ebert
Community Music