Olivier Mellano signe la musique de ce drame fantastique haïtien du premier film de Paul Manate. Une écoute à nous faire revivre le film du début jusqu’à la fin.


Tout comme pour le film, sa musique, est une expérience sensorielle, mystérieuse, à la manière d’un film de Terrence Malick. On se laisse très facilement emporter et on surf sur des sons mélodieux et captivants, presque hypnotisants.

Synopsis
Jeune assistant parlementaire métis, amoral et séducteur, Teivi revoit un jour Yasmina, une lointaine cousine maorie aux pouvoirs mystiques, qui lui fait une étrange prédiction. Mais en proie à des malaises hallucinatoires et empêtré dans une affaire de corruption immobilière, Teivi perd pied. Persuadé que Yasmina peut le guérir, il part à sa recherche et chemine jusqu’à la presqu’île fantasmagorique de Tahiti. L’Oiseau de paradis raconte une Tahiti intime et légendaire, métis et vivant. Un conte mystique et contemporain sur le plus beau des paradis perdus.

« En composant cette bande originale, j’ai voulu inventer une musique traditionnelle fantasmée qui est vite devenue celle de la nature et de ses esprits nocturnes tressés avec les forces sombres des ambitions humaines en prolongeant l’inquiétante étrangeté innervant ce film fascinant. »

Olivier Mellano

En général, la musique de film est complémentaire à l’histoire et même si parfois la musique se met plus en avant, ici, il est question d’une fusion assez agréable à écouter, évidemment si on oubli les morceaux courts d’introduction qui passe moins bien par les oreilles. Mais dans son ensemble, chaque morceau nous fait voyager et va chercher en nous des souvenirs touchants du film.

« Au départ, je n’avais qu’une certitude, je ne voulais pas d’une musique simplement folklorique et exotique, qui collerait au territoire polynésien, l’illustrerait bêtement. Je désirais quelque chose qui évoque le voyage intérieur de mes héros, des sonorités magiques, à base de souffles, de percussions tribales et de notes synthétiques pour faire ressentir la fantasmagorie de l’histoire et la mutation mystique de mes personnages. Comme un esprit insaisissable qui rôde et irradie l’ensemble du récit, une « voix » qui raconte et trouble. Très vite, dès la première version de montage, Olivier m’a proposé une esthétique musicale complète, sur tout le film, parfois sur des séquences où je n’imaginais pas de musique. Nous avons alors affiné le rythme et l’épaisseur de chaque morceau pour trouver un équilibre métis, à la fois moderne et légendaire, tellurique et numérique. Une création qui, je crois, amplifie et magnifie les articulations narratives du scénario. »

Paul Manate

En conclusion, la musique du film « L’Oiseau de Paradis », se révèle être, comme pour le long métrage, une belle réussite, qui garde jusqu’au bout sa part de mystère et d’inexpliqué. La musique du film donnera certainement envie de faire découvrir le film qui a eu malheureusement une sortie très discrète.

Un premier scénario merveilleusement amené grâce à ses acteurs talentueux et très magnétiques et bien sûr à sa musique tout autant énigmatique, qui en vaut la peine d’être écouté.

L’Oiseau de Paradis (Original Motion Picture Soundtrack)
De Paul Manate
Une musique d’Olivier Mellano
Label Plaza Mayor Company Ltd
Distribution Digitale The Orchard
Distribution Physique Sergent Major Company Ltd
CD Digital & CD Physical Limited Edition

A propos de l'auteur

Depuis des nombreuses années, Carlos Mühlig met son savoir faire journalistique et en matière de communication au service de sa passion pour le 7ème art.

Articles similaires