Loin des clichés du milieu hip-hop, rap et RnB, « C’est tout pour moi » retrace la vie de Nawell Madani, de sa famille et de proches. Combative, acharnée et butée, la jeune femme rencontrera des gens tout autant malveillants que bienveillants.


Lila ne rêve que d’une chose depuis son enfance, être une danseuse célèbre. Que ce soit pour participer à une comédie musicale ou travailler dans un clip, et ce, malgré le désaccord de son père. Un jour, une belle occasion se présente et la jeune femme décide de la saisir en se rendant à Paris. Mais les embûches rattrapent très vite son rêve et elle doit faire face à un milieu qui est loin d’être accueillant et charmant. À force de s’obstiner, elle débutera finalement comme humoriste stand-up. Depuis, elle est submergée par deux fortes idées : voir son nom en tête d’affiche et surtout, rendre à nouveau son père fier d’elle.

Avant d’analyser le très bon long-métrage de Nawell Madani, il est préférable de comprendre un peu mieux une partie de sa vie. D’origine algérienne, elle est née et a grandi en Belgique. Après avoir attrapé le virus de la danse au travers du hip-hop, elle devient chorégraphe et enchaîne les déplacements. Mais elle éprouve vite du dégoût pour ce métier, car les directeurs artistiques exigent surtout que les femmes soient en petites tenues au lieu de montrer leur véritable talent qu’est la danse. Elle s’investit donc ailleurs avant de ressentir un nouvel intérêt : le théâtre et la comédie. Fin 2008, elle suit une formation intense et participe à différents cours. Par la suite, elle est engagée comme humoriste pour le « Jamel Comedy Club ». Seule femme au sein de ce divertissement, elle aura très vite le sentiment « que cette grande famille est un monde plein d’égo et de compétition ». Nawell Madani décida aussi de quitter cette structure pour travailler, entre 2011 et 2015, au sein de chaînes télévisées. En 2015, elle entreprit son premier stand-up en abordant certains sujets tabous comme la virginité chez la femme maghrébine.

Après avoir été primée au Globe de cristal pour son meilleur spectacle, elle se lança dans le cinéma et joua un petit rôle dans la comédie française « Alibi.com » sorti en salles en 2017. A la fin de cette même année, sa première réalisation « C’est tout pour moi » est achevée et diffusée dans les cinémas romands. Pour ce faire, la jeune femme s’est investie un maximum. Non seulement, elle tient avec brio le premier rôle, mais sa scénarisation, réalisation et le pilotage de son équipe technique est incroyable. Certes, elle ne souhaitait pas forcément être en tête d’affiche, mais la production a réussi à la convaincre et à juste titre.

Mais « C’est tout pour moi » est aussi un film intimiste, drôle et touchant. Car si la comédienne a puisé dans son vécu, elle rend aussi un magnifique hommage à sa famille et à une amie proche décédée depuis. C’est en fait cette disparition qui a créé un changement conséquent dans le scénario, soit la suppression d’un personnage important. Mais selon les dires de la réalisatrice, les allusions à ce protagoniste restent toujours omniprésentes et très personnelles. En tout cas, ces modifications ne dénaturent pas du tout, « C’est tout pour moi ». Au contraire, cela renforce son charme.

Certes, son long-métrage contient une infime part de vulgarité, mais ceci est dû à la modernité du récit et au mouvement hip-hop qu’elle relate. S’adressant à un large public, elle ose exprimer des faits encore tabous voire cachés. A l’exemple du manque de respect envers les femmes dans le milieu professionnel, mais aussi en affirmant que l’univers des humoristes n’est pas qu’accueillant et solidaire.

« C’est tout pour moi » est aussi une œuvre poétique où la musique actuelle et rétro est presque un personnage. En fait, Nawell Madani arrivera sans nul doute à faire voyager son public et à expliquer qu’avec de la bravoure, de la persévérance et de la patience, toute personne peut arriver à son rêve. Bien que les femmes se sentent plus concernées par les messages de la réalisatrice, la gente masculine ne sera pas en reste et comprendra aussi l’importance du soutien moral envers sa compagne. « C’est tout pour moi » est à découvrir parce qu’il est aussi un très bon « feel good movie », soit un film positif et en l’occurrence entreprenant.

Finalement, et ce fait mérite d’être mentionné encore plus par rapport aux rares réalisatrices, il est agréable de voir une femme diriger une équipe face et derrière la caméra. Et ce même si elle était accompagnée à différents stades.

C’est tout pour moi
FR   –   2017   –   Comedy
Réalisateur: Nawell Madani, Ludovic Colbeau-Justin
Acteur: Nawell Madani, François Berléand
JMH
29.112017 au cinéma

C’est tout pour moi : quand l’autodérision est une force
5.0Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.