CHAPPIE De Neill Blomkamp

CHAPPIE De Neill Blomkamp –


Troisième long métrage du réalisateur sud-africain Neill Blomkamp, Chappie s’inscrit dans la lignée futuriste de ses précédents films. L’histoire du droïde émotif nous ferait presque oublier le grossier « Elysium », mais demeure très inégale.


Dans un futur proche, la police de Johannesburg a renforcé ses rangs de robots armés, les scouts, afin d’accroître ses forces pour lutter contre les groupuscules rebelles et le banditisme. Le créateur des droïdes, l’ingénieur Deon Wilson (Dev Patel), a alors la cote auprès des services de police. Ce n’est pas le cas de son concurrent Vincent Moore – Hugh Jackman avec une merveilleuse coupe mulet – qui s’efforce depuis des années à mettre sur pied un projet de défense jugé trop coûteux. Mais Deon veut aller plus loin que des robots intransigeants sans possibilité de dialogue : il conçoit donc un prototype de scout pouvant ressentir des émotions. Parallèlement, un groupe de voyous a besoin de la force d’un robot pour un braquage. Ils kidnappent alors Deon, le forçant à mettre son projet sur pied plus vite que prévu. Ainsi naît Chappie, premier droïde capable de ressentir des émotions. Son apprentissage de la vie humaine débute au même stade qu’un enfant. Il sera adopté par le groupe de délinquant, découvrant peu à peu la vie réelle et les attitudes de gangster.

CHAPPIE De Neill Blomkamp

CHAPPIE De Neill Blomkamp

Des thèmes récurrents
Depuis « District 9 », Blomkamp montre une certaine cohérence de réalisation et de thèmes abordés tout en gardant un style futuriste reconnaissable de films en films. Son concept de robots policiers intransigeants abordé dans « Elysium » est ainsi développé dans « Chappie ». En plus du design quasi similaire des robots, le réalisateur fait une fois de plus appel à l’acteur Sharlto Copley, cette fois-ci pour une performance en motion-capture dans le rôle du droïde, afin de lui donner une apparence plus humaine. À mi-chemin entre « E.T » et « Robocop », Chappie symbolise une conscience embryonnaire prenant vie dans un corps et un monde étranger. Partagé entre l’amour de sa mère adoptive et l’agressivité de son père, l’âme d’enfant surdouée apprend vite et se retrouve rapidement confrontée à la dure réalité.

Comme pour ses deux précédents films, Blomkamp oppose les milieux sociaux et caricature – sans beaucoup de finesse – un peuple démuni subissant l’oppression d’une autorité élitiste. La misère est surtout représentée par des groupuscules de délinquants marginaux. Trop manichéen et trop simpliste, on retrouve ce traitement très grossier des précédents films, ternissant ainsi l’efficacité de la critique faite par le réalisateur.

CHAPPIE De Neill Blomkamp

CHAPPIE De Neill Blomkamp

Une réalisation inégale
L’ouverture du film sous forme de documentaire, suivie d’une première demi-heure téléphonée suffit à refroidir, laissant présager un nouveau gâchis. Mais à partir de l’entrée en scène du robot et son apprentissage, le regard sur le film commence à changer. Parsemé d’embuches, de fautes de goûts et de ficelles scénaristiques bien trop grosses, le long-métrage réussit quand même à provoquer une réelle émotion dans le traitement de son héros. Chappie est le personnage le plus humain du film, et l’on suit avec plaisir et humour son développement. Comme l’explique Blomkamp : « L’idée était de donner à quelque chose d’aussi peu humain qu’un robot toutes les caractéristiques humaines. […] C’est toute l’ironie du film, car ce robot doué de conscience fait peu à peu preuve de plus de morale, d’éthique et de scrupules que les êtres humains. »

Malheureusement, ces bons côtés du film sont contrebalancés par des clichés récurrents et un déroulement trop simplet. Certains aspects frôlent même le ridicule, l’exemple le plus frappant étant la vision du réalisateur du monde délinquant, individus stupides au look de punks à chien, manquant cruellement d’humanité pour servir la narration et mettre en avant celle du robot. Ainsi du couple de « parents » peu crédible qui occupe une place trop importante. Dev Patel (« Slumdog Millionaire ») incarne quant à lui avec assurance le créateur de Chappie, éperdument attaché à sa machine. En revanche, même si Hugh Jackman est très bon et porte bien la mulet, son personnage reste sous-exploité.

CHAPPIE De Neill Blomkamp

CHAPPIE De Neill Blomkamp

Malgré des fautes de parcours simplistes et caricaturales récurrentes, Blomkamp propose un sujet mieux abordé, avec plus de relief, livrant au passage de très belles scènes d’action – le combat final potentiellement ridicule s’avère grandiose. Cette inégalité laisse toutefois dubitatif quant à une réelle appréciation du film. Espérons que ces défauts seront gommés dans son futur « Alien 5 »…

CHAPPIE
De Neill Blomkamp
Avec Dev Patel, Sharlto Copley, Hugh Jackman, Sigourney Weaver
Sony Pictures/Disney
Sortie le 04/03