Du robot de cuisine familier à Skynet en passant par David ou encore Sonny, les exemples d’intelligence artificielle ne manquent pas. Nous sommes fascinés par les capacités de cette technologie que nous maîtrisons, il faut bien l’avouer, dans une certaine mesure. Bien que nous en sommes encore aux balbutiements de cette facette de la science, les plus grands espoirs sont formulés quant à la réalisation de nos fantasmes robotiques les plus extraordinaires. L’été 2018, sera-t-elle intelligente plus qu’artificielle ? Ou au contraire, le savant fou qui fait tant rire depuis des générations se révélera enfin comme un visionnaire de l’amélioration du quotidien de l’humanité et de la planète ? Pour le savoir, rendez-vous du 29 juin au 8 juillet entre le CERN et la Perle du Lac.


Cette année sonne le début d’un rendez-vous annuel fixe, se déroulant sur 9 nuits d’été pour profiter pleinement des projections en plein air quotidiennes et également pour se calquer sur la Nuit de la Science, qui aura lieu les 7 et 8 juillet 2018. CinéGlobe s’ouvre pour cette édition à l’Intelligence Artificielle et toutes les possibilités acquises et celles à venir. Comment cette technologie peut-elle nous faire évoluer ? Comment peut-elle améliorer nos connaissances en alliant celles stockées dans ses millions de banques de données afin de nous rendre plus intelligents ? Le festival débutera le vendredi 29 juin au CERN avec des projections sur le terrain du Globe de la Science et de l’Innovation, puis il déménagera un temps pour s’allier à la Nuit de la Science au Parc Moynier au bord du Lac, tout près de la Perle du Lac, pour d’autres projections. Les habitués ainsi que les néophytes pourront profiter de court-métrages, de long-métrages, d’ateliers de créations, de films pour enfants de 0 à 10 ans. Pour la deuxième fois consécutive, 48 Hour Film Project Science-Fiction 360 VR revient à CinéGlobe pour le plaisir de tous puisque chacun peut y participer sur inscription préalable. Le principe est simple : les participants ont 48 heures pour réaliser un court-métrage de science-fiction en réalité virtuelle. Ce laps de temps doit contenir l’intégralité du processus de création du vendredi 19h jusqu’au dimanche 19h. De quoi stimuler les aventuriers autant que les curieux. Du côté des nouveautés, nous découvrirons dans le cadre du Hackathon « AI pour la culture » des partenaires tels que l’EPFL, ROS (premier festival de film robotique en Espagne), THE PORT et Sundance Institute. CineGlobe propose cet événement qui regroupe les artistes, les technologues et les scientifiques afin d’élaborer des projets pour améliorer l’accès, le contenu et la variété culturelle se résumant comme cela : la culture pour tous, des créateurs au public. Le thème de l’Intelligence Artificielle, des Futurs Intelligents et de leurs possibilités ouvrent un univers de débats, de rêves, de découvertes et prédit un avenir aux utilisations exponentielles pour l’humanité, dans l’idée d’un contrôle relatif des robots et de leurs interactions avec nous.

Dans le flot actuel d’informations massif et incessant, I.A. est un outil plus qu’une robotique indépendante à l’instar de certains récits et films de science-fiction. Bien que pour le moment, les machines soient programmées par l’homme et réagissent en tant que telles, le futur de la robotique s’oriente plus que jamais vers une technologie visant un genre de libre arbitre des machines. En mettant de côté la terreur apocalyptique de la prise de pouvoir des robots sur les humains, leurs capacités, dans le but de soulager les êtres mortels que nous sommes, entrevoit des domaines d’actions auxquels peu d’entre nous croient réellement. Le festival pose la question sur comment vivre avec une intelligence artificielle et les défis de sa durabilité restent nombreux. Un aspect intéressant est le Robot Jury qui concrétise au quotidien I.A. en créant un membre adjoint du jury du CineGlobe. Personne ne connaît le choix que fera ce Robot Jury qui va estimer les réactions et les émotions du public face aux court-métrages afin de donner le choix du film qui a réussi à mieux toucher son audience. Son intégration au jury est ludique, mais aussi sérieuse, et permet d’ouvrir une discussion sur les limites des algorithmes et l’IA. Le thème du festival est Futurs Intelligents, donc le futur et l’intelligence, de l’intelligence humaine à l’IA. Pour le côté futur, on discute de l’éventuel voyage en espace à d’autres mondes, soit la lune ou mars. Les représentants de deux missions NASA simulées à d’autres mondes viennent nous parler de leurs expériences, et de comment l’intelligence humaine et sociale est la plus importante composante d’une mission en espace.

Côté univers, les bases hypothétiques de Mars et de la Lune proposeront peut-être d’envisager une utilisation de cette technologie pour trouver une intelligence plus profonde et de la gérer avec plus de durabilité. My Square présentera deux dômes 360° pour servir de lieux d’accueil, pour les événements, les projections, et les projets de réalité virtuelle. Le soir, les films sur divers thèmes seront projetés à 360 degrés justement. Pour les ateliers, CineGlobe présentera : un atelier de création de films robotiques basé sur le théâtre d’ombres. Le but est d’enseigner aux adultes et aux enfants comment programmer les robots et les utiliser pour créer des images. L’atelier est basé sur le travail artistique de l’étudiante de la HEAD Mai Li, et relie le théâtre d’ombres – une vielle forme d’art provenant de la Chine – et la robotique d’actualité, permettant aux participants de créer une scénographie dans l’espace 3D, un parcours pour le robot avec une torche montée sur sa tête, et le tout filmé avec une caméra vidéo. Pour les plus petits tous âges, CineGlobe présente un programme dédié aux enfants, les matinées des week-ends. Cette année, ce programme aura sa propre compétition, permettant de valoriser les films créés pour les enfants (0-10 ans) au même niveau que les fictions pour adultes et les documentaires. Les films faits pour les animaux font des vagues sur YouTube déjà, mais pour les plantes ? Quand on parle de l’intelligence, c’est plutôt au sujet des humains, ou parfois pour les animaux (spécialement les mammifères) avancés. Pourtant, les plantes réagissent aux stimuli, elles sont affectées par la lumière et les sons, et donc une plante exposée au cinéma sera forcément changée par le contenu du film, même si c’est lentement.

L’artiste et écrivain renommé Jonathan Keats présentera son œuvre Cinéma Botanica, ou film pour les plantes, à la fois ludique, absurde, et profondément curieux afin de démontrer une intelligence végétale qui vit devant nous sans que nous nous en doutions. Enfin, un cinéma itinérant couvert à la Nuit de la Science permettra la projection de courts-métrages pendant la journée. Les séances se dérouleront en boucle, toute la journée, et présenteront les films favoris de CineGlobe 2018, ainsi que les films pour enfants. Sinon, du côté plus professionnel, pour la première fois, les directeurs/trices des festivals scientifiques en Europe, comptant environs dix pays et quinze festivals, se rendront à CineGlobe pour la première conférence sur la promotion du cinéma inspiré par la science et la technologie. Les participants discuteront comment mieux valoriser ces films, promouvoir leur production, et les partager partout en Europe. Le programme du congrès consistera en plusieurs événements ciblant les professionnels du cinéma et des festivals scientifiques, sur trois jours (lundi-mercredi) pendant ce CineGlobe.

À noter également, des projections en plein air sur la pelouse auront lieu pendant le festival et ensuite pendant le mois de juillet à La Perle du Lac. Des projections uniquement le soir pour la semaine afin de laisser la place à des week-ends complets offrant des événements variés et nombreux. Chaussez vos neurones, réveillez votre créativité et lâchez votre imaginaire pour jouir pleinement de ce festival atypique et salutaire dans l’agenda estival genevois.

Evénements à retenir
Film d’ouverture : AlphaGo de Greg Kohs, documentaire qui raconte la rencontre entre AlphaGo, le système d’IA conçu par DeepMind, la filiale britannique de Google et Lee Sedol, l’un des meilleurs joueurs mondiaux au go.

Documentaires : Projections de deux films sur l’astronaute Thomas Pesquet ainsi que le premier film VR tourné en espace. Produit par La Vingt-Cinquième Heure et réalisé par Pierre-Emmanuel Le Goff, le documentaire « 16 levers de soleil » fait partie d’un projet multi-format qui inclut l’expérience en réalité virtuelle Dans la peau de Thomas Pesquet.

CineGlobe 2018
Du 29 juin au 8 juillet 2018
Genève
www.cineglobe.ch