12ème FIFDH 2014

12ème FIFDH 2014


Voici 3 jours que le FIFDH a débuté et déjà beaucoup de moments forts en émotions.


Cette année l’ouverture s’est passée au Victoria Hall avec comme porte parole pour le jury documentaire l’actrice Rachida Brakni et pour celui de la fiction Peter Scarlet ex-directeur de nombreux festivals internationaux.

Avant de pouvoir enfin découvrir le film évènement de la soirée « Nelson Mandela Au non de la liberté » il y a eu comme il se doit plusieurs discours avec notamment notre maire Sandrine Salerno et Madame Navanethem Pillay comme Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme.

Le film a été largement applaudie, il était le film a projeter pour cette ouverture afin de garder de l’optimisme malgré les thématiques et les débats parfois difficiles de ces prochains jours.

Difficile de tout voir, mais parmi les films que j’ai vu, mon coup de cœur va à « Light fly, fly high ». En quelques mots ce film documentaire très bien monté par la réalisatrice Beathe Hofseth, suit une jeune boxeuse indienne qui veut en faire son métier…mais la route est parsemée d’embuche. Un moment de pur bonheur ou chose rare…le public a applaudi avant la fin avec une exclamation de bonheur partagé. Un doux moment donnant un répit entre des films qui font parfois envie d’hurler.

Dans le public un comédien et ex-footballeur bien connus pour ses combats… pour entre autre les mal-logé a suivit le film…à vous de trouver sur la photo Eric Cantona.

12ème FIFDH 2014 Eric Cantona (derrier le public) - FiFDH2014 (C)Kley

12ème FIFDH 2014 Eric Cantona (derrier le public) – FiFDH2014 (C)Kley

Un changement de salle m’a fait louper le film sur le Puy Riot, mais voici quelques photos du débat avec l’une des membres Maria Alekhina. Celle-ci a été largement applaudie et s’est dit déterminée à faire connaitre la condition des prisonniers dans les prisons russes. Après être elle même passée par là et risquant tous les jours d’être agressée ou à nouveau inculpé….on ne peut qu’admirer son courage!

En ce lundi soir le film « L’amour réprimé » concernant le droit des personnes Lesbian, Gay, Bisexual, and Transgender avec un débat au titre évocateur de « Global Gay, le nouveau défi pour les droits humains » avaient deux invités prestigieux.

Monsieur Robert Badinter étant l’une des personnes qui a permis d’abolir la peine de mort en France et qui se bat depuis de nombreuses années pour les droits humains dans toutes ses formes et notamment pour les LGBT. Deuxième invitée, première femme au barreau à pouvoir plaider au Cameroun Madame Alice Nkom qui se bat au quotidien sur le terrain pour inviter la prison à des homosexuels.

Il reste encore jusqu’à dimanche pour visionner de nombreux film documentaires ou de fictions avec des débats laissant parfois dubitatifs…et ou l’on se demande ou va l’humanité…

Surtout allez-y…..

www.fifdh.org