Le Manifeste du futurisme a été rédigé il y a exactement 110 ans. La 23e édition des Kurzfilmtage s’empare de ce concept et présente de nouvelles théories futuristes.


Les neuf programmes ne résolvent certes pas les problèmes de notre planète, mais ils poussent à la réflexion avec humour, sincérité et visions d’avenir colorées élaborées par des cinéastes et autres invités passionnants. Les théories des Kurzfilmtage et celles de 1909 ont en commun le courage de provoquer et d’encourager le débat sur l’avenir de notre société.

Grand focus : The Future Is …
Faire l’apologie de la guerre comme « hygiène du monde », « détruire les institutions » ou « mépriser le sexe féminin » font partie des idées provocatrices du premier Manifeste du futurisme rédigé en 1909 par l’Italien Filippo Tommaso Marinetti. Aujourd’hui, ce type d’idées radicales semblent retrouver une certaine popularité. Elles sont propagées par les hommes d’Etat, créateurs politiques de l’avenir, ainsi que par des populistes bruyants et omniprésents dans les médias. Il est temps de s’y opposer. Nos neuf programmes se concentrent sur des thématiques d’avenir pertinentes et invitent le public à s’exprimer.

Focus sur un artiste: James N. Kienitz Wilkins
La voix de James N. Kienitz Wilkins captive le public. Ses films ont des notes littéraires, mais ce ne sont pas des livres audio pour autant. Leurs images simples font mouche: stoïques, elles se gravent dans la mémoire et nous poussent à les contempler, au lieu de les laisser défiler sur l’écran. Ses histoires sont un mélange de réflexions tirées du quotidien, de semi-vérités créées à partir de légendes urbaines, de faits et de connaissances techniques. L’artiste et cinéaste américain sera présent durant le festival.

Focus sur un pays: le Brésil
« Je serais incapable d’aimer un fils homosexuel. Je préférerais qu’il meure dans un accident plutôt que de le voir s’afficher avec un type à moustache. » Ce sont les propos du président brésilien Jair Messias Bolsonaro. Celui-ci a énormément réduit, voire supprimé, les programmes de financement destinés à la culture. En outre, le mouvement de Pentecôte, qui prend toujours plus d’ampleur, lutte contre les homosexuels. Dans ces conditions, la communauté LGBTQI et les minorités brésiliennes telles que la population autochtone ont de la difficulté à se créer une plateforme. Avec leurs courts métrages, ils se battent pour davantage de reconnaissance. Les réalisatrices et réalisateurs montrent les destins de personnes qui ont payé très cher leur nouvelle identité.

Programme pour les jeunes
L’investissement dans la formation est une préoccupation centrale des Kurzfilmtage. Les deux programmes pour les jeunes, dès 12 et 16 ans respectivement, donnent un aperçu d’une culture cinématographique contemporaine variée, au-delà d’Instagram et des vidéos de chats, et peuvent être visionnés dans un cadre scolaire ou en famille. Le Jury des jeunes choisit dans les deux programmes le lauréat ou la lauréate du Prix Jeunesse du meilleur film.

Les Internationale Kurzfilmtage Winterthur sont un festival de courts métrages qui a lieu chaque année en novembre et qui est organisé par l’association du même nom dans la ville de Winterthour. Le festival dure six jours et est considéré comme le plus important festival de ce type en Suisse. Les compétitions internationale et suisse donnent aux spectateurs une bonne vue d’ensemble du paysage cinématographique mondial d’aujourd’hui. Le programme de courts métrages s’accompagne de nombreux événements consacrés à la musique, à la danse et à l’art.

Internationale Kurzfilmtage Winterthur
Du 5 au 10 novembre 2019
Winterthur
www.kurzfilmtage.ch