15.1 C
Suisse
22 juin 2021

S'abonner au magazine

La 6e série de filmo est maintenant en ligne

-

Voici donc la swissploitation – et le tout nouveau James Bond de filmo !


Le monde entier attend le nouveau James Bond – filmo réduit pour vous le temps d’attente et vous allez vous régaler avec un agent 007 d’un genre très particulier ! Le 6 juin, filmo souffle sa deuxième bougie : pour l’occasion, nous publions une série spéciale comprenant dix films suisses culte de genre, du polar déjanté à la production pour insensibles amateurs de cinéma d’horreur en passant par le thriller dystopique… et la grande première numérique labellisée filmo de la parodie de James Bond sortie sous le titre « Bonditis ». // « Facettes » du cinéma –  et du cinéma suisse : notre nouvelle featurette est destinée à ceux et celles qui veulent en savoir plus sur la swissploitation. // Nouveau partenaire, nouvelle plateforme : les films de filmo sont maintenant aussi sur myfilm.ch !

Bond, James Bond ? Non, Born, Frank Born. – Un comptable se prend pour James Bond et se retrouve dans une station de montagne, attaqué de tous côtés par des services secrets rivaux. « Bonditis » de Karl Suter est une absurde parodie des films de James Bond en vogue dans les années 1960. Après sa première sortie en 1967, le « soi-disant James Bond suisse » en connaît une deuxième : grâce à sa restauration par filmo, « Bonditis » est maintenant à l’affiche en version numérique !

Une autre parodie suisse du film d’espionnage a vu le jour en 1967 : « L’inconnu de Shandigor » de Jean-Louis Roy, membre du Groupe 5. Un savant fou met au point une arme secrète convoitée par des dizaines d’espions. Film culte – enfin visible en streaming grâce à la Cinémathèque suisse et à filmo !

« Sommersprossen » (1968) d’Helmut Förnbacher ne parle pas d’espionnage mais de braquages de banques, fusillades meurtrières et courses de voitures anciennes. Deux malfrats enfreignent la loi et séduisent de jeunes femmes. Le film de gangsters est inspiré d’une histoire authentique et, en 1968, s’est inscrit dans l’air du temps en captant l’attention de toute une génération.

« Jack the Ripper » (1976) de Jess Franco – beaucoup de sang, de sexe et de violence, et l’acteur Klaus Kinski en tueur en série – est pour ainsi dire un must dans une saison dédiée à la swissploitation. « Jacques d’Eventreur » est l’exemple même du film adapté selon les recettes esthétiques helvétiques ; c’est aussi un film pour les amateurs endurcis de cinéma d’horreur.

Pour ses débuts derrière la caméra, Tim Fehlbaum nous montre dans « Hell » (2011) ce qui se passe quand le soleil a tout brûlé et que la Terre est devenue un seul et unique désert – au moment où commence, dans une chaleur infernale, la lutte pour la survie. Thriller d’anticipation dystopique venu de Suisse.

Réalisé par Manuel Flurin Hendry, dont c’est aussi le premier film, le policier culte « Strähl » (2004) nous mène à Zurich, à la Langstrasse. Strähl, un policier anti-drogues rêve du gros coup de filet mais, en attendant, se chamaille avec les petits dealers et toxicos du quartier. Un jour, son tempérament cholérique lui joue un tour fatal… Un film palpitant, cru et extrêmement dynamique.

Dans « Der Fall » (1972) de Kurt Früh, un détective privé cherche à se sortir de la médiocrité et se retrouve sur la mauvaise pente… Hommage au film noir, le dernier film de Kurt Früh montre toute la tristesse d’une ville de banlieue suisse dans les années 1970.

Dans « Fuori dalle corde » (2007), la dégringolade est encore plus brutale. Pour son premier et implacable film, Fulvio Bernasconi nous fait partager le combat d’un jeune boxeur qui ambitionne de devenir un champion et se retrouve dans le monde de la pègre, qui a ses propres règles. Un film où chaque coup doit être précis.

Dans «Der Sandmann» (L’homme de sable) (2011) de Peter Luisi, le héros rencontre bien d’autres problèmes. Un jour, il découvre que du sable s’écoule de son corps – et sa vie bien ordonnée est tout à coup totalement chamboulée. Une comédie romantique fantastique avec un soupçon d’humour noir.

L’histoire d’un inventeur qui a eu une bonne idée mais au mauvais moment est racontée par Kurt Gloor. Paysan et ouvrier en usine, Jakob Nüssli veut révolutionner les transports, pour faciliter la vie de sa famille et pour l’humanité. Mais la guerre le rattrape… Bruno Ganz brillant dans le rôle de « L’inventeur » (1980).

Les films suivants de la 9e saison ont été entièrement restaurés par filmo :
«Bonditis» (1967), Karl Suter

Remastérisation par filmo :
«Der Fall» (1972), Kurt Früh
«Der Erfinder» (1980), Kurt Gloor
«Strähl» (2004), Manuel Flurin Hendry

Le tableau des 10 films de la 9e saison de filmo, avec les bandes-annonces et les bonus, c’est ici.

Nouvelle featurette « Facettes du film »: Swissploitation
Sexe, violence et rock ‘n’ roll – un véritable culte s’est développé autour des films d’exploitation et des films trash du monde entier. Dans notre toute nouvelle featurette “Facettes du film” nous examinons de tels films suisses et les appelons affectueusement : Swissploitation.

Qui était le père de la Swissploitation : Sergei Eisenstein ou FKK-Kunz ? Qui est le roi absolu de la Swissploitation ? Nous nous penchons sur trois films culte suisses qui ont fait sensation à la fin des années 60 avec des actions de James Bond, d’agents et de gangsters et une touche d’érotisme. Nous révélons également quels films de Swissploitation ont inspiré Quentin Tarantino et ce que le cinéma de genre suisse a encore à offrir.

Cliquez ici pour arriver à la playlist de toutes les featurettes parues jusqu’ici.

Les films de filmo désormais aussi sur myfilm.ch !
Nous sommes heureux d’avoir gagné un nouveau partenariat, avec la plateforme de streaming myfilm.ch ! Les films de filmo peuvent être dès à présent vus aussi en streaming sur myfilm.ch.

myfilm.ch a été lancé début 2019 et appartient au kult.kino de Bâle – la plateforme est une nouveauté en Suisse à cause de cet ancrage dans une salle de cinéma locale.

« Stream local » – à l’instar de filmo, myfilm.ch a aussi pour objectif de proposer un accès aussi large que possible au cinéma indépendant suisse, et offre beaucoup de petites trouvailles intéressantes à découvrir – dès à présent la plateforme offre donc l’édition complète de filmo consacrée au cinéma suisse. Grâce à la collaboration avec myfilm.ch, les films de filmo sont encore plus facilement accessibles !

Bien du plaisir aux streameurs et streameuses ! Pour trouver la 9e série de filmo, c’est par ici.

filmo – redécouvrir les films suisses
La 9e série de filmo lancée aujourd’hui porte à 89 le nombre de films de l’édition en ligne du cinéma suisse. Les films peuvent être vus en streaming sur blue TVAppleTVSkyupc OnDemandCinefileeyeletfilmingo, Daily Movies  et désormais aussi sur myfilm.ch. Le catalogue est régulièrement étoffé, il propose aussi beaucoup de bonus ainsi qu’un service de conciergerie et est à disposition dans trois langues nationales. La 10e saison de filmo paraîtra le 19 août 2021.

filmo est une initiative des Journées de Soleure rendue possible grâce au Fonds pionnier Migros.

Daily Movieshttp://www.daily-movies.ch
Daily Movies est à ce jour le magazine le plus complet en information cinéma, ciblant un large public de tous âges. Avec son format original et accessible gratuitement ou en abonnement grâce à ses différents partenaires, Daily Movies est l’un des moyens privilégiés permettant à de nombreuses personnes d’être informées de l’actualité cinématographique en Suisse.
Article précédentPetite Soeur
Article suivantRetour à Visegrad

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -

BON à SAVOIR

SUIVEZ-NOUS

4,168FansLike
10,000FollowersFollow
748FollowersFollow
645SubscribersSubscribe