14.8 C
Munich
lundi, juin 24, 2024
- Publicité -

Le Loup-Garou de Londres : Attention à la lune…

Daily Movies
Daily Movieshttp://www.daily-movies.ch
Daily Movies est à ce jour le magazine le plus complet en information cinéma, ciblant un large public de tous âges. Avec son format original et accessible gratuitement ou en abonnement grâce à ses différents partenaires, Daily Movies est l’un des moyens privilégiés permettant à de nombreuses personnes d’être informées de l’actualité cinématographique en Suisse.

« Le Loup-Garou de Londres » est sans nul doute l’un des films de loups-garous les plus mythiques. Réalisé par John Landis en 1981, le film fonctionne parfaitement en alliant un scénario simple, un sous-texte un peu plus profond, et surtout des effets spéciaux époustouflants. À découvrir ou redécouvrir !


C’est quelque chose qui nous est tous arrivé : on part en vacances avec un ami, on se promène une nuit de pleine lune, et l’un de nous se fait soudain attaquer par un loup-garou (…Comment ça, c’est pas si commun que cela ?). Plus sérieusement, ce qui rend « Le Loup-Garou de Londres » si incroyable, c’est probablement le côté extrêmement simple de son scénario ; il n’y a pas de magie plus grande qui dépasse les héros, de vampires, de magiciens, de prophéties. Juste deux touristes malchanceux qui nous enlèvent toute envie de visiter l’Angleterre en sac à dos.

Réalisé et écrit par John Landis, à qui l’on doit principalement des comédies comme « The Blues Brothers » (1980), « Un fauteuil pour deux » (1983), « Drôles d’espions » (1985) et « Trois amigos ! » (1986), « Le Loup-Garou de Londres » est drôle car il aborde des thématiques habituellement réservées aux films de loups-garous plus « sérieux » mais d’une manière nonchalante. La bataille avec le monstre qui sommeille en nous, la folie, comment un trauma peut nous altérer, choisir de faire le bien ou le mal… Alors oui, ce long-métrage est drôle et ce n’est pas forcément ce que l’on recherche lorsque l’on regarde un film d’horreur, mais l’horreur n’est-elle pas bien plus pernicieuse lorsqu’elle s’immisce dans la vie de tous les jours ? Pour ceux qui l’ont vue, la scène de transformation n’est-elle justement pas si monstrueuse parce qu’elle est longue, réaliste, douloureuse et que la soirée dans laquelle elle se déroule n’est aucunement différente d’une autre soirée quelconque ?

« Le Loup-Garou de Londres » est révolutionnaire car il est l’un des premiers films du genre à ne pas jouer avec les éternels archétypes de la bête qu’il faut chasser à coups de torches et de fourches et l’un des rares qui intègre l’humour sans pour autant rompre avec l’horreur. Pour la petite anecdote, « Le Loup-Garou de Londres », « Hurlements » (Joe Dante), « Wolfen » (Michael Wadleigh) et « Full Moon High » (Larry Cohen) sont quatre productions américaines (ou américain et anglaise dans le cas du premier) toutes sorties en 1981. Si les deux derniers films cités ne sont que très peu connus, les deux premiers sont généralement mis en opposition comme étant les deux grands films cultes de loup-garou des années 1980. Pour en savoir plus sur les détails de production liés aux effets spéciaux et pour comprendre pourquoi une sorte de rivalité existe entre ces deux films, le documentaire « Le Complexe de Frankenstein » est une très belle fenêtre sur les maquillages d’effets spéciaux et sur les problèmes de production que le film de John Landis rencontra.

Pour ce qui est des effets spéciaux justement, le long-métrage bénéficia du talent du légendaire Rick Baker, qui fait partie des grands noms du maquillage d’effets spéciaux. Que cela soit en tant qu’assistant, consultant, designer en chef ou maquilleur, l’on peut citer « L’Exorciste » (1973), « Star Wars » (1977), « Videodrome » (1983), « Bigfoot et les Hendersons » (1987), « Fantômes contre fantômes » (1996), « Men in Black » (1997), « Le Cercle » (2002) ou encore « Le Manoir hanté et les 999 Fantômes » (2003) parmi ses projets les plus connus. Les maquillages du film sont d’ailleurs si bien exécutés et si novateurs que le film fut le premier à remporter un Oscar dans une catégorie qui n’existait même pas avant : l’Oscar des meilleurs maquillages et coiffures. Il n’est alors pas surprenant d’apprendre que Michael Jackson fut si impressionné en voyant le film qu’il demanda à John Landis de réaliser son clip « Thriller » et à Rick Baker de s’occuper des maquillages !

Vous l’aurez compris : « Le Loup-Garou de Londres » n’a rien à envier aux autres films d’horreur. Il est certes simple, mais efficace, et mérite sans l’ombre d’un doute l’aura culte qui l’entoure.

Le Loup-Garou de Londres
USA – ROY – 1981
Durée: 1h37 min
Comédie, Horreur
Réalisateur: John Landis
Avec: David Naughton, Griffin Dunne, Jenny Agutter, Joel Belcher, Brian Glover, Lila Kaye, Frank Oz
Universal Pictures
04.11.1981 au cinéma

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -