-0 C
Munich
lundi, février 26, 2024
- Publicité -

Le règne animal : Cohabitation difficile !

Alain Baruh
Alain Baruh
Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

Réalisé dans un parc naturel, le nouveau film de Thomas Cailley, s’ouvre sur un monde imaginaire où les humains cohabitent avec des mutants.


Il n’est pas commun de trouver des productions françaises de science-fiction, pourtant, depuis quelques temps, les réalisateurs de l’Hexagone se lancent dans de nouveaux genres de films. Le Règne Animal, fait partie de cette catégorie.

Dans un monde proche du nôtre, un terrible virus a divisé la population en deux groupes distincts. Ceux qui sont atteints d’un mal étrange et incurable qui les transforme (après de fortes souffrances physiques) en animaux sauvages et les autres qui les côtoient.

Pour éviter toute contagion, les autorités françaises ont pris la décision d’enfermer les mutants dans un centre médical, sous haute surveillance, situé dans les environs du Parc naturel régional des Landes de Gascogne.

François Marandaz (Romain Duris) et son fils Émile passent beaucoup de temps ensemble malgré des divergences générationnelles. Lorsque la nouvelle de la disparition de la mère d’Émile, contagieuse, leur est annoncée, ils décident de se rendre sur place pour comprendre les causes de l’accident…

Thomas Cailley, réalise ici son deuxième film après « Les Combattants », lequel commençait sur un ton réaliste et glissait progressivement vers le fantastique. Le réalisateur confie que pour cette nouvelle création, le but n’était pas programmé à l’avance. Les possibilités du fantastique l’ont enthousiasmé et guidé tout au long du tournage. L’auteur a découvert le scénario de Pauline Munier lors d’un passage à l’école nationale supérieure des métiers de l’image, où il a fait partie d’un jury. Cette histoire dans lequel il était question d’hybridation entre l’Homme et l’Animal l’a tout de suite intéressé.

Cette production suit la relation entre un jeune homme de 16 ans et son père, à un moment où, un peu partout dans le monde, la « part animale » de l’humain se réveille, comme un gène endormi, troublant la frontière invisible entre l’Humanité et la Nature.

Thomas Cailley explique avoir découvert une bonne partie du cinéma français avec Romain Duris. C’est la raison pour laquelle il lui a confié le premier rôle dans son film. Le comédien à succès, a su donner au père une incarnation très forte. Plutôt habitué à jouer dans des films légers, voire comiques, (L’arnacoeur, L’auberge espagnole, les poupées russes), le parisien surprend par la maîtrise du côté sombre de son personnage. Imposant et tenace, le rescapé qu’il incarne ne se laisse pas faire, c’est même lui qui mène la danse. 

Pour représenter Émile, le réalisateur a choisi Paul Kircher, la révélation de ce film dramatique. Le lycéen dégage quelque chose de fort et maladroit à la fois, qui séduit le spectateur. Dans la peau d’Émile, le jeune acteur donne l’impression de ne pas avoir conscience de sa puissance. On sent que quelque chose bouillonne en lui, une énergie indomptable, une part sauvage venue d’ailleurs.

Le metteur en scène a conçu ce film à hauteur de ses personnages. Le ton, le genre s’adaptent à leur quête, qui est tour à tour physique, sensorielle ou existentielle. La coexistence du drame et de la comédie, de l’action et de la contemplation, de l’intimité et du spectaculaire rendent le film inattendu et vivant.

Autour de l’acteur Tom Mercier, le personnage de Fix se déploie avec du make-up (prothèses, peau), de l’animatronique, des effets plateaux (doublures, câbles) et des effets numériques (3D). L’équipe du film a dû s’adapter à des nouvelles technologies cinématographiques pour la mise en scène de ce personnage mystique.  

Une des composantes essentielles de cette production est la place accordée aux espaces sauvages. Le village provincial, où se déroule l’action est entouré par une immense forêt composée d’oasis et de lagunes. Ce sont des lieux magiques restés inchangés, peu répertoriés et difficiles d’accès. Des espaces désordonnés où la vie végétale et animale est grouillante.

Même si des scènes et des images peuvent heurter la sensibilité de certains spectateurs, ce long-métrage est intéressant à découvrir, car il sort de l’ordinaire.

Le Règne Animal
FR – 128min – 2022
De Thomas Cailley
Avec Romain Duris, Paul Kircher, Adèle Exarchopoulos…
Praesens Film
04.10.2023 au cinéma

Article précédent
Article suivant
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -