Les grandes personnes

Albert part en voyage en Suède avec Jeanne, sa fille adolescente. Arrivés sur place, ils ont la surprise de constater que la maison au bord de la mer qu’ils ont louée est encore occupée par la propriétaire et une amie de celle-ci, à cause d’un quiproquo sur les dates. Nos deux vacanciers décident de partager cet espace avec les femmes, mais la cohabitation ne va pas sans quelques frictions, car elle permet à la jeune fille de sortir de sa bulle et de se libérer de l’emprise d’un père protecteur en sortant avec des jeunes gens de son âge.

Le père, lui, se promène avec un détecteur de métaux à la recherche d’un héros Viking de légende et de son trésor non moins fantômatique, tout en se montrant excentrique et râleur, voulant organiser chaque détail de la vie de sa fille. Peu à peu, le spectateur assiste à l’éveil de la timide Jeanne, à ses premiers chagrins aussi. Il n’y a cependant aucune mièvrerie dans ce récit qui ne manque pas de moments d’humour absurde, où les grandes personnes se conduisent comme des enfants, où les non-dits étouffent les relations familiales et les histoires d’amour.

Jean-Pierre Darroussin est excellent dans son rôle de père dépassé, livré à ses marottes historiques, tandis qu’Anaïs Demoustier joue avec beaucoup de sensibilité son personnage de jeune fille introvertie et silencieuse qu’on voit souvent de dos ou dans les marges de la scène, observant le monde des adultes tout en essayant d’y entrer.

La réalisatrice française Anna Novion, dont c’est le premier long-métrage, a choisi les paysages lumineux d’une île suédoise comme décor pour une histoire minimaliste, sans intrigue, axée sur l’évolution de quatre personnages qui s’opposent souvent et se rencontrent parfois. Une comédie à voir pour sa fraîcheur et sa légèreté.

Les grandes personnesLes grandes personnes
D’Anna Novion
Avec Jean-Pierre Darroussin, Judith Henry, Anaïs Demoustier
Xenix Films
Sortie le 12/11