17.2 C
Munich
samedi, mai 25, 2024
- Publicité -

Loki : Kevin Wright en Interview

Pauline Brandt
Pauline Brandt
Avec un master de français moderne avec spécialisation en études théâtrales, un bachelor en français moderne et histoire et esthétique du cinéma, Pauline Brandt met en œuvre tout son savoir-faire pour promouvoir le cinéma.

À l’occasion de la sortie de la saison 2 de Loki sur Disney+, nous avons rencontré Kevin Wright, producteur exécutif de la saison 2. Il raconte pour Daily Movies les coulisses de tournage, les décisions narratives de ces épisodes et nous confie ses impression sur Tom Hiddleston.


La saison 2 aborde des situations assez sombres. Comment les avez-vous développées ?
Tous les réalisateurs impliqués dans la saison 2 se sont d’abord replongés dans la saison 1 et les thèmes qu’elle aborde : la recherche de l’identité – pas seulement celle de Loki, mais aussi celle de Sylvie, la place que chacun occupe dans cet univers et au sein de la TVA… Pour la saison 2, nous voulions vraiment mettre à l’épreuve tout cela. Approcher l’idée de découvrir différentes versions de soi, mais surtout de trouver la meilleure version de soi – qu’il s’agisse de Loki ou de la TVA. Cela ne passe pas tant par ce que l’on dit ou ce que l’on pense que par nos actions. Je pense là en particulier au premier épisode, qui aborde toutes les épreuves nécessaires pour cela. Les personnages se questionnent sur ce qui forme leur identité réelle et sur leur manière de réagir lorsqu’ils n’ont pas le temps réfléchir ou de prévoir leurs actions. Pour nous, c’était une base. Lorsqu’on a compris comment une personne agit, comme présenté au début de la saison, on peut alors aborder des choses plus profondes les concernant, et c’est ce que nous faisons à la fin de la saison.

Vous avez créé des histoires Marvel à la fois pour le cinéma et pour la télévision. En quoi le processus est-il différent ?
C’est un rythme complètement différent. Le streaming pour Disney+, par exemple, cela bouge et change beaucoup plus rapidement. Déjà, cela signifie raconter des histoires qui sont beaucoup plus longues – pour nous, une saison c’est environ six heures de narration, par exemple. Cela se passe sur un planning différent. En termes de production, cela signifie travailler avec une équipe très soudée, qui est toujours en contact. Entre l’équipe de production, l’équipe technique, l’équipe de casting et les acteurs – nos montres doivent toujours être synchronisées, en quelque sorte. Nous devons toujours travailler ensemble vers un but commun, vers la même idée. Dans une réalisation pour le cinéma, nous devons aller droit au but, directement vers l’histoire que l’on souhaite raconter. Mais dans une réalisation sous forme de série pour le streaming, nous avons la liberté de pouvoir explorer les histoires bien plus en profondeur.

Les fans du MCU connaissent bien l’univers et les personnages. Est-ce que leurs réactions et leurs avis – par exemple après la saison 1 – a un impact sur votre travail ?
Nous suivons toujours, bien sûr, notre propre ligne directrice lorsque l’on commence à tourner. Mais pour Loki, je dirais que le public et la réaction des fans en général a montré beaucoup d’investissement dans l’histoire que la saison 1 a proposée. Cela nous a donné la liberté nécessaire pour emmener l’histoire plus loin. Cela a été possible grâce à la réaction positive des fans : s’ils avaient réagi négativement, cela nous aurait impactés différemment, peut-être que cela nous aurait fait repenser notre approche. Mais je pense que pour les réalisateurs, cela a aussi permis une bonne marge de manœuvre. De cette manière, nous avons pu continuer à raconter l’histoire sans faire une simple copie de la recette qui a fonctionné dans la saison 1, mais en osant plus de choses et en prenant des risques. Nous avons continué à construire ce monde, et le public a semblé intéressé par cela. Je pense qu’il faut être sur ses gardes – la vision des réalisateurs doit transparaître, leur perception artistique doit se voir. Si on ne faisait que s’aligner aux critiques externes, leur vision transparaîtrait beaucoup moins.

Comment définiriez-vous la relation entre le film et la série Loki ?
La série Loki a permis beaucoup de nouveautés, grâce à à l’équipe de tournage et les acteurs. Alors, nous continuons à construire et agrandir ce petit monde que nous avons – qui, à la fin de la saison 2, totalisera pas moins de 12 heures en tout. Je me dis qu’au fur et à mesure que notre histoire se développe, elle inspirera d’autres réalisateurs qui, à leur tour, se l’approprieront. C’est quelque chose que nous faisons avec la série Loki, et je pense que la saison 2, tout comme la saison 1, continuera à produire un impact large et à proposer de nombreuses ramifications. Je suis impatient de voir ce qui va en découler.

Comment avez-vous incorporé les questionnements au sujet du libre arbitre dans la saison 2 ?
Il s’agissait – pour moi en tout cas – de l’aspect de la saison 2 le plus enthousiasmant. Observer la réaction positive du public face à ce sujet nous a permis de l’approfondir. Si Loki est à la recherche de son identité, eh bien on peut dire que Sylvie, quant à elle, incarne tout à fait la recherche du libre arbitre. Lorsque nous la quittons à la fin de la saison 1, elle est en quelque sorte occupée à déchaîner le libre arbitre de chacun… Mais dans la saison 2, pour la première fois de sa vie – elle dispose elle-même de cette liberté. Elle est libre de faire ses propres choix et elle n’est plus astreinte à une ligne temporelle en particulier. Nous voulions explorer ce qu’elle allait faire de cela, mais également voir comment elle allait réagir face à des personnages qui font eux-mêmes leurs propres choix. Elle sera confrontée à la situation désagréable et paradoxale de devoir faire face aux autres, et de faire preuve d’introspection concernant ses propres choix.

Comment la grève SAG-AFTRA a-t-elle impliqué votre travail ?
Nous avons été chanceux parce que notre travail de production était déjà terminé lorsque la grève a commencé. Nous espérons que la situation puisse se résoudre pour tout le monde le plus rapidement possible, afin que chacun puisse recommencer à travailler dès que possible.

La première saison de Loki a eu un grand impact sur l’Univers Cinématographique Marvel. Pensez-vous que la saison 2 aura le même effet ?
Oui, certainement… Mais c’est très difficile de vous répondre sans spoiler la saison 2 ! Voilà ce que je peux vous dire néanmoins. Pour un personnage comme Loki – qui a traversé tant d’épreuves, a raconté tant d’histoires, en 12 ans d’apparitions au cinéma – notre but a été simple : c’était de lui donner, entre la saison 1 et la saison 2, autant d’obstacles et de développements qu’il en a reçu par le passé. Pendant le tournage de la saison 1, on avait une blague récurrente entre nous. On se disait que ce sont ces choix successifs de Loki, ceux vus dans la saison 1, qui mènent finalement au retour de Thanos ! Bien sûr, nous ne contrôlons que la narration de la série, mais nous sommes toujours impatients de voir ce que les réalisateurs des films ont à apporter. Mais je suis certain que la fin de la saison 2 aura un fort impact, parce qu’elle touche directement à l’importance de Loki lui-même dans l’Univers Cinématographique Marvel.

Pouvez-vous nous parler de Tom Hiddleston en tant que Loki, et comment sa performance a permis de développer le personnage au fil des ans ?
Je crois que cela montre son talent exceptionnel. Il est parvenu, année après année, à développer le personnage et à trouver de nouveaux angles d’approche. Bien sûr, Loki est au départ un méchant et un anti-héros – mais maintenant, avec le variant de Loki de la saison 1, c’est complètement différent. Nous sommes dans des territoires inconnus, nous traitons des choses complètement nouvelles. Je pense que le public a été vraiment emballé par cela. Pour pouvoir développer le personnage, Tom a dû continuellement se mettre au défi. Il a dû explorer les aspects les plus sombres du personnage. Je pense que cela montre le talent immense de Tom, mais aussi sa dévotion pour le personnage : ça fait maintenant 12 ans qu’il le développe. Ce personnage vient des comics, et les fans de Marvel le connaissent et son investis dans son histoire. Pour leur faire honneur et ne pas les décevoir, Tom s’implique corps et âme.

Comment avez-vous incorporé le personnage d’OB dans la saison 2 ?
A la fin de la saison 1, l’une des notes internes que nous avons reçues disait : « J’adore ce monde, j’adore cet univers. Qui fabrique toute cette technologie ? » Et nous avons débriefé sur ce sujet, c’était comme un mandat, une question à laquelle répondre – qui s’occupe des aspects techniques de la TVA ? Notre point de départ, pour OB, a été cette constatation que l’univers de la saison 1 était apprécié, que le public souhaitait en apprendre plus, et qu’il nous fallait développer les coulisses de la TVA. C’était comme si, dans la saison 1, nous n’avions fait qu’en effleurer la surface. Dans la saison 2, nous pouvions creuser ; et c’était là la genèse du personnage d’OB. C’est lui qui œuvre en coulisses. D’un point de vue narratif, il nous fallait également quelqu’un qui puisse se charger des questions techniques qui permettent à Loki de se déplacer entre les dimensions.

Comment imaginez-vous le futur des films de super-héros ?
Avec Disney+, nous avons beaucoup discuté de la manière dont ces histoires de super-héros allaient évoluer. Ce sont des discussions qui ont commencé lors de la première saison de Loki. On se disait : « les enfants qui avaient 8 ans lors de la sortie du premier Iron-Man, ils ont 18 ans aujourd’hui ! » et pourtant… il ne s’agit même pas de notre public principal, qui a plutôt entre 20 et 50 ans. Alors, je pense que le public est accompagné par nos histoires depuis longtemps maintenant. Pour Loki, nous avons vraiment travaillé pour en faire une réalisation visuellement unique et complètement différente. Nous voulions que les thèmes abordés soient plus profonds et que la narration aille plus loin. Je pense que dans un monde dans lequel il y a tant de divertissements différents qui sont réalisés en permanence – et j’inclus là-dedans les contenus des réseaux sociaux comme TikTok et d’Instagram – il faut vraiment faire quelque chose d’unique, d’étudié et de réfléchi. C’est nécessaire, pour avoir un impact sur le plus de personnes possibles. Donc, pour répondre à votre question, je pense que c’est quelque chose que tous les réalisateurs de films, y compris de films de super-héros, doivent avoir en tête et incorporer dans leur travail.

Loki : Saison 2
USA – 2021 / 50 min / Aventure, Fantastique, Science fiction
Créée par Michael Waldron
Avec Tom Hiddleston, Sophia Di Martino, Owen Wilson
Actuellement disponible sur Disney+

Article précédent
Article suivant
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -