Après son chef-d’œuvre « Le Tableau », Jean-François Laguionie nous livre un nouveau long-métrage d’animation empreint de poésie. C’est la fin de l’été, Louise a manqué le dernier train de la saison et se retrouve seule dans la petite station balnéaire de Biligen-sur-Mer, désertée par les touristes avant la grande marée d’équinoxe. Abandonnée à elle-même, va-t-elle survivre à l’hiver ? Au travers d’une animation délicate sur fond de toile, bercée par les compositions musicales de Pascal Le Pennec et Pierre Kelner, le réalisateur français, qui vient de fêter ses 77 ans, dépeint intimement la solitude et l’oubli dans lesquels s’engouffre l’être à l’aube de la vieillesse. Dans une scène de cauchemar, au milieu d’un tribunal, pointée et blâmée, Louise se voit jugée coupable de ne pas se souvenir et condamnée ainsi à la solitude à perpétuité. Si cet isolement l’inonde et s’abat sur elle, à l’image de la mer déchaînée et des vents violents au moment de la grande marée, Louise décide néanmoins de l’apprivoiser. La tempête finit par faire place à un quotidien calme et rythmé par le ménage, la douche froide et la pêche à pied. Installée sur la plage, Louise voit doucement ses souvenirs de jeunesse lui revenir en rêves, par petites vagues. Dans un décor visuel aux tons pastel, Jean-François Laguionie place le spectateur en témoin intime des pensées de Louise. Si la jeunesse ne pourra pas toujours s’identifier à la vieille femme, elle ne pourra néanmoins que compatir à sa solitude et la suivre dans sa quête de souvenirs. Pour Louise, se remémorer, c’est gravir cette falaise qu’elle aperçoit à l’horizon. De ce point culminant, on pourra s’asseoir et contempler avec elle le spectacle de sa vie passée.

Louise en Hiver

Louise en Hiver
De Jean-François Laguionie
Avec la voix de Dominique Frot
Agora Films
Sortie le 23/11

Louise en Hiver : un nouveau long-métrage d'animation empreint de poésie.
4.0Note Finale