Ma Loute

Ma Loute, c’est le nom d’un jeune marin qui vit dans une région marécageuse du Nord de la France. Ce fils d’une famille de quatre enfants a un comportement des plus étranges, et ses parents aussi !


Dans la Baie de Slack au Pas de Calais, se trouve un quartier de pêcheur où vit un jeune homme surnommé Ma Loute. Celui-ci occupe ses journées à cueillir des moules et transporte des bourgeois de l’autre côté de la Baie pour se faire un peu d’argent. Lorsque la famille Van Peteghem arrive sur les lieux pour passer ses vacances, il fait la connaissance de Billie, la plus âgée des trois filles, qui se déguise en homme lors de certaines occasions. Les deux jeunes vont commencer à se fréquenter malgré une forte tension due à des disparitions mystérieuses de touristes dans la région…

Le mois de mai c’est la période où tous les projecteurs sont tournés vers la Croisette pour le célèbre Festival de Cannes, de nombreux chef d’œuvre y sont présentés mais aussi quelques navets. Le nouveau film de Bruno Dumont ne fait pas exception à la règle, sauf qu’il se situe exactement entre deux. Doté de superbes dialogues et de jeux de mots incroyables, ce long-métrage comporte également de grosses lourdeurs et un scénario plus que bizarre.

Ma Loute

Mené tambour battant par un Fabrice Luchini en pleine forme, dans le rôle d’André Van Peteghem, un affreux bourgeois de Tourcoing et par Juliette Binoche qui (sur)joue sa femme dont les cris vous tiendront éveillés deux heures durant, ce film est une sorte de thriller parodique, dans la lignée du travail du réalisateur dans sa mini-série « P’tit Quinquin ». En effet, Bruno Dumont a débuté dans le réalisme social, avec des films aussi beaux qu’arides (« Flandres », « Hors Satan », « Hadewijch »…). Il a récemment opéré un virage à 180° en s’aventurant, avec succès, dans le burlesque, tout en conservant son dispositif habituel. Décalage garanti.

Si au début du film on apprécie la série de chutes et les grosses blagues, on s’en lasse très vite en milieu de vision. Le commissaire de police dont le nom est Machin et son assistant se transforment en clown de cirque et finissent par agacer. Il en est de même pour la plupart des personnages dont les mimiques sont exagérées. Quelques scènes du film sont assez dégoûtantes et pourraient ne pas convenir à tous les estomacs, mais l’humour utilisé nous aide à les digérer. Les décors de 1910 sont bien réussis et nous avons droit à de jolis panoramas sur les dunes de sable et la baie, fruit d’une photographie irréprochable.

Comme il en a l’habitude depuis ses débuts, Bruno Dumont a engagé pour le film des comédiens locaux non-professionnels pour certains rôles, ce qui ne se remarque pas au niveau de la gestuelle mais plutôt par les accents très prononcés qu’ont ces acteurs de la région. Le réalisateur retrouve aussi à cette occasion la comédienne Juliette Binoche, qu’il avait dirigée dans Camille Claudel en 2013, et l’encourage, tout comme Luchini, à en faire des tonnes pour être au diapason du ton burlesque du métrage.

Cette comédie dramatique est donc en compétition au 69ème Festival de Cannes, nous verrons bien si le jury la dévorera.

Ma Loute

Ma Loute
De Bruno Dumont
Avec Fabrice Luchini, Juliette Binoche, Valeria Bruni-Tedeschi, Jean-Luc Vincent
Praesens Film
Sortie le 11/05

« Ma Loute » : repas Familial
2.5Note Finale