Olga : Un regard parallèle et éclairant sur la révolution ukrainienne

A lire aussi

Etienne Rey
Etienne Rey
Travailler pour une salle de cinéma, comme journaliste pour des médias ou organiser des événements pour le 7e art, ma vie a toujours été organisée autour de ma passion: le cinéma.

Déjà primé dans de nombreux et prestigieux festivals, « Olga » vient d’être nommé pour représenter la Suisse aux prochains Oscar®. Une chose est sûre et en aucun cas, ce premier film de Elie Grappe n’usurpe ses honneurs.


En 2013, Olga, jeune gymnaste ukrainienne de 15 ans persécutée dans son pays à cause des prises de positions radicales de sa mère journaliste contestataire, fuit son pays et intègre l’équipe nationale suisse de gymnastique. La révolte de ses condisciples se rebellant sur place et son incapacité à leur être physiquement solidaire décuplent la pression qu’elle subit déjà dans les vestiaires de son école. S’il on élargit le cadre, Olga est une jeune artiste ambitieuse, bien consciente de son talent mais qui le vit parfois comme un handicap ou une malédiction. Comme beaucoup d’autres qu’elle dans des situations malheureusement similaires…

Elie Grappe, dont ce n’est ici que le premier long-métrage, mélange les genres et réussit l’alliance difficile entre le tableau d’un monde un peu à part (le centre sportif), la chronique adolescente (la jeune fille découvrant les mécanismes du monde adulte) et le témoignage politique et historique (la récente révolution populaire en Ukraine). Et sur tous les fronts, il se démarque et impressionne. Le tableau, la chronique et le témoignage se mêlent et le montage les fait se succéder très rapidement. Collé à son actrice, sans jamais craindre d’être trop abrupte et en maintenant toujours ce sentiment d’urgence et de rage, son film œuvre toujours à ce que le spectateur puisse être en empathie avec le personnage central. 

Pour insister sur la forme, il est indéniable que, comme les athlètes qu’il met en scène, le réalisateur maîtrise ses figures. Il a bien compris le langage cinématographique et fait preuve d’un incroyable savoir-faire en termes de découpage, montage, direction d’acteur et mixage sonore. Pour un premier film, l’accomplissement est vraiment impressionnant. La technique s’oublie même derrière des restitutions d’ambiance toujours très réalistes. Les querelles de vestiaires (accentué par la grande diversité des langues parlées), la pression des championnats, les sélections… tout est donné à vivre de manière très abrupte, viscérale et dans un style presque documentaire. 

Les interprètes sont d’ailleurs tous de véritables athlètes et des professionnels du sport que l’auteur a avant tout choisies pour la vérité de leur comportement que pour leur talent d’acteurs. En filmant leur nature et leurs gestes, il capte quelque chose de troublant, un entre-deux de fiction et de réel ainsi qu’une leçon de vie, de cinéma et d’histoire.

Apparemment, un talentueux cinéaste vient d’émerger…

Olga
FR – CH – Ukraine – 2021
Durée:1h27 min
Drame
Réalisateur: Elie Grappe
Casting: Thea Brogli, Nastya Budiashkina, Sabrina Rubtsova
Cineworx
17.11.2021 au cinéma

- Publicité -

Vitalina Varela

ZAHORÍ

La Pièce rapportée

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -