Sarah joue au loup garou : Un film artistique !

A lire aussi

Alain Baruh
Alain Baruh
Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

« Sarah joue au loup garou » est un film suisse assez original qui met en scène une jeune adolescente angoissée et mal dans sa peau dans un univers théâtral.


Sarah est une fille étrange, cette adolescente âgée de seulement 17 ans suit des cours de théâtre dans un établissement scolaire fribourgeois. À domicile, elle répète ses répliques de la célèbre pièce « Roméo et Juliette » en famille. Plus proche de son père, mélomane que de sa mère, cette jeune fille déprime et personne dans son entourage ne sait vraiment pourquoi.

La réalisatrice Katherina Wyss nous fait traverser, dans son nouveau long-métrage, la dure période de l’adolescence. Il y a des moments de joie, mais aussi des déceptions amoureuses ainsi que des conflits familiaux. On sent que Sarah est mal dans sa peau, elle avoue être perturbée depuis le décès de son premier petit ami, un certain Luke. Ce premier flirt ne lui a rien apporté de bon. Fragile psychologiquement, l’héroïne n’a personne a qui se confier. On ne sait pas vraiment si Luke sort de son imagination ou s’il a vraiment existé. Ce manque d’information, volontaire ou pas, perturbe le spectateur qui perd rapidement ses repères. Sarah est-elle perturbée psychologiquement, comme le sous-entendent ses proches ou traverse t-elle uniquement la traditionnelle crise d’adolescence ? C’est le sujet même du film.

D’autres thèmes sont abordés dans cette création. Le plus choquant d’entre eux est celui de l’inceste. La réalisatrice suisse nous présente le cas brièvement, sans entrer dans les détails et c’est tant mieux. L’abandon, la solitude, la famille, la souffrance et les rapports humains sont les autres sujets de cette création artistique.

Au casting, nous trouvons des jeunes acteurs et actrices locaux qui se débrouillent très bien. Loane Balthasar, qui tient le premier rôle est très crédible dans la peau de son personnage dépressif. Elle s’attire tout de suite la sympathie du spectateur qui compatit à ses souffrances durant toute la projection.

Michel Voïta, l’acteur le plus connu a 32 ans de carrière derrière lui. Il endosse le rôle du père dans le film. Passionné de musique classique et de Wagner, son personnage est ambigu. On ne sait pas vraiment s’il a un bon ou un mauvais fond. À ses côtés nous trouvons Manuela Biederman connue pour sa prestation dans « L’Oracle » en 2013. Elle interprète la mère de Sarah. Très, en retrait malgré une forte présence dans le scénario, l’actrice se veut discrète et peu loquace. Ce n’est pas le cas de Simon Bonvin, le frère dans l’histoire qui, lui, joue un rôle prépondérant tout en étant souvent absent.

Les camarades de classe de Sarah sont bien choisis, ils ont tous une histoire intéressante. Alice sort du lot parce qu’elle est la meilleure amie de Sarah. C’est une fille bizarre qui présente des symptômes similaires que la jeune fribourgeoise. Pas étonnant dès lors qu’elle se comprennent, mais leur relation amicale ne fait qu’accentuer leurs souffrances. En sa présence, Sarah imagine des histoires morbides. Il lui prend même d’avoir des envies de suicide. Le soir venu, elle se transforme comme l’annonce le titre en un terrible « Loup-Garou » qui effraie tout le monde y compris ses parents impuissants…

La tension psychologique est extrême dans cette réalisation et des terribles secrets se devinent plus qu’ils ne sont révélés. Intéressante et fort bien réalisée, cette production germano-suisse est une bonne surprise au final. Pas étonnant dès lors qu’elle ait été présentée dans de nombreux festivals et qu’elle ait été nominée aux Swiss Films Awards de Zurich, au Golden Taiga Awards en Russie et au Festival du film de Saarbrück en Allemagne.

Sarah joue un loup-garou
CH, DE   –   2017   –   86 Min.   –   Coming of Age
Réalisateur: Katharina Wyss
Acteur: Loane Balthasar, Michel Voïta, Annina Walt, Sabine Timoteo, Manuela Biedermann
Xenix Film
28.03.2018 au cinéma

Article précédent
Article suivant
- Publicité -

Violent Night

Fumer fait tousser

Good Luck to You, Leo Grande

Le Lycéen

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -