Spotlight de Tom McCarthy

Basé sur des faits réels, « Spotlight » nous renvoie au début des années 2000 dans l’unité éponyme Spotlight, équipe d’investigation du fameux Boston Globe, dont les journalistes ont reçu pas moins de 23 prix Pulitzer depuis sa création en 1872.


L’unité d’investigation Spotlight, dirigée par Walter « Robby » Robinson (interprété par Micheal Keaton) a la particularité de pouvoir effectuer des investigations qui peuvent prendre plusieurs mois dans le but d’offrir aux lecteurs de gros scoops. L’arrivée de Marty Baron (Liev Schreiber), le nouveau rédacteur-en-chef du Boston Globe, va donner un second souffle au journal qui peine à fidéliser un public plus large. Pour ce faire il va confier à Spotlight la tâche d’investiguer sur un fait divers mettant en cause un cardinal, qui aurait été au courant d’actes de pédophilie au sein de l’église catholique et qui les aurait couverts.

Spotlight de Tom McCarthy

Ecrit et réalisé par Tom McCarthy, « Spotlight » est une réussite quasi totale. Le fait que McCarthy soit également le coscénariste du film est certainement l’une des clés de cette réussite. En effet, il n’est pas rare de voir des réalisateurs voulant à tout prix montrer qu’ils sont derrière la caméra, et ce même si leurs sujets mériteraient une réalisation très sobre. « Spotlight » est le parfait exemple de film qui se doit d’être mis en scène sobrement pour ne pas empiéter sur le fond, qui est à lui seul suffisamment puissant, pour garder l’intérêt des spectateurs. L’ayant bien compris, Tom McCarthy nous offre une réalisation toute en subtilité, centrée sur ses personnages, tout en évitant des effets qui pourraient détourner notre attention de cette histoire qui se devait d’être racontée sur grand écran. C’est donc avec une grande humilité que McCarthy a préféré s’effacer au profit de ses personnages et de son histoire. Le fait qu’il soit nommé aux Oscars en tant que meilleur réalisateur prouve que l’Académie des Oscars a bien compris qu’il fallait beaucoup de talent et de recul pour proposer ce style de réalisation.

La musique du film composée par Howard Shore, à qui l’on doit notamment la musique du « Seigneur des anneaux » et que vous pourrez retrouver cette année dans « SCORE : A film music documentary », un documentaire sur les compositeurs de musiques de films, suit la même logique et cela marche parfaitement. En effet, en mettant en avant des musiques posées, alors même que les personnages font face à des évènements traumatisants, Howard Shore accentue le malaise et l’ancre de façon encore plus profonde à l’intérieur des personnages et donc des spectateurs.

Spotlight de Tom McCarthy

Il y a une citation de Robert Browning, un dramaturge britannique, qui dit « Less is more » qu’on pourrait traduire par « La simplicité offre plus que la complexité. ». Il semblerait qu’Howard Shore et Tom McCarthy s’accordent sur ce principe dans « Spotlight ».

Le casting est mené par un excellent Michael Keaton, qui s’offre définitivement une seconde carrière après son formidable travail sur « Birdman », et un génialissime Mark Ruffalo qui, grâce à des films insipides comme « Avengers » qui lui permettent de payer ses impôts, peut se permettre de jouer dans des films tels que « Foxcatcher » et ce « Spotlight », qui savent mettre en avant ses talents d’acteur. Il reste la plus grande surprise de ce film, car il a réussi à complètement donner vie à son personnage en changeant sa posture, ses mimiques, sa façon de parler ainsi que de se déplacer. Il ne sort à aucun moment de son personnage et nous bluffe à la fois quand il doit jouer la colère et la frustration, que dans des scènes plus subtiles où il doit intérioriser ses sentiments. Le fait qu’il soit nommé aux Oscars n’est aucunement une surprise et il semblerait que la compétition pour l’Oscar du meilleur acteur secondaire soit tout aussi relevée, si ce n’est davantage, que celle pour le meilleur acteur.

Spotlight de Tom McCarthy

« Spotlight » est un film intelligent et profond et, avant tout, c’est un film utile. C’est d’ailleurs étonnant de remarquer que c’est le premier film qui traite de cette équipe de journalistes alors qu’on a déjà eu droit à deux films sur un type qui a vendu des ordinateurs et des téléphones portables. Le budget réduit du film – 20 millions tout de même – semble définitivement être la caractéristique principale des grands films car les motivations créatrices sont moins sujettes aux retombées financières. Coûtant moins cher à réaliser, le film aura « juste » besoin de faire un petit succès pour équilibrer la balance comptable. Cette notion calme généralement les investisseurs, qui vont laisser une plus grande liberté aux professionnels impliqués dans sa conception. De ce fait, on va privilégier le talent humain des acteurs, techniciens, scénaristes et réalisateurs (entre autres) à la performance des ordinateurs créés par cette même personne qui aura eu deux films à son nom. Ces machines sauront certes nous offrir des effets spéciaux à couper le souffle, mais qui n’apportent généralement rien au fond de l’histoire.

Le seul point négatif réside dans le fait qu’il y a trop de personnages et trop de noms à retenir (tous sont en plus alternativement nommés par leur prénom ou leur nom de famille, accentuant la confusion). En outre, certains personnages n’apparaissent que très peu, voire jamais, à l’écran, alors qu’on parle d’eux durant tout le film. Ne pas les voir rend encore plus difficile leur personnification. La compréhension de l’histoire en souffre donc par moments et on se retrouve un peu perdu, ce qui, malheureusement, a pour effet de nous sortir parfois de l’histoire. Au final, « Spotlight » est un film qui provoque la réflexion et qui montre à quel point le journalisme peut faire changer les choses et évoluer les mentalités. Le cinéma devrait peut être, un jour, créer une section Spotlight pour permettre de porter à l’écran des sujets plus sensibles et ainsi contribuer un peu plus à améliorer le monde dans lequel on vit.

Spotlight de Tom McCarthy

Spotlight
De Tom McCarthy
Avec Michael Keaton, Mark Ruffalo, Rachel McAdams, Liev Schreiber, Stanley Tucci
Praesens films
Sortie le 24/02

"Spotlight" : le journaliste dans ce qu’il a de plus noble.
4.0Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)