Présenté comme l’un des premiers bons thrillers de l’année 2018, avec Liam Neeson en tête d’affiche, « The Commuter » intriguait. Malheureusement, il n’est en réalité qu’un énième film d’action avec un complot faiblard.


D

epuis plus d’une dizaine d’années, Michael MacCauley vit dans son quotidien plutôt sereinement. Prenant le même train de banlieue depuis qu’il travaille au centre-ville, il a ses habitudes, connaît les réguliers des trajets et profite de son temps libre pour vaquer à ses occupations durant ses trajets. Mais ce jour-là, tout va changer, et ce, depuis l’étrange échange avec une inconnue qui lui propose un jeu semblant simple et fructueux. Alors qu’il se bat contre la montre pour le résoudre, il se retrouve pris en plus, dans un engrenage inattendu. Une conspiration qui devient une question de vie ou de mort.

C’est peu dire que le réalisateur espagnol Jaume Collet-Serra et Liam Neeson s’entendent bien puisqu’avec « The Commuter », ils ont tourné leur 4ème film en moins de 10 ans. Certes, les genres sont très, et trop, souvent identiques. Mais cela n’enlève rien à l’alchimie perceptible entre les deux hommes et malgré les redondances, l’irlandais William John Neeson garde toujours une grande forme physique à 65 ans.

Mais malgré toute l’endurance et les entraînements en amont, rien ni personne n’arrive à rendre l’histoire un peu plus palpitante. Vera Farmiga et Patrick Wilson (le couple Warren dans les « Conjuring ») donnent souvent l’impression de réciter leur texte et ne dégagent aucune émotion spécifique. Quant au reste du casting, qu’il soit secondaire ou en songeant à la figuration, le principe inexpressif est en tout point identique. La responsabilité en incombe certainement au réalisateur et scénariste qui ne creusent pas assez certains passés d’une partie des protagonistes. Il aurait été certainement plus pertinent d’expliquer avec davantage de profondeur les motifs malsains des méchants. Car malheureusement, la trame explique trop rapidement et aisément que la justice triomphe toujours et que seuls les ennemis tombent.

Si la reconstitution des wagons semble plutôt minutieuse et respectée, les effets numériques font très vite mal aux yeux. Les décors extérieurs quant à eux, à l’exemple de la restauration de certaines gares, ont effectivement un certain charme, mais qui ne relèvent pas la bassesse du long-métrage. Il serait même à croire que le trio de scénaristes liés au film se sont concerté pour le finaliser rapidement et prétendre que « The Commuter » sera haletant jusqu’à la fin.

Un des principaux problèmes avec le long-métrage commence dès les premières minutes. Il est fort probable que le spectateur ne comprenne pas les véritables raisons des images mélangées en rapport avec Michael MacCauley, sa famille et aux années passant. Certes, ces plans se regroupent par la suite, mais le côté flou de cette initiative prend le dessus et ne débouche sur aucune situation réellement captivante.

En sus des décors, le seul autre point positif dans « The Commuter » reste le doute mener durant l’intrigue sur le-la passager-ère mystère. Car si tout le monde semble mener sa vie quotidienne et habituelle en prenant ce train de banlieue, il s’avère vite que chacun-e a ses petits secrets enfouis en soi. Et l’un d’entre eux est intimement lié aux recherches de Michael MacCauley.

« The Commuter » est décevant tout simplement parce que la trame survole précipitamment le côté sombre des personnages principaux et que le récit est aisément devinable. Le public appréciant les long-métrages sans réelles surprises l’aimera probablement. Quant aux autres, savourant plus les œuvres cinématographiques complexes et sombres, il est préférable de l’éviter, car il peine même à être divertissant.

The Commuter (The Passenger)
USA – 2016 – Thriller
Réalisateur: Jaume Collet-Serra
Acteur: Liam Neeson, Vera Farmiga, Sam Neill
Impuls
24.01.2018 au cinéma

The Commuter : une déception passagère
1.0Note Finale