13 C
Munich
dimanche, mai 19, 2024
- Publicité -

The Monk and the Gun: Fabuleux !

Alain Baruh
Alain Baruh
Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

Superbement réalisé, le nouveau film de Pawo Choyning Dorji présente avec subtilité et humour un pays assez méconnu:
Le Bouthan.


La Vallée d’Ura culmine à plus de 3 000 mètres d’altitude dans la partie Est du Bhoutan. C’est dans cette province montagneuse reculée, loin de la civilisation que se trouve un des plus célèbres monastères de la région de Bhumthang.

Accompagnateur d’un vieux religieux (Lama), Tashi, un jeune moine bouddhiste reçoit comme mission de chercher, au bas de la vallée, un fusil ayant causé mort et tristesse puis de le ramener avant la pleine lune. Cette chasse au trésor se complique, lorsqu’un collectionneur d’armes à feu américain (Ronald Coleman), nouvellement arrivé au Bouthan, se met également à parcourir la vallée pour acquérir l’objet convoité…

Actuelle, cette production critique également l’influence occidentale qui tente d’instaurer dans le pays, des idées démocratiques, l’ex-monarchie cherchant à se moderniser depuis l’abdication du roi Jigme Singye. L’arrivée de la télévision en 1999 et celle plus récente, d’internet a également changé les comportements et perturbé les esprits, autrefois voués à la convivialité et à la spiritualité. Avant la prise de pouvoir de la dynastie des Wangchuk, le Bhoutan était morcelé entre une multitude de potentats locaux. Il n’avait ni routes, ni téléphone ni monnaie jusque dans les années 1960. L’ancien roi encourageait le maintien d’une forte identité nationale en incitant son peuple à porter l’habit traditionnel. Le pays vivait du troc et très peu d’étrangers étaient autorisés à s’y rendre.

Dans le film, un groupe d’agents de communication sillonne également le pays pour informer la population sur les enjeux politiques et organiser des simulations de votation. Trois partis différentiés par des couleurs rouge, jaune et bleu sont proposés durant cette élection blanche.

Après un siècle de monarchie absolue, le petit royaume himalayen a connu ses premières élections législatives en 2008, qui ont abouti à une victoire écrasante du Parti Unifié, dirigé par Jigmi Thinley, un Bhoutanais âgé de 56 ans, formé aux Etats-Unis qui a obtenu 44 des 47 sièges de la chambre basse du Parlement. Cette nouvelle avancée vers la monarchie constitutionnelle n’est pas le seul intérêt du film. Les paysages sont magnifiques et le scénario est captivant. Très drôle par moments, cette création primée dans de nombreux festivals à travers le monde (Rome, Mumbai, Toronto, Fribourg, Santa Barbara) mérite amplement les prix qui lui ont été attribués. Après le magnifique Lunana, superbe ode à l’éducation tournée dans un hameau au cœur de l’Himalaya, qui a valu au Bhoutan sa première nomination aux Oscars, Pawo Choyning Dorji est de retour avec Le moine et le fusil, un conte révélateur de sagesse au pays du « Bonheur National Brut ».

Ce deuxième long-métrage ancré dans la culture et la spiritualité a capturé la véritable essence des principes bouddhistes, la vision du Bhoutan et la richesse de leur culture. Avec une simplicité toute feinte et une grande empathie pour ses personnages positifs, le réalisateur bhoutanais y observe avec un humour respectueux une population confrontée à l’arrivée de la démocratie. La transition d’un mode de vie traditionnel à un mode de vie moderne crée un sentiment d’angoisse qui est bien décrit.

Mis à part son côté mélodieux (musique locale) et symbolique, ce film satirique, agréable à suivre, présente un large éventail d’artistes locaux. Le casting comprend des acteurs bhoutanais chevronnés, une star de la musique locale dans le rôle du moine et quelques personnages secondaires attachants.

Emplie de fraicheur et d’humanisme, cette œuvre aussi sympathique que drôle plaira à un large public.

The Monk and the Gun
BT – 2023 – 107min – Drame
Réalisateur:Pawo Choyning Dorji 
Acteur:Harry Einhorn, Tandin Wangchuk, Tandin Sonam, Pema Zangmo Sherpa, Deki Lhamo, Yuphel Lhendup Selden, Kelsang Choejay, Tandin Phubz, Choeying Jatsho 
Trigon Films
17.04.2024 au cinéma

Article précédent
Article suivant
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -