Admiré par certains et méprisé par d’autres, Xavier Dolan se distingue par ses choix musicaux, piochant autant dans des vieux tubes – parfois ringards – que dans des courants plus modernes. Avec « Tom à la ferme », son quatrième film, le jeune Canadien change de style et s’essaie au thriller, délaissant le patchwork musical au profit d’une composition originale. Pour cela, il est allé chercher l’immense Gabriel Yared, musicien d’origine libanaise à qui l’on doit de somptueuses compositions (« 37°2 le matin », « Le Patient anglais », « La Vie des autres »). Pour le film de Dolan, Yared lorgne du côté de Bernard Herrmann, fidèle compositeur d’Hitchcock, dont l’âme plane sur « Tom à la ferme ». Plus nuancée que le film qu’elle sert, la musique distille dès le premier morceau un certain malaise, que contrebalancent certains segments au romantisme plus appuyé, avant qu’une instrumentalisation plus sombre vienne angoisser l’auditeur. Une formule répétée qui aurait tout de même mérité un peu plus de fraîcheur.

Tom à la ferme
Gabriel Yared
IDOL / MK2