Une approximation de leurs manières barbares

A lire aussi

Freya
Freya
Cinéphile passionnée, écrivaine et musicienne depuis son enfance, elle offre son âme d’écorchée vive au besoin de l’art et de la transmission de ses émotions. Voter folie est-elle la même ?

Le premier jour d’un tournage d’un film, un acteur manque à l’appel. Le hic, c’est que Bruce Glover se trouve être l’acteur principal et très essentiel à ce fameux film. La panique prend alors toute l’équipe petit à petit au fil des heures.


Un court-métrage en noir et blanc, agité et angoissé, avec un intérêt entre la dimension d’une folie artistique et des cas psychiatriques. Chaque personnage conjugue plus ou moins mal avec le trouble de l’absence et de l’incompréhension de la situation imprévue. Le réalisateur tente ici d’entrer dans les esprits torturés de chacun afin, certainement d’en sortir l’essence même de la peur. Une peur grandissante, une peur humaine de l’abandon et de la fragilité.

Les douze minutes de film sont plus courtes que le nom de ce dernier et bien trop court pour un sujet aussi gigantesque. Là, est sans doute tout le génie du scénario. Effleurer le côté le plus sombre de l’humain, son côté animal au cœur de préoccupations futiles comme la création d’une expression artistique. L’humain est le seul animal à se soucier de transmettre quel que soit la manière son ressenti. En cela, il est effectivement barbare et approximatif dans la compréhension de son être, de sa condition et assurément de son utilité. Un court-métrage qui intéressera une niche du public qui cherche à mettre en lumière la complexité de l’existence humaine.

Un voyage dans l’absurde littéraire comme théâtral digne que l’on y consacre plus d’un petit quart d’heure. Ce qui est sûr, c’est ce morceau de pellicule alimentera des conversations et peut-être même des débats sur l’absence, la solitude au milieu des autres ou encore l’abandon.

Le sentiment premier qui s’affiche au début du visionnage est d’ailleurs révélateur d’un certain réflexe de protection animale : le rejet.

Une approximation de leurs manières barbares
De Christian Serritiello
Avec Bruce Glover, Scott Coffey, Dulcie Smart…
Du 23 mai au 5 juin 2022 en ligne sur www.filmocracy.com

- Publicité -

L’Homme parfait

I’m Your Man

Elvis

THE BLACK PHONE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -