Une histoire provisoire : D’une rencontre naît un élan de vie

A lire aussi

Le réalisateur suisse Romed Wyder explore dans son nouveau film la rencontre entre Sacha (Felipe Castro), un publicitaire genevois, et Marjan (Pooneh Hajimohammadi), une professeur d’université iranienne. Alors qu’ils traversent chacun une crise existentielle, leur attirance l’un pour l’autre va les pousser à dépasser leurs différences culturelles afin de trouver l’inspiration pour un nouveau départ.


«Une histoire provisoire» débute par une fin. La fin de la relation amoureuse entre Sacha, un quadragénaire genevois travaillant dans la publicité, et son ex-copine Karen. Il prend ses affaires, sort de chez lui et tombe dans les escaliers. Jambe cassée. Relation brisée. Vie bouleversée.

Une porte se ferme, une autre s’ouvre. Celle de l’ancien appartement de ses grands-parents, devenu un logement Airbnb. Sacha s’y rend pour prendre de la distance avec Karen, être au calme et travailler sur une nouvelle publicité. Sauf qu’il ne sera pas seul. Marjan, une femme iranienne qui traverse elle aussi une crise de couple, arrive peu après lui. Échange d’un regard, échange d’une brève salutation, et chacun prend déjà ses distances. Alors qu’ils espéraient être seuls, les voilà qui devront se côtoyer.

«J’avais envie d’explorer cette rencontre entre deux personnes qui viennent de cultures très différentes et qui ont un a priori plutôt négatif l’une envers l’autre», explique Romed Wyder, le réalisateur du film. «Sacha et Marjan se retrouvent ensemble dans cet appartement et sont un peu obligés de se découvrir. On comprend alors que les choses qui les relient sont plus importantes que celles qui les séparent.»

Ce qui les différencie, c’est d’avoir vécu jusqu’à présent dans des sociétés très éloignées. Marjan vient d’un pays musulman, elle ne parle pas français et est mal à l’aise de se retrouver dans un appartement avec un autre homme que son mari. Elle n’est pas pratiquante mais décide tout de même de porter un foulard sur ses cheveux pour faire croire à Sacha qu’elle est religieuse et le tenir ainsi à distance. Intrigués l’un par l’autre, Marjan et Sacha vont toutefois commencer à se rapprocher.

«Petit à petit, Sacha et Marjan se rendent compte qu’il y a une connexion émotionnelle entre eux, peu importe leur religion ou leur culture.»

«Le mystère entre deux personnes crée de l’attirance. Il donne envie de se découvrir», affirme l’actrice Pooneh Hajimohammadi, qui joue le personnage de Marjan. «Petit à petit, Sacha et Marjan se rendent compte qu’il y a une connexion émotionnelle entre eux, peu importe leur religion ou leur culture. Cet aspect de l’histoire m’a vraiment touchée.»

«Leurs différences culturelles les aident à être surpris par l’autre, curieux de l’autre et à être plus ouverts», soutient Felipe Castro, qui incarne Sacha. «Comme souvent dans les relations amoureuses, ce qu’on ne comprend pas ou qu’on doit deviner crée de l’exotisme. Ce dont on manque et qu’on lit chez une personne fait qu’on est attiré par elle.»

Un trait d’union relie tout de même Sacha et Marjan malgré le contraste entre leurs cultures. «Je pense que le point central entre eux c’est leur rupture amoureuse et leur quête à chacun», souligne Felipe Castro. «Une conjonction de hasards fait qu’ils vivent cette quête en même temps, en vase clos dans cet appartement.»

Sacha est en effet en recherche. Il remet en question son couple avec Karen, qui manquait de profondeur à ses yeux. Il essaie de trouver des idées pour une nouvelle pub de shampoing mais constate rapidement un manque d’énergie et d’envie. Sa vie est devenue une page blanche et il est en quête d’inspiration pour écrire un nouveau chapitre, pour trouver un nouveau souffle.

«Sacha n’arrive pas à mettre le doigt sur ce qui ne va pas, sur ce qui crée de l’insatisfaction et du manque», commente Felipe Castro. «Il est perdu, il a dévié dans son parcours vers des voies qui ne lui conviennent plus, autant en amour que professionnellement. Il a envie de retrouver des choses qu’il a perdues mais elles ne sont pas complètement identifiables pour lui.»

Marjan traverse elle aussi une période remplie de doutes. Son mari Nader, qui s’est vu offrir un travail à Genève, voudrait qu’elle reste avec lui en Suisse. Mais Marjan a envie de retourner à Téhéran pour retrouver ses proches et reprendre son poste à l’université. Quitte à partir sans lui s’il le faut.

«Ils ont envie de rencontrer quelqu’un de différent et d’explorer d’autres idées.»

«Sacha et Marjan remettent leur situation en question et se rencontrent à un moment charnière de leur vie», indique Romed Wyder. «On sent une fragilité et une ouverture chez eux. Ils ont envie de rencontrer quelqu’un de différent et d’explorer d’autres idées.»

Marjan et Sacha commencent donc à s’ouvrir l’un à l’autre et à explorer de nouveaux chemins. D’abord pris dans ses pensées, traversé par de nombreux rêves cauchemardesques sur l’univers de la publicité qu’il a envie de quitter, Sacha découvre alors la poésie iranienne grâce à Marjan avec des ghazals, des poèmes «qui ouvrent à un monde plus grand tout en aidant à plonger au coeur de soi». Il s’essaie à la calligraphie perse, retrouve avec plaisir l’architecture d’intérieur, qu’il avait étudiée à l’université. Il récupère petit à petit «l’énergie du début».

Quant à Marjan, elle découvre la méditation, le yoga, et observe avec intérêt une jeune femme dans l’immeuble d’en face qui semble amoureuse, libre et indépendante. Puis l’arrivée dans l’Airbnb de Mina (Elísabet Johannesdóttir), une femme américaine énergique et pleine d’humour, participera au mouvement d’ouverture du coeur entre Sacha et Marjan.

«L’ouverture envers une autre culture peut nous enrichir nous-même», se réjouit Romed Wyder. «L’amour est surtout lié à la rencontre entre deux êtres qui se sentent proches et cette proximité n’est pas définie par les croyances ou les cultures. Marjan et Sacha arrivent à se rapprocher même s’ils viennent d’horizons différents. Leur rencontre les aide à avancer dans leur vie.»

Ce qui n’était qu’une histoire provisoire dans un appartement devient l’élan d’un nouveau départ dans l’existence de Sacha et Marjan. Alors qu’ils expriment tous deux le sentiment de n’avoir pas encore trouvé leur chez-soi, les moments qu’ils vivent ensemble leur permettent de faire un pas en avant vers leur épanouissement et leur juste place dans le monde.

Une histoire provisoire
LU-CH – 2021 – 85min – Drame
De Romed Wyder
Avec Pooneh Hajimohammadi, Felipe Castro, Elisabet Johannesdottir, Sophie Mousel, Paulo dos Santos…
Frenetic Films
11.05.2022 au cinéma

- Publicité -

Il Giardino del Re

Krypto et les Super-Animaux

Men

Mi Iubita mon amour

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -