A livre ouvert

A livre ouvert

Une bibliothèque de quartier comme centre névralgique d’une série qui surprend agréablement. Michèle Favrod, dont la littérature représente toute sa vie, devient la nouvelle directrice pour succéder à Edouard Balser, un dandy sans scrupule, qui souhaite, malgré son peu de talent, se reconvertir en écrivain. La nouvelle directrice se retrouve rapidement mêlée à une escroquerie aux livres anciens. Elle est accusée d’avoir acheté avec les deniers de l’état pour près d’un millions de livres anciens que l’on retrouve dans sa cave. Elle a beau nier, tout l’accuse, y compris les factures signées de sa main. Steve, amoureux secret de Cynthia la fille de Michèle Favrod, ainsi que Christiane, maîtresse et muse d’Edouard, de même que Bruno le concierge qui devient son amant, sont ses collaborateurs qui vont essayer de faire face à l’audit qui survient ainsi qu’au contrôle des services de l’hygiène. Malheureusement, tout semble se liguer contre cette bibliothèque de quartier dont Régina Balser de Peroy, l’épouse bafouée d’Edouard qui fait partie d’une illustre dynastie de la région veut s’approprier pour en faire un retentissant projet immobilier avec ou sans l’aide de son frère Louis.

Les acteurs jouent vrai ! On s’y retrouve et on s’y croit. Il y a même des scènes où l’on pourrait verser une larme d’émotion. Les dialogues font ressortir une spontanéité et une éloquence bien à propos.

Les vues de Lausanne et de certains quartiers nous rendent cette série attachante. Les destins s’entremêlent, et c’est dans un chaos savamment orchestré que l’on peut suivre cette série de six épisodes d’une durée totale d’un peu plus de cinq heures.

A livre ouvert
Produit par Point Prod & la RTS
De Stéphanie Chuat & Véronique Reymond
Avec Isabelle Gélinas et François Morel…
Seven Prod