14 C
Munich
samedi, avril 13, 2024
- Publicité -

Tom Medina et sa découverte des animaux en Camargue

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

Réalisé par Tony Gatlif (« Geronimo »), « Tom Medina » s’avère être le long-métrage le plus proche de sa vie, même s’il ne demeure pas autobiographique. Touchant par le biais de certains thèmes abordés, des scènes trop longues le rendent toutefois un peu moins intéressant.


Tom a toujours été spontané, désorganisé et n’a jamais hésité à commettre quelques larcins comme le vol. Et son arrivée en Camargue ne se fera pas dans la douceur et le calme. Car entre son manque d’organisation qui lui aurait permis d’arriver dans les délais chez Ulysse afin d’écouler sa liberté surveillée et sa démotivation à faire son travail dans le centre, Tom Medina ne va pas se faire des ami-e-s immédiatement. Au contraire, il se heurtera à une hostilité ambiante parfois méritée, parfois injuste. Mais sa fascination pour les taureaux va le stabiliser et sa rencontre avec Suzanne lui permettra de mieux se comprendre, tout en aidant la jeune femme à entreprendre une vraie revanche par rapport à sa vie familiale.

Comme susmentionné dans le chapeau, cette réalisation n’est pas biographique, mais s’approche beaucoup des expériences dudit cinéaste qui dormit dans la rue, volait dès qu’il le pouvait et vécut pendant un certain temps en France sans papiers.

A l’époque, c’est suite à une arrestation policière et grâce à la rencontre de son éducateur peu après, que Tony Gatlif fut envoyé chez un éleveur de chevaux en Camargue parce qu’il avait beaucoup aimé travailler avec les beaux équidés durant son enfance.

Ainsi, cet élément et d’autres situations vécues, furent transposés d’une certaine manière, au sein de sa fiction « Tom Medina ». Afin de rendre l’intrigue plus intéressante et mystique, il ajouta également une pointe de magie et surtout, une relation solide et sociale entre les taureaux et « Tom ».

Ce personnage est d’ailleurs assez bien interprété par le comédien Belge David Murgia (« Geronimo »). Par rapport aux autres rôles, le Français Slimane Dazi (« Oussekine ») en qualité de responsable du centre animalier et mauvais garçon et la débutante Germano-Française Karoline Rose Sun offrent un panel d’émotions avec une belle aisance.

Mais la plus-value principale de « Tom Medina » se situe au niveau des animaux. Entre la beauté des taureaux et la majestuosité des chevaux, cette partie de la Camargue représente très bien leur environnement et leur cohabitation avec les humains.

Outre cet aspect, l’absence totale d’effets infographiques rend cette réalisation plus noble et humaine. Même les petites cascades effectuées par les comédiens-iennes, à l’exemple du jeu du chat et de la souris entre le rebelle « Tom » et les policiers qu’il fuit en grimpant dans un bel arbre, amènent une dimension davantage spirituelle et naturelle.

Malheureusement, ce film contient plusieurs scènes inutiles et parfois décousues. Cela le rend un peu fade, lent et le récit délaisse les relations entre les animaux et les hommes. En sus, la séquence finale adaptée par rapport à la pandémie Covid, décale trop l’histoire de « Tom Medina ».

Notamment au travers des rares dialogues échangés quant à cette situation qui n’ont pas véritablement leur place au sein de cette réalisation. Et en prolongement de ce plan, la discussion entre « Tom » et « Suzanne », reste trop floue. Cela gâche donc quelque peu cette histoire et peut laisser certain-e-s spectateurs-trices frustré-e-s sur la fin de cette dernière.

Musicalement, si les interprétations de Karoline Rose Sun sont originales, rock-métal et teintées d’une certaine peine, sa force se perçoit d’office et transcende « Tom Medina » entre les mélanges précités et le genre flamenco. Néanmoins, ses chansons ne s’avèrent pas forcément adaptées quant au long-métrage et il demeure regrettable de ne pas pouvoir comprendre le sens de ses paroles.

En définitive, « Tom Medina » s’adresse à un large public, mais peut s’avérer parfois compliqué à suivre pour toutes les raisons évoquées. Quoiqu’il en soit, cette fiction permet de voir la beauté de la Camargue, d’apprécier les animaux et de mieux comprendre comment fonctionne une liberté surveillée en France.

Tom Medina
CH, FR – 2021 – 100min – Drame
Réalisateur: Tony Gatlif 
Acteur: David Murgia, Slimane Dazi, Karoline Rose Sun, Suzanne Aubert, Lyes Ouzeri, Romain Carbuccia, Morgan Deschamps, Clément Bouchet, Didier Bourguignon, Pietro Botte 
First Hand Films
Disponible en DVD et VOD

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -