Bienvenue à Suburbicon ! Ce petit paradis au cœur des États-Unis vous propose une vie de famille paisible et agréable. Entouré d’autres familles américaines respectables, vous profiterez d’un quotidien sans soucis en toute sécurité. Ici, tout le monde est heureux, tout le monde sourit, et surtout, tout le monde est blanc.


Pourtant, durant l’été 1959, un évènement tragique et l’emménagement d’une famille afro-américaine, vont bousculer la vie de la petite ville résidentielle. Suburbicon se révélera alors sous son vrai jour – mensonge, dissimulation, cynisme et violence se dissimulant derrière les murs de chaque pavillon à la pelouse impeccablement entretenue.

Suburbicon met en scène la famille Lodge. Le père (Matt Damon) Gardner, la mère (Julianne Moore) Rose, la tante Maggie et enfin le fils (Noah Jupe) Nicky. Ils habitent tous ensemble dans une charmante villa résidentielle. Un soir, ils sont les victimes malheureuses d’un cambriolage qui tourne mal. C’est suite à cet évènement que ces personnages qui nous semblaient raisonnables et aimants se révéleront égoïstes, violents, manipulateurs, voir même profondément dérangés.

En parallèle à cela, nous avons la famille Mayers, afro-américains qui viennent d’emménager juste à coté de chez les Lodge. Les habitants de la ville n’acceptent pas la venue de ces « étrangers » dans leur monde. Une escalade de violence va alors commencer à laquelle il faudra faire face. La famille Mayers représente tout l’inverse de la famille Lodge. Ils sont aimables et courageux, restant toujours stoïques et imperturbables face aux multiples abus dont ils sont les victimes. Les scènes impliquant les hordes racistes qui entourent la maison des Mayers sont absolument terrifiantes, et l’on ressent une véritable empathie pour cette famille qui ne demande rien d’autre que de pouvoir vivre tranquillement. Le contraste entre cette famille courageuse et la famille Lodge qui se révélera violente et égoïste est une des forces du film, qui propose ainsi une critique efficace et frissonnante de la classe moyenne américaine bien-pensance des années 60.

Mais le film ne se contente pas d’être inquiétant et angoissant, il est également drôle. Gardner et Maggie sont particulièrement incompétents en criminels manipulateurs. Il en va de même pour les cambrioleurs du film. Plusieurs scènes valent le détour, par exemple l’escapade de Matt Damon sur un vélo bien trop petit pour lui qui offre un visuel particulièrement ridicule. Enfin, le film bénéficie d’un casting excellent. Matt Damon est fantastique en père aimant qui se révèle peu à peu absolument monstrueux, tandis que Julianne Moore nous livre une performance tout à fait efficace. Enfin, Oscar Isaac est jouissif malgré son temps d’écran très limité. Un film excellent en somme, à voir absolument.

Suburbicon
(Bienvenue à Suburbicon)
USA   –   2017   –   Comedy
Réalisateur: George Clooney
Acteur: Matt Damon, Oscar Issac, Juilane Moore, Josh Brolin, Megan Ferguson, Glenn Fleshler, Michael D. Cohen
Ascot Elite
06.12.2017 au cinéma

Bienvenue à Suburbicon : une critique efficace et frissonnante de la classe moyenne américaine
4.5Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.