Black Roses

Black Roses

Aaaah, le hard-rock ! Jamais un courant musical n’aura porté autant de fantasmes et acquis une réputation aussi sulfureuse. Parce que le hard-rock, dans l’inconscient collectif, ça n’est pas qu’une musique de sauvages, c’est carrément la musique du diaaaable, un véritable mal faisant de chaque ampli une boîte de Pandore prête à déverser tous les maux de la Terre !

Bad Boy Boogie
« Black Roses » touche du doigt cette peur qu’ont eu certains parents en voyant leur rejeton porter des jeans troués et des cheveux plus longs que sa soeur. Il parle en effet d’un mystérieux groupe de hard rock (prononcez hard-euh rock-euh) qui semble animé de sinistres intentions. Qui sont-ils ? Pourquoi viennent-ils jouer dans cette bourgade fleurie et souriante ? Leur musique est-elle bien décente ? Et puis, produire des albums dont les pochettes arborent des têtes de mort ou des fleurs fanées ne cacherait-il pas quelque penchant malsain, un appétit pour la destruction ?

La venue des Black Roses divise l’opinion de ce charmant hameau d’Amérique du Nord. D’un côté, la population bien pensante, composée de gens de plus de 45 ans portant cravates et/ou lunettes à double-foyer, considère d’un oeil peu avenant les membres de ce groupe de Hard-FM. De l’autre, les lycéens, dont certains ont quand même l’âge d’un expert-comptable en milieu de carrière, semblent surexcités par la venue de types au look rebelle, à même de comprendre et exprimer leur mal-être.

Comment donc ce groupe se débrouille t-il pour répandre le mal sur cette ville qui ne demande qu’à rouiller en paix ? On ne le saura jamais. Car par la grâce d’un scénario dont les idées semblent avoir été écrites par un adepte du travail à moitié fait, on assistera qu’à une succession de situations « what the fuck ». Tout ce que je suis capable de vous dire c’est que les membres du groupe Black Roses possèdent la capacité d’apparaître pendant leurs concerts avec le look des musiciens de Michael Bolton lorsqu’il y a des adultes dans la salle, puis de se transformer soudain en ridicule groupe vaguement SM dès que les grabataires de plus de 35 ans ont tourné le dos.

Wrathchild
En dernière analyse, « Black Roses », c’est simplement un film sur des jeunes tellement DÉBILES qu’ils ne comprennent pas, malgré les avertissements des adultes aimants et censés, que les groupes de hard-rock sont en réalité de dangereux malades mentaux qui ne désirent rien tant qu’inviter le Diable sur Terre, tuer des gens et violer des femmes. Et pourquoi ils ne comprennent pas ça les jeunes ? PARCE QUE LES JEUNES SONT DES CONS ! Voilà, c’est dit. A vous les ados, on n’arrête pas de dire que la musique violente engendre la violence et que les paroles agressives engendrent l’agressivité. Nom d’une pipe, c’est pourtant pas faute de vous avoir prévenu. C’est comme les fringues : la mode c’est une affaire de gens qui savent s’habiller, pas de lycéens trop benêts pour ne pas comprendre qu’un jean troué, il faut le jeter. Et les mocassins à gland, ça ouvrira bien plus grand les portes de l’avenir que des bottes en cuir.

Heureusement, un héros les sauvera de ces maléfiques troubadours, j’ai nommé M. Moorhouse ! Lui au-moins porte la moustache bien taillée et la chemise à carreaux, et, contrairement à certains, il n’est pas influençable comme du papier calque. De par sa culture à la fois littéraire (prof) et musicale (Mozart), il sera un stéréotype ambulant apte à gagner la bataille.

« Black Roses » voulait sans doute essayer d’édifier la jeunesse. Mais avec son message distillé avec la grâce d’une foule de hardos bourrés à la bière (les adolescents sont manipulables et cons comme des tables et les adultes ont toujours raison), ses effets spéciaux craignos et ses acteurs au charisme de lavabo, la tentative échoue lamentablement, sauf à faire rire le public visé.

[FG]
www.nanarland.com

A propos de l'auteur

Daily Movies est à ce jour le magazine le plus complet en information cinéma, ciblant un large public de tous âges. Avec son format original et accessible gratuitement ou en abonnement grâce à ses différents partenaires, Daily Movies est l’un des moyens privilégiés permettant à de nombreuses personnes d’être informées de l’actualité cinématographique en Suisse.

Articles similaires