Bullet Train et ses magnifiques Shinkansen et coccinelles

A lire aussi

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

Publié en 2010 par l’écrivain Japonais Kōtarō Isaka, « Maria Bītoru » ou « Maria Beetle » en anglais, se voit adapté en un long-métrage nommé « Bullet Time ». Cette fiction s’avère rythmée, drôle, à la distribution 3 étoiles et où il faut se méfier des passagers…


Assassin se considérant malchanceux, néanmoins doué pour exécuter ses contrats, Ladybug a décidé de mener à bien son nouveau travail de la manière la plus pacifiste possible. Pour se faire, il doit récupérer une mallette au contenu lui étant inconnu au sein d’un Shinkansen à destination de Kyoto. Dans son métier, moins il en sait sur ses objectifs, moins il tuera et mieux il se portera selon ses récents mantras. Mais comme le sait ce cher Ladybug, une mission se passe rarement en fonction des prévisions. Des rencontres inattendues à celles d’outsiders redoutables, l’homme au chapeau va devoir frapper fort, vite et faire profil bas du mieux possible. Car malgré lui, de nombreux conflits vont se créer et sa destination ne sera pas aussi reposante qu’espérée. Une fois arrivé au terminus non plus d’ailleurs…

Derrière les caméras de ce film d’action teintée d’une belle dose d’humour et à l’environnement très japonais, l’ancien cascadeur de Keanu Reeves (« Toy Story 4 ») David Leitch, transpose le roman à succès susmentionné dans le chapeau, en une réalisation à la bonne dose d’adrénaline.

Au niveau du scénario, le romancier Japonais cité au sein du chapeau, participa également à son adaptation et à ses côtés, la scénariste Zak Olkewicz (« Fear Street – Partie 2 : 1978 »). Une transposition fonctionnant donc à merveille avec une mise en scène soignée et plaisante, des personnages haut en couleur et qui apprécient toutes les armes possibles se présentant devant leurs mains.

En tête d’affiche de « Bullet Train », Brad Pitt (« Ad Astra ») représente une nouvelle fois, un personnage avec une attitude toujours très détendue et réagissant avec assurance. Évidemment, son protagoniste a en fait, beaucoup de fêlures et son passé en sera souvent lié. Ceci, grâce, ou à cause, des ennemis qu’il rencontrera dans les différents wagons des trains japonais.

Aux côtés dudit comédien, une pléiade de ses collègues qui ont toutes et tous, des caractéristiques spécifiques par rapport à leur caractère, à leur tenue vestimentaire et bien sûr, à leur savoir-faire en qualité de tueurs-euses professionnels-les.

Si la passion de « Lemon », joué par Brian Tyree Henry (« The Eternals »), amuse beaucoup, que l’habile « Tangerine » incarné par Aaron Taylor-Johnson (« Tenet ») dégage la classe britannique avec excellence, c’est l’acteur Japano-Anglais Andrew Koji (« Snake Eyes ») qui retient le plus l’attention grâce à son personnage menant des investigations assez drastiques et pour des raisons très personnelles.

Outre ces prestations, la folie de l’espèce humaine demeure assez intelligemment démontrée au travers de « Bullet Train ». Qu’il s’agisse des anti-héros destructeurs, ou de la fameuse culture japonaise assez bien représentée au sein des wagons du fameux train à très grande vitesse.

Musicalement, la bande-originale écrite par Dominic Lewis (« Pierre Lapin 2 : Panique en ville ») s’adapte parfaitement bien à l’univers de chacun des endroits que « Ladybug », ou « Coccinelle » en français, et ses ennemis traversent. Toutefois, il aurait été plus original de choisir davantage de titres en lien avec le Japon, qu’il s’agisse de sa propre création, ou de morceaux aux consonances un peu trop internationaux.

L’aspect sanglant n’est pas oublié et il fait également plaisir à découvrir. Si les armes s’avèrent toutes assez dingues, les bagarres et probables morts, amuseront les spectateurs-trices friand-e-s de ce genre de savoureux moments. Et il ne faut pas forcément s’attendre à ce que chacun-e meurt comme suggéré…

Finalement, si « Bullet Train » manque quelque peu de folies créatives, le rythme, les cascades, les facettes des personnages et les nombreuses surprises du long-métrage, permettent de passer un bon moment et de comprendre un tout petit peu plus, le fonctionnement des trains au Japon.

Bullet Train
US, JP – 2021 – 152min – Action
Réalisateur: David Leitch
Acteur: Karen Fukuhara, Brad Pitt, Zazie Beetz, Sandra Bullock, Joey King, Aaron Taylor-Johnson, Pasha D. Lychnikoff, Michael Shannon, Logan Lerman, Andrea Muñoz
SonyPictures
04.08.2022 au cinéma

- Publicité -

Il Giardino del Re

Krypto et les Super-Animaux

Men

Mi Iubita mon amour

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -