Trois retraités italiens décident de partir vivre à l’étranger pour mieux profiter de leur rente. Ils organisent leur voyage durant toute une semaine et seront confrontés aux limites du système.


Gianni est un professeur de grec et de latin à la retraite qui vit dans le quartier de Trastevere à Rome. Le pensionnaire passe ses après-midis sur la terrasse de son bistro favori. Un jour, alors qu’il observait les passants sur la grande place, il aperçoit un de ses amis, Giorgetto. En discutant avec lui, l’homme de lettres apprend que Giorgetto a aussi mis un terme à sa carrière et qu’il n’a pas réussi à trouver une occupation depuis lors. L’aîné a pourtant un grand projet, il envisage de s’installer à l’étranger, pour vivre dans un pays où la vie est moins chère et propose à Gianni de se joindre à lui.

Après délibération, le professeur avoue être conquis par le projet. Les deux hommes n’ont rien à perdre et se lancent dans l’organisation de leur voyage. Mais où aller ? Pour répondre à cette question, les deux amis rendent visite à Attilio, une connaissance. L’homme qui les reçoit est un personnage atypique qui habite en banlieue et restaure des meubles anciens. L’un de ses bons clients, le professeur Federmann connaît bien la question, le trio profite d’une livraison pour se rendre chez lui et essaient d’en apprendre un peu plus. Quelques pays remplissent les conditions : (sécurité, coût de la vie, météo, tranquillité et bureaucratie). Le trio nouvellement formé, va devoir choisir entre Cuba, Bali, Sofia et les Açores…

Le nouveau long-métrage de Gianni di Gregorio est captivant. Derrière la planification d’un voyage se cache une détresse, celle de la solitude. En s’attaquant au régime des retraites et à la sécurité sociale en Italie, le cinéaste nous ouvre les yeux sur une situation tragique, celle des aînés qui peinent à joindre les deux bouts. Le film traite d’autres thématiques actuelles comme l’immigration, l’amitié, la paternité et le travail au noir.

Chacun des protagonistes a son originalité et sa particularité. Giorgetto est lunatique, Attilio est anticonformiste et le Professeur est nostalgique.

Le réalisateur de cette comédie piquante, Gianni Di Gregorio est originaire de la région du Latium en Italie, le cinéaste, également scénariste et acteur a remporté le prix du meilleur premier film avec Pranzo di ferragosto à la Mostra de Venise en 2008. Il a commencé sa carrière comme scénariste pour le film Specie di Gomorra et a participé à d’autres réalisations à succès. Les personnages de ses films sont généralement fragiles et plein d’humanité.

Le réalisateur s’est inspiré des comédies classiques italiennes de pour mettre en scène Citoyens du monde. Très théâtral, son dernier film est plus ironique que comique. C’est en discutant avec ses amis que le metteur en scène a eu l’idée de faire un film sur les retraités de son pays et parler de leur avenir dans la société d’aujourd’hui. Il a entendu beaucoup de compatriotes dire qu’ils avaient l’intention de quitter l’Italie pour profiter un peu plus de la vie à l’étranger.

Au casting, nous trouvons, Giorgio Colangeli. Né à Rome, il a commencé sa carrière cinématographique en 1974 avec la compagnie de théâtre didactique Il Torchio. Il a interprété des rôles principaux dans de nombreuses films dont La Cena pour lequel il a remporté le Ruban d’argent du meilleur second rôle et L’Aria Salata, qui lui a permis de recevoir le David di Donatello.

Ennio Fantastichini est malheureusement décédé peu de temps après le tournage. C’était un acteur extraordinaire qui cachait derrière sa légèreté une grande tension artistique et morale. Acteur sanguin et incisif il a fait ses débuts au théâtre. En 1988, il a tourné dans I ragazzi di Via Panisperna. Son plus grand succès est obtenu avec Portes ouvertes de Gianni Amelio grâce auquel il a reçu plusieurs premiers prix (Ciak d’Oro, Ruban d’argent et Prix du cinéma européen). Nous l’avons vu ensuite dans de nombreux films et feuilletons télévisés (Ferie d’Agosto, La Mafia, Sacco et Vanzetti, La Freccia Nera). C’est finalement Le Premier qui l’a dit, un métrage sorti en 2010 qui lui a permis de recevoir le David di Donatello du meilleur acteur dans un second rôle.

«Citoyens du monde» (Lontano Lontano, en italien) est un film divertissant, qui sort de l’ordinaire. C’est un long-métrage intelligent, à petit budget avec un message profond. Celui-ci plaira, à n’en pas douter, à un large public.

Citoyens du monde
IT – Drame – 2019
De Gianni Di Gregorio
Avec Gianni Di Gregorio, Ennio Fantastichini, Giorgio Colangeli…
Xenix Film
26.08.2020 au cinéma

"Citoyens du monde" : Nouvelle vie !
4.0Note Finale

A propos de l'auteur

Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

Articles similaires