Ce biopic retrace une partie de la vie tumultueuse de l’illustre Général de Gaulle.  Le sujet étant vaste, le réalisateur s’est intéressé plus particulièrement aux relations familiales du héros français en passant aussi brièvement en revue, sa période d’exil en Angleterre.


Adapter au cinéma la vie d’un héros de guerre français qui a également été président de la République n’a rien d’une sinécure. Que dire d’un homme au parcours aussi riche que le Général de Gaulle ? La question est subtile et Gabriel Le Bomin a réussi son pari, celui de nous faire découvrir l’humain derrière le militaire et l’homme politique que tout le monde connaît.

C’est en juin 1940 que se situe l’histoire. Les allemands sont aux portes de Paris et le commandement des armées françaises est divisé quant à la méthode à adopter face au régime nazi.  D’un côté, nous trouvons un ancien héros de Verdun, le Maréchal Pétain et ses partisans qui au vu de la situation, désirent capituler devant l’ennemi et signer l’armistice pour éviter un bain de sang. De l’autre, nous trouvons le trio De Gaulle, Mandel et le président du conseil Paul Reynaud. Le premier est un ancien Colonel de l’armée fraîchement promu Général quant aux deux autres, ce sont des politiciens influents. Tous trois refusent d’abdiquer et sont persuadés qu’une alliance avec l’Angleterre sortira le pays du marasme.

Le nouveau film de Gabriel Le Bomin « Nos patriotes (2017), Insoupçonnable (2010) » se démarque des métrages usuels ayant pour thème principal la guerre ou la politique. Le scénario s’intéresse plus particulièrement à la vie privée du Général De Gaulle. On apprend qu’il est père de trois enfants et que la plus jeune est atteinte d’un sévère handicap mental.  Marié et fervent catholique, l’homme d’état est un battant comme l’est aussi sa femme Yvonne, leur amour est puissant et sans faille. L’un et l’autre vont se battre, chacun de leur côté, face à l’adversité. C’est dans ces moments-là, que l’on découvre les vrais héros…

Dans le cadre de son travail de cinéaste, que ce soit dans le documentaire ou la fiction, Gabriel Le Bomin a souvent rencontré ou croisé Charles de Gaulle.  Il a réalisé une série documentaire sur la France Libre et s’était dit que cette période de son histoire était assez méconnue du grand public. D’où l’idée d’en faire un film. Ce qui l’a le plus intéressé, c’est son côté illégitime : l’homme de juin 1940, celui qui dit « non ». C’est sans doute le moment de sa vie où il a été le plus fragile et le plus humain.  Le militaire a choisi la clandestinité, entrainant sa famille dans l’aventure, prenant tous les risques et assumant son bannissement (déchu de la nationalité, dégradé, condamné à mort par le gouvernement français).

Malgré sa stature de figure historique, De Gaulle n’avait encore jamais eu droit à son biopic au cinéma. Seule la télévision a mis en scène le personnage, notamment sous les traits de Bernard Farcy dans « Le Grand Charles », Patrick Chesnais dans « Je vous ai compris » et Michel Vuillermoz dans « Ce jour-là, tout a changé ».

Pour le réalisateur, Lambert Wilson était l’acteur idéal. Il est grand, avec de l’allure, de l’autorité et de la présence. La notoriété du comédien a aussi rassuré les investisseurs.  Lambert a fait la différence d’autant qu’il avait déjà interprété par le passé des figures de l’Histoire comme l’Abbé Pierre ou le Commandant Cousteau.

Yvonne De Gaulle est un personnage dont les traces historiques sont plus diffuses. Ce sont souvent des images qui datent des années 60. La sensibilité et le talent d’Isabelle Carré (73 films et séries tournés) ont déterminé le cinéaste à lui proposer le rôle.

Olivier Gourmet et Catherine Mouchet font une apparition remarquable dans ce film, mais ils ne tiennent que des seconds rôles.

Pour son côté instructif, cette production est une réussite cinématographique. On regrette pourtant que les décors ne soient pas à la hauteur des débats.  On ne voit, pour ainsi dire pas les armées ni les champs de bataille et presque toutes les scènes se déroulent dans les bureaux ou des demeures familiales.

Ce film fort agréable à visionner est un assemblage de moments vécus. Quelques Flash-Backs ont été nécessaires pour donner du rythme à l’histoire. Si le film paraît un peu simple au départ, on s’habitue très vite à cette manière de présenter le vécu des protagonistes.

De Gaulle
FR – 2020 – 1h 48min
Historique, Biopic, Guerre
De Gabriel Le Bomin
Avec Lambert Wilson, Isabelle Carré, Olivier Gourmet
JMH
04.03.2020 au cinéma

«De Gaulle»: Droit au but !
3.5Note Finale

A propos de l'auteur

Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

Articles similaires