Le plus irrévérencieux (quoiqu’ « Hancock » l’est tout autant) des super-héros Marvel revient en force et casse la baraque (plusieurs en fait) jusqu’à la toute dernière minute. Et bien évidemment, il faut rester jusqu’au générique pour apprendre que…


« Wade Wilson », alias « Deadpool » est de retour pour un nouveau volet encore plus insolent, décalé, audacieux et fou. Le mercenaire brûlé est plus en forme que jamais. Mais en plus d’affronter un soldat surentraîné, sa vie va radicalement changer sans qu’il puisse échapper à son destin, quelque peu funeste… Jusqu’à un certain point en tout cas ! Car il serait faux de croire qu’il va s’empêcher d’enfiler son costume rouge sexy pour mieux botter les fesses des super-méchants. Comme son célèbre adage le dit : « Pour faire le Bien, il faut parfois se salir les doigts »

Si « Deadpool » de Tim Miller en 2016 fut une véritable claque cinématographique (au propre comme au figuré) avec plus de 700’000’000 millions de dollars au box-office mondial, la suite réalisée par David Leitch l’est tout autant. Mais la force de ce dernier est qu’il débute en qualité de metteur en scène. En effet, à peine l’un de ses derniers projets finalisés (« John Wick 2 »), il enchaîna avec « Deadpool 2 ». Force est de constater que l’homme, ancien cascadeur à Hollywood passant progressivement derrière les caméras, a l’excellente sensibilité pour rendre les films d’action surprenants et dosés avec justesse. Son nom commençant à se faire connaître chez l’Oncle Sam, il est probable qu’il ne sera plus la doublure officielle pour les cascades de Keanu Reeves durant les années à venir, incluant les suites de « John Wick ». Mais le cinéaste reste imprévisible puisqu’il est déjà impliqué dans un nouveau projet réunissant Dwane Johnson RampageHors de contrôle ») et Jason Statham Fast & Furious 8 »). Il s’agit du tant attendu croisement (ou crossover) de leur personnage respectif dans les récents « Fast & Furious ».

Pour en revenir à « Deadpool 2 », côté casting les choix des principales têtes d’affiche sont tout autant excellentes que le premier opus. Ryan Reynolds reste fidèle quant à son jeu d’acteur, c’est-à-dire totalement incontrôlable. L’arrivée de Josh « Cable » Brolin (ou « Thanos » selon ses interprétations) marque une nouvelle ère dans l’univers de l’anti super-héro puisque de fortes rumeurs prédisent que Josh Brolin apparaîtra 4 à 6 fois dans la peau de ce personnage. Quoiqu’il en soit, ceux-ci ne sont pas forcément les plus marquants. En commençant par le « X-Man » Colossus, déjà présent en 2016. Incarné par Andre Tricoteux pour les cascades et par Stefan Kapicic pour la voix, l’homme en métal organique fait partie de ceux qui offre une magnifique (voire touchante) performance. S’il en va de même dans la suite actuelle, c’est surtout le jeu du jeune Julian Dennison qui reste remarquable. C’est la première fois que le Néo-zélandais participe dans une grosse production, mais il est facile à comprendre pourquoi il a été choisi d’emblée, car son talent se perçoit dès les premiers instants. Méconnu du grand public, il débuta en 2013 dans le long-métrage Néo-zélandais « Shopping ». 3 ans plus tard, et une publicité préventive faite par Taika Waititi Thor Ragnarok »), le scénariste embaucha directement le jeune homme pour son récent film « Hunt for the Wilderpeople » avec notamment Sam Neill. Ryan Reynolds visionna le long-métrage et décida rapidement d’engager Julian Dennison pour son rôle dans « Deadpool 2 ». Évidemment, il serait trop en dévoiler d’expliquer qui il interprète, mais ce nouvel opus incongru en vaut la peine rien que pour découvrir les talents de l’adolescent.

Il est clair que « Deadpool 2 » est tout autant vulgaire, violent et irrespectueux que celui de 2016. Mais ce nouveau chapitre va encore plus loin, car il est davantage explosif, rend hommage (et ironise) la culture cinématographique soit de manière très visible, soit plus subtilement. Ainsi, parmi le public observateur, qui pourra définir la référence de la chemise de « Wade Wilson » qu’il porte occasionnellement ? D’autres éléments cachés (ou easter eggs en anglais) sont omniprésents et toujours plaisant à détecter.

« Deadpool 2 » risque fortement de repousser les spectateurs-trices n’appréciant pas le genre décalé, fou furieux et grossier. Certaines personnes pourraient peut-être même prétendre que seuls les plus audacieux iraient le voir. Pourtant, il n’en est rien bien qu’un public jeune s’en intéressera davantage. Car « Deadpool 2 » cache beaucoup plus sa trame qu’il ne paraît et à sa manière, explique que malgré les différences (raciales, sociales ou familiales), l’union fait la force. D’où justement la naissance du groupe immoral qu’est « X-Force ».

Beaucoup d’autres éléments positifs sont à notifier pour ce long-métrage, comme sa version française (magistrale via la voix de Pierre Tessier sur Ryan Reynolds), ses multiples caméos (les apparitions sont inoubliables et surprenantes) ou encore au niveau des décors (re) construits. Mais la force principale de « Deadpool » est son côté mutant tout comme sa face « Wade Wilson » qui le rend touchant, parfois maladroit et surtout incroyablement drôle. Un super (et anti) héro qui ne manque pas de ressources et doté d’un excellent humour noir.

C’est donc sans hésitation qu’il faut aller voir « Deadpool 2 » pour savourer ces mélanges et allusions subtiles et grotesques, pour les scènes post-génériques et pour voir certain-e-s X-Men très différemment…

Deadpool 2
USA – 2018 – Action
Réalisateur: David Leitch
Acteur: Morena Baccarin, Ryan Reynolds, Josh Brolin, Brianna Hildebrand, Zaie Beetz, Leslie Uggams Karan Soni
20Th Fox
16.05.2018 au cinéma

Deadpool 2 : la suite hyper cool !
5.0Note Finale