Décès de Roger Carel : Hommage à Mister 1’000 voix

Un comédien qui manquera aussi à jamais

A lire aussi

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

En septembre dernier, c’est avec stupeur que l’univers du doublage francophone s’effondra une nouvelle fois… Roger Carel, l’un des piliers du métier décéda à l’âge de 93 ans. Il laisse derrière lui des cinéphiles attristés et un pan de la version française hors du commun.


Roger Blancharel, plus connu sous le nom de Roger Carel, nous a donc quitté le 11 septembre 2020 dans la plus grande intimité selon ses souhaits. La presse, ses anciens-iennes collègues de travail ou même une partie de ses proches, n’ont pas été averti de sa mort d’emblée. Ceci aussi, en respectant sa famille beaucoup bouleversée.

Mais au fait, qui était Roger Carel ?

Né en août 1927 à Paris, le futur artiste et comédien ne se prédestinait pas à faire ce métier. En effet, scolarisé au sein d’une école catholique, il souhaita devenir prêtre mais abandonna ses études. Puis, Roger débuta celles en ingénierie électrique. Toutefois, le jeune homme les cessa également et se tourna finalement vers la comédie. Car déjà, il savait faire rire son entourage en imitant les gens qu’il côtoyait. Survivant à la 2ème Guerre mondiale et grâce à sa tante,il commença ses leçons au cours d’Andrée Bauer-Thérond en compagnie notamment, du futur cinéaste Michel Piccoli ou du futur comédien Jacques Ciron (« Ernest et Célestine »). Par la suite, il se rendit au « cours Simon » et débuta au théâtre à la fin des années 40.

Dès cette période, il enchaîna et évolua dans le milieu artistique avec aisance. Tant au cinéma, qu’au sein de feuilletons radiophoniques, sur les planches et même dans les cabarets. Quant au doublage, il découvrit ce milieu grâce à son timbre de voix et comme déjà susmentionné, à sa faculté d’imitations vocales. Si Roger Carel s’investit au niveau du domaine cinématographique rare à la fin des années 40, la technologie avançant ainsi que son talent vocal, lui permirent de se développer davantage les décennies suivantes.

Doublant Charlie Chaplin (« Le Dictateur »), Jerry Lewis (« La Valse des pantins »), Anthony Daniels (la majeure partie de la franchise « Star Wars », soit de 1977 à 2005), Peter Sellers (« En voiture Simone ») ou encore Eli Wallach (« Le Cerveau »), Roger Carel devint rapidement incontournable vocalement. Il fut l’un des premiers à prêter sa voix très régulièrement au niveau des animations de la major aux grandes oreilles, Disney.

Le temps passant, plusieurs générations identifièrent son timbre vocal au travers de différents personnages devenus inoubliables à l’exemple de « Winnie L’Ourson », « C-3PO », « Alf » de la série homonyme, ou encore du personnage culte du « Benny Hill Show », à savoir le comédien Benny Hill. Ceux-ci se rencontrèrent carrément en 1991 afin de se présenter mutuellement au niveau du public appréciant l’émission comique télévisée anglaise.

Si Roger Blancharel participa à de nombreux tournages (théâtraux, cinématographiques ou en doublage), qu’il représenta également pour les petits et grands Mickey Mouse, Astérix, Hercule Poirot, ou encore Maestro dans les franchises « Il était une fois… », il collabora aussi au sein de long-métrages plus dramatiques, voire horrifiques. Ainsi, « L’Exorciste » (le 1er doublage), « La Tour infernale » ou bien « La Ruée vers l’Ouest » lui permirent par ailleurs de démontrer que sa voix ne faisait pas systématiquement place aux rires.

Très actif durant une bonne soixantaine d’années, le comédien polyvalent décida toutefois de ralentir sa cadence en 2010 en optant pour une pré-retraite. En 2013, Roger Carel prêta une toute dernière fois sa voix à son personnage fétiche Astérix. Car le Petit Gaulois a toujours été là pour lui et vice-versa. Il participa donc à l’animation d’« Astérix : Le Domaine des Dieux » qui sortit dans les cinémas en 2014 avec son succès amplement mérité. Et c’est pendant cette période que les spectateurs-trices l’entendirent une ultime fois.

Par la suite, l’acteur se retira totalement du métier, des médias et des réseaux sociaux (hormis sa page officielle gérée par un ami proche). Si son décès peine énormément, Roger Carel eu une longue et certainement belle vie tant au niveau professionnel que privé.

Quoiqu’il en soit, grâce à lui et à ses collègues encore vivants ou décédés, la magie du cinéma et du doublage persisteront à jamais pour plusieurs générations passées et à venir.

Mille mercis à Mr. 1’000 voix, à ses collègues et longue vie au 7ème Art  et au doublage français !

- Publicité -

L’Homme parfait

I’m Your Man

Elvis

THE BLACK PHONE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -