Se chercher, se comprendre soi-même et mutuellement sans s’exprimer réellement : c’est ce que traversent les trois personnages, Elliot, Béatrice et Clément du film Departure d’Andrew Steggall. 

D’origine anglaise, Elliot et sa mère, Béatrice, séjournent dans leur maison de vacances se situant au sein d’une région paisible de la France. Le chemin d’Elliot croise celui de Clément un jeune et séduisant parisien qui passe quelque temps chez sa tante. Une rencontre pas si anodine. Clément, personnage ambivalent va pousser autant Elliot que sa mère à se confronter à leurs désirs et leurs sentiments. 

Ce film soulève entre autres, la thématique de l’homosexualité. Elliot fait face à ses envies, ses fantasmes et donc à sa sexualité naissante. Comment avouer son attirance pour Clément et son orientation sexuelle à sa mère ? Ce processus se fait entre rejets et attentions, Clément ne définissant pas clairement son ressenti. La thématique difficile à aborder est plutôt bien menée. On ne rentre pas dans les stéréotypes du jeune gay très efféminé. Ceci même si de premier abord, le personnage d’Elliot peut sembler répondre à ces clichés : jeune homme souhaitant devenir écrivain, vouant une admiration aux auteurs homosexuels et explorant sa sexualité de manière « hors-norme ». Mais cela reste qu’une facette du personnage qui expose un caractère à la fois sensible et glacial. Notamment, nous nous éloignons de la représentation typique de l’homosexuel qui voue un culte à sa mère et la mystifie. 
De plus, le personnage de Clément, jeune mécanicien très viril, mais qui porte une attention particulière à Elliot, contrebalance ces stéréotypes (malgré le doute quant à sa réelle orientation sexuelle). 

Plus largement, le film semble explorer la recherche de soi afin de mieux se comprendre et comprendre les autres. Tous les personnages traversent une phase difficile de leur vie qui remet en cause leur identité. Ils se cherchent notamment à travers l’autre tout en restant dans les non-dits. Personne ne s’exprime franchement et sincèrement, mais tente de se retrouver. 

Concernant la réalisation d’Andrew Steggall, nous approuvons rapidement les prix et les nominations de son long-métrage. Cette réalisation et les images qui en découlent sont magnifiques et poétiques. Nous sommes plongés dans la beauté de l’automne et le trouble de ce changement d’atmosphère qui répond aux bouleversements que subissent les personnages. En effet, les plans sont remplis de métaphores fortes et subtiles. 
En dernier lieu, ce film révèle deux jeunes acteurs : le Britannique Alex Lawther (Elliot) et le français Phénix Brossard (Clément). Notamment, ceux-ci avec Andrew Steggall reçoivent la mention spéciale du jury du festival du film britannique de Dinard 2015. Donc, nous pouvons dire que Departure est un film prenant et enivrant même si certaines scènes peuvent sembler dérangeantes. 

  • Acteur Alex Lawther, Phénix Brossard, Juliet Stevenson, Finbar Lynch
  • Réalisateur Andrew Steggall
  • Drame
Departure : entre beauté et recherche de soi.
4.5Note Finale