« Dernières nouvelles du cosmos », documentaire réalisé par Julie Bertuccelli, suit Hélène, autiste et poétesse de 30 ans, dans son parcours quotidien entre mots écrits et relation mère-fille. Par moments merveilleux.


Hélène s’exprime par les mots qu’elle écrit en mettant bout-à-bout des morceaux de lettres sur une feuille blanche. Elle comprend mais ne parle pas. Le documentaire parvient à capter ces moments de création fascinants par leur fulgurance et leur beauté. Hélène ne se relit jamais, ses choix de mots sont toujours définitifs. Son expression détonne par sa valeur poétique. Ainsi, pour décrire son bonheur à voir et écouter des comédiens réciter ses textes, elle écrit ressentir des « étincelles dans la boîte à penser ». Et l’on comprend comment ceux qui la côtoient peuvent être subjugués.

Ce qui frappe également c’est la lucidité d’Hélène sur elle-même. Aussi écrit-elle, sur le style du haïku, « ostentatoire ovni, ma vie déraillée ». Cependant, au fur et mesure du récit documentaire, Hélène apparaît de plus en plus identifiable, appréhendable pour le spectateur, un lien se tisse. La réalisatrice use pour cela de gros plans où parfois Hélène joue de la présence de la caméra en riant, en dansant. Egalement, on est plongé de manière attendrissante dans la relation avec la mère lorsque celle-ci raconte comment elles ont dû apprendre à se connaître et se reconnaître afin de pouvoir communiquer et se toucher. Les scènes de contacts physiques témoignant de cet amour sont parmi les plus belles.

Ainsi le documentaire réussit son coup, sans musique et sans fard, celui de nous émouvoir et de nous faire prendre d’un mélange de tendresse et d’admiration pour cette jeune fille. Aussi, il n’est pas rare, durant la projection, que l’on soit pris de l’envie de prendre Hélène dans nos bras.

Dernières nouvelles du cosmos
De Julie Bertuccelli
Avec Hélène Nicolasdite Babouillec, Pierre Meunier
Adok Films
Sortie le 14/12

« Dernières nouvelles du cosmos » : par moments merveilleux.
3.5Note Finale