13 C
Munich
dimanche, mai 19, 2024
- Publicité -

Disco Boy : Un petit quelque chose d’Apocalypse Now 

Et ce n’est pas rien…

Etienne Rey
Etienne Rey
Travailler pour une salle de cinéma, comme journaliste pour des médias ou organiser des événements pour le 7e art, ma vie a toujours été organisée autour de ma passion: le cinéma.

Giacomo Abruzzese signe un premier film remarquable, bourré d’idées visuelles envoutantes et, discrètement mais sûrement, très intelligent sur le fond .


Un jeune homme fuit la Biélorussie pour rejoindre Paris où le destin l’amènera à intégrer la légion étrangère et s’impliquer, au Nigeria, dans un combat pas moins politique que personnel et mystique. 

Le réalisateur italien Giacomo Abruzzese n’a pas peur d’en mettre plein la vue, au risque de passer pour certains comme un faiseur de forme plutôt qu’un développeur d’idées. Pourtant, ce premier long (après moultes courts-métrages) a bel et bien quelques combats à défendre. Déjà, au détour de scènes intermédiaires et à la faveur d’arrière-plans très significatifs, Disco-Boy semble questionner la politique européenne d’accueil des sans-papiers, jamais arrivés par hasard dans des pays souvent idéalisés mais toujours traités de manière agressive et suspicieuse.

L’arrière plan politique est posé alors que l’aspect esthétique semble prévaloir. Puis, ailleurs encore, le cinéaste rappelle le mauvais traitement réservé aux nigériens, spoliés autant de leur sources, de leurs richesses intérieures que de leur avenir. Ce mélange de fond et de forme fait tout le sel de ce premier film très singulier de Giacomo Abruzzese.  

Néanmoins, si le contenu tient bel et bien la route, le plus bel atout de Disco Boy réside dans sa mise en scène et cette volonté d’installer une ambiance cinégénique très particulière. Souvent, l’image précède l’intrigue, la rendant même artificielle. Lorsque par exemple deux ennemis s’affrontent en mode « caméra thermique », la forme dépasse le fond, pourtant pas si banal. Le film vire alors à l’expérimental sans pour autant devenir trop abscons ou artificiellement intellectuel. Puis, la musique entre en jeu. Celle de Vitalic, l’excellente idée de « casting » du réalisateur.

Autant dans les moments de transe en pleine jungle que lors des scènes de danse à Paris, celle-ci est essentielle et donne en quelque sorte le pouls de cette errance cinématographique peu banale.    

Décidément, ce premier film singulier a tous les atouts d’une grande œuvre et l’on ne peut que se réjouir de ce que fera son auteur par la suite.  

Disco Boy
FR – 2023 – 91min – Drama 
Réalisateur:Giacomo Abruzzese 
Acteur:Franz Rogowski, Morr Ndiaye, Laetitia Ky, Leon Lucev, Robert Wieckiewicz, Matteo Olivetti, Michal Balicki, Wahab Oladiti, Salem Kisita, Mutamba Kalonji 
First Hand Films
28.06.2023 au cinéma

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -