Drive

A lire aussi

Plus d’un mois nous sépare de la projection de « Drive » présenté sur la Piazza Grande au Festival du Film de Locarno, et autant vous dire que nous sommes toujours sous le choc. Plutôt fidèlement adapté du roman éponyme de James Sallis, « Drive » nous invite à suivre le parcours d’un chauffeur anonyme, peu bavard et solitaire. Réputé pour exceller au volant, il conduit pour le cinéma le jour et pour des criminels la nuit. Quand sa route croise celle d’Irene et de son fils, sa vie sans attache va être bouleversée.

Loin de l’échec cuisant de son thriller lynchien « Fear X » (plutôt bon au demeurant), il semblerait que cette deuxième tentative d’expatriation en terres hollywoodiennes soit la bonne pour le Danois Nicolas Winding Refn. Après sa trilogie « Pusher », le théâtrale « Bronson » et le grandiose « Valhalla Rising », le jeune prodige envoie aujourd’hui un uppercut au cinéma d’action américain. Véritable bombe à retardement, « Drive » est traversé par une tension ininterrompue et finit par exploser dans un extraordinaire climax de violence et d’émotion. Mis en scène par des mains de maître – travellings arrière kubrickiens, une course poursuite digne des classiques du genre, le film nous rappelle combien un ralenti peut avoir de classe quand il est utilisé intelligemment et parvient à nous émouvoir par de simples virées en voiture ! Refn n’a assurément pas volé son prix à Cannes.

Sur fond de musique électronique éthérée, ses personnages exploitent à merveille la profondeur émotionnelle des non-dits. Face à une Carey Mullignan délicieusement vulnérable, Ryan Gosling crève l’écran. Monolithe de froideur et de sensibilité, il fait directement écho à la force physique et muette du viking de « Valhalla Rising ».

Rendant un ultime hommage à Kenneth Anger, Refn livre une réalisation hypnotique, puissante, violente et esthétiquement irréprochable. Si ses deux précédents films étaient truffés de références à Stanley Kubrick (ce qui lui a valu l’honneur d’être régulièrement cité parmi ses héritiers) il prend ici le meilleur de Michael Mann, de William Friedkin et de David Cronenberg pour un résultat qui transcende ses influences. Au final, « Drive » s’impose comme un classique instantané. On en sort groggy et persuadé de tenir un des plus grands films de l’année.

Drive
De Nicolas Winding Refn
Avec Ryan Gosling, Carey Mulligan, Bryan Cranston, Ron Perlman

Article précédent
Article suivant
- Publicité -

Violent Night

Fumer fait tousser

Good Luck to You, Leo Grande

Le Lycéen

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -