« Elvis » : l’hommage grandiose que mérite le King

A lire aussi

Moïra Farwagi
Moïra Farwagi
Passionnée par l’écriture et le cinéma depuis longtemps, Moïra Farwagi a trouvé au sein de Daily Movies un merveilleux moyen de communiquer ses passions. Des films cultes aux films un peu moins cultes et franchement risibles des années 80, en passant par les comédies, les films de super-héros, les films qui font pleurer et encore un tas d’autres choses, le genre préféré de Moïra peut se résumer par « ce qu’elle aime ».

Sorti en salles le 22 juin, « Elvis » est un véritable chef-d’œuvre qui ne manquera pas de séduire les fans des premières heures ainsi que les nouveaux venus. Avec sa réalisation unique, parfois effrénée, Baz Luhrmann peint le portrait touchant et sensible du parcours d’Elvis Presley.


L’évocation du nom Elvis provoque forcément quelque chose en vous, peut-être que vous voyez un jeune rocker aux cheveux gominés dansant en prison, peut-être que vous pensez à Las Vegas et à ses excès, peut-être que la seule image qui vous vienne en tête est une image peu flatteuse d’un imitateur d’Elvis en surpoids dans une combinaison blanche à paillettes. Que vous connaissiez sa musique, son histoire, ou rien de tout ça et que la seule chose que cela vous évoque est la parodie qu’en a fait Eminem dans le clip « Without Me » (2002) ou les mariages à la va-vite de Las Vegas, Elvis Presley est incontestablement une figure emblématique de la pop culture. Que l’on apprécie ou pas sa musique, on ne peut pas nier qu’Elvis a été et sera toujours une pierre angulaire de la culture et de la musique américaine.

Près de dix ans après « Gatsby le Magnifique » (2013), Baz Luhrmann revient avec un film biographique sur le King. Nous ayant habitués à des réalisations uniques comprenant souvent des anachronismes assumés (comme le texte original de Shakespeare dans l’Amérique des années 1990 dans « Roméo + Juliette » ou encore la musique moderne dans le Paris de 1900 dans « Moulin Rouge »), le réalisateur australien ne déroge pas à la règle et nous propose un résultat époustouflant, respectant l’époque et les événements, tout en intégrant des remixages de ses chansons et d’artistes contemporains qui fonctionnent extrêmement bien dans le film. Visuellement, comme à chaque fois, Luhrmann propose un univers unique avec un nombre incalculable d’images et d’informations à la minute, un rythme effréné qui reflète bien la folie qu’a dû être la vie du chanteur. Il y a tout le temps quelque chose à regarder, quelque chose à écouter, quelque chose à comprendre, c’est submergeant, ça donne l’impression d’embarquer sur des montagnes russes sans ceinture de sécurité tout en ayant consommé plusieurs boissons énergisantes, mais on ne peut pas fermer les yeux ne serait-ce qu’une minute et on ne voit pas le temps passer.

Dans les grandes lignes, le film ne reprend pas exactement toute la vie d’Elvis mais couvre plutôt sa carrière musicale. Comment ce jeune garçon des quartiers défavorisés du Mississippi a découvert la musique afro-américaine, comment il rêvait de devenir un super-héros et comment il en est devenu un, en un sens. Le point central du film est sa relation avec l’énigmatique Colonel Tom Parker, son impresario exclusif qui a poussé Presley toujours plus haut dans le succès, mais qui l’a aussi malheureusement enfermé et exploité pour son enrichissement personnel. Je ne vais pas en dire plus sur le Colonel car il serait trop risqué de dévoiler des éléments importants du scénario, mais sachez simplement que sans être parfaitement véridique, le film montre très bien la relation compliquée et paradoxale que les deux hommes entretenaient.

Austin Butler, que l’on découvre véritablement au cinéma avec ce film, est absolument remarquable. Il incarne le King avec une honnêteté et une sensibilité touchantes qui rendent réellement hommage au chanteur. Très loin des caricatures aux mimiques exagérées, Butler se fond très bien dans le personnage pour proposer des gestuelles ainsi qu’une façon de parler reconnaissables entre mille. Bien que les chansons originales de Presley aient été utilisées pour le film, la voix de Butler a été mixée sur certains vieux enregistrements car la qualité n’était pas suffisante et on ne peut que saluer sa prestation. Tom Hanks, qui n’est plus à présenter, interprète avec brio le Colonel Parker et donne vie à une figure qui n’a au final pas été tant sous les projecteurs et dont la vie privée ainsi que les motivations sous-jacentes sont restées très secrètes.
Comme pour beaucoup de biopics, l’ultime question qui vient naturellement une fois le film vu est la suivante : à quel point est-ce véridique et fidèle à la réalité ? D’un point de vue purement factuel, « Elvis » ne respecte pas à la lettre chaque événement, mais est-ce réellement un problème en l’occurrence ? Les grandes lignes sont respectées, et il s’agit plutôt de détails comme par exemple où était exactement Presley quand Bob Kennedy a été assassiné, comment se sont déroulés certains concerts, coups de gueule, accords et contrats, ou émissions télévisuelles, mais le film se concentre selon moi sur les grands aspects importants de sa carrière et soulève des autres points importants qui sont souvent négligés dans les représentations du King. Le film aborde ses débuts à Memphis, son succès fulgurant, ses films au succès moins fulgurant, son retour triomphal, ainsi que la folie de Vegas et ce n’est selon moi pas très important si tel ou tel évènement ne s’est pas passé précisément comme on le voit, les messages et les émotions restent les mêmes (et c’est du cinéma après tout, les documentaires existent justement pour les faits plus avérés).

Baz Luhrmann propose ici un hommage magnifique au King et le fait avec sensibilité et beauté sans jamais trop s’attarder sur les choses dont on a que trop parlées. Sans pour autant les occulter, le film ne se concentre pas sur ses problèmes d’addictions et de santé de la fin de sa vie, mais montre plutôt toutes les raisons qui ont fait qu’Elvis Presley est encore à ce jour un des artistes les plus vendus de tous les temps. On le voit vulnérable, désireux de réussir, parfois en personnage secondaire de sa propre vie, pour revenir finalement sur le devant de la scène et briller comme jamais personne auparavant. Chose que j’ai adorée, le film ne présente à aucun moment Elvis comme ayant inventé le style de musique qu’il a popularisée ; on voit tout l’amour et le respect infini qu’il portait à la musique afro-américaine et à ses figures de proue comme B.B. King, Fats Domino, Sister Rosetta Tharpe, Big Mama Thornton, entre autres, et on voit à quel point il était humble et à quel point il ne s’est jamais considéré comme le roi de ce genre musical. On comprend aussi comment sa fragilité l’a parfois desservi et a permis aux mauvaises personnes de profiter de lui, mais aussi que sa sensibilité, l’importance qu’il vouait aux droits civiques, l’amour qu’il portait à la musique et à son public ont été des points essentiels de sa carrière et ont contribué à l’amour que son public lui rendait et continue de lui rendre. « Elvis » nous présente un homme imparfait qui nourrissait un amour sans limite pour son public, mais également pour ses confrères musiciens, pour tous ceux qui n’avaient pas la visibilité qu’il avait la chance d’avoir, pour sa mère, pour sa famille, et nous montre tous ces aspects qui faisaient de lui une personne profondément humaine qui a réussi à toucher le cœur d’un nombre incalculable de personnes.
« Elvis » est selon moi un film grandiose, incroyable et touchant qui démarre bruyamment, continue dans l’opulence et l’excès pour finalement finir sur quelque chose de doux et de très sensible qui ne manquera pas de vous émouvoir. Baz Luhrmann s’est surpassé et présente là un très bel hommage, à l’image d’Elvis Presley : magique, unique, plein de douceur et de force à la fois, bref, irremplaçable.

Elvis
AU – US – 2022 – 159min
Réalisateur : Baz Luhrmann
Acteurs : Austin Butler, Tom Hanks, Olivia DeJonge
Warner Bros. Pictures
Le 22.06.2022 au cinéma

- Publicité -

Violent Night

Fumer fait tousser

Good Luck to You, Leo Grande

Le Lycéen

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -