sangue del mio sangue

Les cinémas du Grütli à Genève s’apprêtent à nous faire vivre un mois de novembre alléchant en rendant notamment hommage au  réalisateur, scénariste et producteur italien, Marco Bellocchio.

Marco Bellocchio à l’honneur !

marco-bellocchioAujourd’hui âgé de 75 ans, athée et gauchiste à ses débuts, Marco Bellocchio fut l’un de précurseur de la nouvelle vague italienne et des mouvements sociaux des années 60, avec notamment son premier film, « Les Poings dans les poches », réalisé en 1965 et qui influença le mouvement de Mai 68. En s’écartant du cinéma néoréaliste italien, porté en particulier par des réalisateurs comme Roberto Rossellini et Vittorio de Sica, Marco Bellocchio s’attaqua aux symboles conformistes italiens de l’époque. Avec « Au nom du père », qu’il réalisa en 1971, il s’attaquait à la religion. Il enchaîna plusieurs films avec le même esprit critique. C’est en 1986 qu’il change de registre avec « Diable au corps » qui fit scandale lors de sa diffusion à Cannes. Dès lors, le cinéma de Bellocchio devient plus subversif. « Le Sourire de ma mère » en 2002 offusqua le Vatican. En 2012, il présentait à la Mostra de Venise, le film « La Belle Endormie » qui parle, dans l’Italie catholique, du thème de l’euthanasie et des difficultés d’obtenir une loi dans le pays sur la fin de vie.

Cette année, cet illustre artiste nous revient avec son dernier long-métrage, « Sangue del mio Sangue » qui sera présenté en avant-première aux cinémas du Grütli le 7 novembre à 19h00 avec la présence de Marco Bellocchio. Une belle occasion que les cinéphiles ne louperont sous aucun prétexte. Et si cela devait être le cas, des séances de rattrapage, sans la présence du réalisateur, auront lieu dès le 11 novembre. « Sangue del mio Sangue » relate l’histoire du jeune Federico qui cherche à réhabiliter la mémoire de son frère, un prêtre séduit par une nonne qui purge sa peine dans une prison-couvent. Federico sera a son tour séduit par la sœur Benedetta qui sera finalement condamnée à perpétuité pour sorcellerie et emmurée vivante. Quelques siècles après ces incidents, un inspecteur ministériel nommé Federico frappe à la porte du couvert…

La prodigieux Mikio Naruse aussi à l’honneur !

Le cinéma japonais a vu passer des cinéastes de génie durant le siècle passé. Quatre d’entre eux ont marqué à tout jamais l’histoire du cinéma mondial : Mizoguchi, Kurosawa, Ozu et Naruse.

naruse

Depuis le 28 octobre et jusqu’au 18 novembre, les cinémas du Grütli nous donnent la chance de redécouvrir en VO sous-titrés les chefs d’œuvres de Mikio Naruse (1905- 1969). En vrac : La Chanson de la Lanterne, Le repas, Le grondement de la montage, Quand une femme monte l’escalier, Nuages d’été, Tourments, Un couple, Épouse. Des incontournables !

Cinéprim’s donne rendez-vous aux petits le mercredi 11 novembre à 15h00

En collaboration avec FILMAR, Cinéprim’s diffusera le 11 novembre le film VAIVÉN (Divers réalisateurs, 53 min) pour réunir petits et grands devant un film magique, une invitation au voyage.

EVERYBODY’S PERFECT les 13, 14 et 15 novembre

En attendant l’édition 2016 du festival EVERYBODY’S PERFECT (du 14 au 22 octobre 2016), les cinémas du Grütli vous proposent un week-end qui se décline en deux temps. Au début des année 1980, un virus terrible faisait son apparition et touchait plus particulièrement la communauté gay : le sida. Première célébrité à en mourir fut l’acteur américain Rock Hudson qui devint malgré lui le héros de la cause gay et de la lutte contre la maladie. Les 13 et 14 novembre, les cinémas du Grütli rendront hommage au personnage en diffusant 4 long-métrages (Magnificent Obsession de Douglas Sirk, Giant de Georges Stevens, The Tarnished Angels de Douglas Sirk et  The Last Sunset  de Robert Aldrich) ainsi qu’un film documentaire, « Rock Hudson’s Home Movies ».

Et dimanche 15 novembre, deux films inédits à Genève en écho avec la thématique seront aussi projetés: « The Normal Heart », de Ryan Murphy et « Et maintenant ? », de Joaquim Pinto.

away from all sunsCiné-Club : l’architecture à l’écran le 18 novembre

Proposé en collaboration avec la Cinémathèque suisse, la revue romande Tracés, la Maison de l’Architecture et le collectif Silo, ce rendez-vous du ciné-club, qui diffusera le film « Away from all Suns », de la réalisatrice allemande Isabella Willinger, est un invitation à regarder le cinéma et l’architecture différemment le 18 novembre à 20h45.

Le Petit Black Movie les 15 et 18 novembre

Les cinémas du Grütli vous donnent la possibilité de (re)découvrir, les 15 et 18 novembre dès 15h00, quelques-unes des pépites brésiliennes destinées à un jeune public et déjà diffusées lors du dernier festival Black Movie, en attendant la nouvelle édition qui aura lieu du 22 au 31 janvier 2016. L’occasion de se délecter devant « Le Lapin de Joao », un programme de 8 courts métrages, sans dialogue et d’une durée de 44 minutes. Si vous aimez les lapins gastronomes, ce rendez-vous est pour vous.

La 17ème édition du Festival FILMAR en América Latina du 13 au 29 novembre 2015

Pour finir en beauté, les cinémas du Grütli vous invitent à venir vibrer sur la 17ème édition du Festival FILMAR qui, cette année, change de lieu et de formule.

Entre œuvres de fiction et documentaires, cette nouvelle édition de FILMAR est l’occasion rêvée de faire le point sur le cinéma latino-américain avec des films provenant de dix-huit pays : Argentine, Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Cuba, El Salvador, Equateur, Guatemala, Honduras, Mexique, Nicaragua, Panama, Paraguay, Pérou, République Dominicaine, Uruguay et Venezuela.

FILMAR 2015

Partagé en plusieurs compétitions, le Festival FILMAR organisera aussi, en complicité avec plusieurs distributeurs suisses, des diffusions d’avant-premières dans des cinémas indépendants en Suisse romande.

Vous l’aurez compris, le mois de novembre sera chargé et riche en cinéma! Pour plus d’informations, n’hésitez pas à vous rendre sur le site des cinémas du Grütli.